Football Leaks: de 2013 à 2018, le PSG a fiché de jeunes joueurs selon leur couleur de peau

Yann Gboho © Belga
Yann Gboho © Belga

Yann Gboho est le brillant meneur de jeu de l’équipe de France des moins de 18 ans. Malheureusement pour lui, son nom va être associé à un vaste scandale de discrimination avant même qu’il ait pu se faire connaître du grand public pour ses qualités. Quand il avait 13 ans et malgré son talent, le PSG ne lui a pas proposé de rejoindre le club. Parce qu’il était noir. Et seulement parce qu’il était noir.

Fichage ethnique

À l’époque, en 2014, la nouvelle s’est ébruitée au sein du club, mais la direction est temporairement parvenue à étouffer l’affaire. Mediapart et « Envoyé spécial », après une longue enquête entamée sur la foi des documents issus des Football Leaks - auquel « Le Soir » participe - ont cependant découvert que les dirigeants du club avaient en réalité fait le choix de couvrir les fautifs, en dépit de ce que le PSG affirme aujourd’hui. Et que jusqu’au printemps 2018, le club a continué de demander à des recruteurs de renseigner « l’origine » des joueurs détectés selon quatre catégories : « Français », « Maghrébin », « Antillais », « Africain ». Un véritable fichage ethnique.

L’histoire de Yann Gboho, comment le scandale a été étouffé en interne, que fait le PSG aujourd’hui : les détails de l’enquête sur Le Soir +

Sur le même sujet
Football Leaks
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestants se heurent aux forces de police à l’aéroport de Barcelone après l’annonce de la condamnation des leaders indépendantistes.

    La Catalogne bloquée après la condamnation des leaders indépendantistes

  2. PHILIPPE CLOSE

    Philippe Close au «Soir»: «Ce qui s’est produit avec Extinction Rebellion est un échec pour tout le monde»

  3. Les forces spéciales américaines ont quitté leurs alliés kurdes du Nord de la Syrie après la décision de leur «
Commander in chief
». Une décision que beaucoup d’entre eux déplorent.

    Quand Trump provoque le triomphe d’Assad, de Poutine et d’Erdogan

La chronique
  • Allô, c’est Donald Trump à l’appareil!

    Avant de décider de lâcher les Kurdes, Trump avait longuement palabré avec Erdogan au téléphone.

    « Allô, ici Trump… ! »

    On imagine la scène : « Allô Erdogan, le président des Etats-Unis au bout du fil. Voilà, j’ai un service à vous demander. J’ai un problème avec une certaine Elizabeth Warren qui prétend vouloir se présenter contre moi. C’est une folle, c’est une hystérique, c’est une communiste. Et, en plus, c’est une démocrate et c’est une femme. C’est dire ! Mais il paraît qu’elle devient dangereuse. Vous n’auriez pas quelque chose en réserve contre elle, la preuve que lors d’un déplacement touristique à Istanbul elle a refusé de se déchausser dans une mosquée ou qu’elle n’a pas payé sa note d’hôtel ? Si vous me trouvez ça, promis, je retire mes troupes de la frontière syrienne et les Kurdes, je vous les livre, tout chaud ».

    ...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaînon politique manquant

    Et voilà donc la vérité selon Stéphane Moreau. Après que tous les médias ont sollicité durant des années sans relâche une interview de l’homme fort de la galaxie Nethys, on ne peut que remarquer la multiplication des communications de ce week-end.

    Mais l’essentiel n’est pas là. Ce dimanche, un fantôme occupait une place centrale dans l’exposé de Stéphane Moreau, et c’est bien embêtant car ce fantôme est un élément clé du dispositif qui fait de Nethys, contrairement à ce qu’en dit le manager, un...

    Lire la suite