Plusieurs Diables rouges blessés: Roberto Martinez dans l’embarras avant les deux duels décisifs en Nations League

©Photonews
©Photonews

Vendredi à midi, Roberto Martinez annoncera sa sélection pour les deux derniers matchs des Diables rouges en Nations League, contre l’Islande (le 15 novembre à Bruxelles) et la Suisse (le 18 novembre à Lucerne). Il va devoir composer avec une série de blessures qui frappent actuellement plusieurs titulaires. L’Espagnol, qui avait souvent l’embarras du choix, va devoir trouver de nouvelles solutions.

La liste des absents comprend Kevin De Bruyne, Mousa Dembélé, Thomas Vermaelen et Jan Vertonghen. Christian Benteke, qui n’a pas été appelé par le coach espagnol lors du précédent rendez-vous international, est lui aussi indisponible. Il y a aussi un point d’interrogation derrière le nom de Romelu Lukaku. Le meilleur buteur belge de l’histoire a manqué les deux derniers matchs de Manchester United, contre Bournemouth, samedi, et la Juventus, mercredi. Autre attaquant, Leandro Trossard risque d’être un peu juste au niveau de la condition après sa blessure musculaire.

Dries Mertens s’est blessé à l’épaule mardi soir contre le PSG, mais la blessure du Napolitain semble moins sérieuse que prévu. Thomas Meunier souffre lui de la cheville après la soirée de Ligue des champions.

Des nouveaux dans la sélection ?

Au rayon des bonnes nouvelles, Marouane Fellaini semble en forme. Le milieu de terrain de ManU a fait pencher le match de Ligue des champions à Turin à l’occasion de ses premières minutes de jeu après quelques semaines d’absence.

Le mois dernier, Martinez avait fait appel à Brandon Mechele. Le défenseur central du Club Bruges est resté sur le banc face à la Suisse et aux Pays-Bas, mais peut encore espérer une nouvelle sélection. Il en va de même pour Dennis Praet, le médian de la Sampdoria, qui a décroché sa deuxième cape face à l’équipe néerlandaise.

Parmi les autres possibilités, Jordan Lukaku est revenu le week-end dernier avec la pelouse après une longue absence en raison de son genou. Le frère de Romelu risque de manquer de rythme pour rejoindre déjà la sélection nationale.

La Belgique a gagné ses deux premiers matchs (6 sur 6) et est en tête du groupe 2 de la Ligue A. La Suisse compte autant de points, mais a disputé un match de plus. Avec 4 points sur 6 à l’issue des deux dernières rencontres, les Diables rouges se qualifieront toujours pour la finale de la nouvelle compétition internationale. En juin 2019, les quatre pays vainqueurs de groupe s’affronteront pour la première victoire finale de la Nations League de l’UEFA.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

  2. Abdelkader et Meriem ne sont pas trop de deux pour nourrir quotidiennement près de 500 migrants et sans-abri.

    Dans les pas de «Notre-Dame de la gare du Nord»

  3. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite