Ondes.brussels demande au parlement bruxellois de s’opposer au déploiement de la 5G

Edition numérique des abonnés

L’initiative citoyenne ondes.brussels, attentive à l’impact de la pollution électromagnétique sur la santé et l’environnement, a remis jeudi matin au parlement bruxellois un nouveau rapport, lui demandant, cette fois, de prendre les mesures nécessaires pour arrêter le déploiement du réseau 5G dans la capitale. Plus globalement, l’organisation soutenue par plusieurs associations et organisations actives dans la défense de cette cause, ainsi que par de nombreux comités de quartier, demande de réduire l’exposition électromagnétique de la population.

Elle avait remis au printemps dernier un premier rapport visant à documenter les risques sanitaires et environnementaux associés aux technologies sans fil déjà en place via les réseaux 2, 3 et 4 G ainsi que le wifi. Celui-ci expliquait pourquoi, aux yeux d’ondes.brussels, les normes en vigueur sont totalement insuffisantes pour protéger la population et l’environnement.

Le gouvernement bruxellois et les opérateurs de téléphonie mobile ont conclu en juin dernier un protocole d’accord afin de permettre le développement de la 5G en Région bruxelloise à partir de 2020, avec comme ambition de faire de Bruxelles la première ville 5G du pays.

Selon ondes.brussels, le gouvernement régional ambitionne, par conséquent, de multiplier par six les limites d’exposition actuelles, la 5G nécessitant un réseau d’antennes encore plus dense et plus proche des lieux de vie et de repos que les technologies en place.

Pour ondes.brussels, il y a une asymétrie flagrante entre les avantages de la 5G et ses inconvénients.

Principe de précaution « insuffisant »

Le document destiné au parlement et au gouvernement bruxellois s’appuie sur une littérature scientifique sur des effets, notamment cancérigènes, possibles, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), ainsi que sur l’atteinte qu’elle peut engendrer sur les systèmes biologiques. On y trouve six pages de références bibliographiques et de publications scientifiques sur le sujet.

D’après Wendy De Hemptinne, physicienne de formation, et co-fondatrice d’ondes.brussels, au-delà d’un impact cancérigène potentiel, la pollution électromagnétique engendre une réaction du corps par de l’oxydation et de l’inflammation. A force d’être entretenues, celles-ci occasionnent des troubles du sommeil, des perturbations des fonctions cérébrales et reproductives, des dommages aux cellules et à l’ADN, et, à terme, un épuisement des systèmes de défense du corps.

Le rapport remis à la présidente de la commission de l’Environnement du parlement bruxellois, Vivianne Teitelbaum (MR) rappelle par ailleurs que parmi de nombreux appels nationaux et internationaux de scientifiques demandant un moratoire sur le développement de la technologique5G, il y a eu celui de 180 scientifiques et médecins de 35 pays adressé à la Commission européenne, le 13 septembre 2017, au lendemain de l’annonce par l’Union européenne de sa volonté de s’engager dans ce développement. Cet appel a été suivi le 26 avril dernier d’un autre, dans le même sens, de la Société internationale des docteurs de l’environnement, composée de médecins, de professionnels de la santé et de scientifiques.

Pour Charles Six, co-fondateur d’ondes.brussels, les assurances du gouvernement bruxellois selon lesquelles le principe de précaution serait appliqué dans ses décisions en la matière sont « largement insuffisantes  » pour garantir la protection de la santé et de l’environnement contre les risques liés à la pollution électromagnétique générés par les technologies de la communication sans fil.

Les différents instituts conseils et comités que celui-ci consulte n’ont pas de compétence en matière de santé. La méthodologie du comité d’experts appelé à remettre son avis au gouvernement ne permet pas de rendre compte de l’actualité scientifique sur la question.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les dirigeants européens ont observé une minute de silence en mémoire des victimes de la fusillade de Strasbourg, ce jeudi à l’ouverture du sommet de Bruxelles.

    Pour Charles Michel, Brexit et crise belge, même combat!

  2. Pour Rudi Vervoort, le ministre-président bruxellois, «
il est indispensable que nous ayons, entre partis, une vraie réflexion sur la gouvernance. Le citoyen attend de nous une cohérence dans la gestion de Bruxelles
». © Sylvain Piraux.

    Les Bruxellois ne veulent pas d’une fusion des communes

  3. © Belga

    Une performance historique des hockeyeurs belges

Chroniques
  • Lettre du Brexit: un processus digne d’un sketch des Monty Python

    Par Marc Roche

    Dans un sketch des Monthy Python, Michael Palin déclare : «  le monde est un endroit absurde et ridicule  ». Quel rapport y a-t-il entre ce gag et le vote de défiance interne au parti conservateur, remporté avec une majorité plus courte que prévu, par la Première ministre, Theresa May ?

    A priori, aucun. Quoique, comme l’indique l’hebdomadaire The Economist, «  depuis le référendum, la nation sage, pragmatique, terre à terre et fondamentalement sensible ressemble à un membre de la famille devenu dingue  ».

    Jugez plutôt. Même si elle est sortie indemne du scrutin de tous les dangers, qu’elle ne peut pas être renversée pendant un an, l’autorité de Theresa May est plus que jamais fragile. Le Parlement ressemble à une serre portée à haute température où s’exacerbent les rancœurs, les jalousies et les...

    Lire la suite

  • Theresa May sauvée, rien n’est réglé

    Theresa May a donc sauvé sa place de Première ministre, dans cet exercice démocratique si particulier aux Britanniques d’un vote de défiance interne au parti Tory, déclenché par ses propres députés.

    Theresa May sauvée, rien n’est réglé pour autant dans cet enjeu presque existentiel pour son pays qu’est le Brexit. Pour convaincre une majorité de ses députés – plutôt faible car privée d’un tiers des troupes – la dirigeante conservatrice a dû promettre qu’elle s’effacerait une fois le Brexit réalisé et...

    Lire la suite