La centrale nucléaire de Tihange 1 est «vétuste et dangereuse», selon un expert allemand

La centrale nucléaire de Tihange 1 est «vétuste et dangereuse», selon un expert allemand

La centrale nucléaire de Tihange 1 est « vétuste » et la poursuite de son exploitation « extrêmement dangereuse », a estimé jeudi l’expert allemand en ingénierie nucléaire, Manfred Mertins, lors d’une conférence de presse au Parlement européen.

Alors que l’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) a donné son feu vert la semaine dernière au redémarrage prochain de Tihange 1, le professeur Mertins a mis en exergue de nombreuses vulnérabilités en matière de sûreté que présenterait cette centrale.

Dans un rapport qu’il a élaboré à la demande des Verts européens, il souligne tout d’abord que les exigences internationales en matière « de sûreté et de fiabilité » ne sont pas remplies.

« Tihange 1 est l’une des plus anciennes centrales au monde. Elle a été conçue sur base de principes de sûreté en vigueur au début des années ’70 », a pointé M. Mertins. « Les accidents survenus depuis lors à Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima ont démontré qu’une hausse significative des exigences en la matière était nécessaire », a-t-il poursuivi, déplorant à ce titre les nombreux manquements qu’il a constatés à la centrale belge.

D’après lui, la forte augmentation des événements imprévus à Tihange 1 témoigne du vieillissement de l’installation, dont il qualifie la gestion de « complètement erratique ».

Protection limitée

Outre les dangers relatifs à la conception du site, l’expert ajoute que Tihange 1 n’a qu’une protection de base « limitée » contre les effets des dangers externes, tels que les inondations, les tremblements de terre ou encore un éventuel crash aérien.

L’expert, qui s’est penché uniquement sur les aspects techniques, n’a toutefois pas pu donner d’indications quant au coût d’une remise en conformité de la centrale. Selon lui, il est toutefois « pratiquement impossible de remédier à tous les problèmes constatés étant donné l’âge de Tihange 1 ».

Le rapport de M. Mertins sera transféré à l’AFCN et aux autorités compétentes en Belgique, mais aussi dans les pays voisins, a précisé l’eurodéputée écologiste Rebecca Harms. « En ma fin de mandat, je souhaite attirer l’attention de l’opinion publique sur les risques que présentent les vieux réacteurs en Belgique », a-t-elle précisé.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite