Douze morts lors d’une fusillade en Californie: « Quand il rechargeait, les gens essayaient de s’enfuir»

Douze morts lors d’une fusillade en Californie: « Quand il rechargeait, les gens essayaient de s’enfuir»

Un homme a ouvert le feu mercredi soir dans un bar bondé de Thousand Oaks, près de Los Angeles dans le sud de la Californie, tuant douze personnes avant de lui-même trouver la mort, ont annoncé les autorités locales.

L’homme avait fait irruption dans le Borderline Bar and Grill, qui accueillait au moment du drame une soirée étudiante à laquelle «plusieurs centaines» de jeunes devaient prendre part.

L’identité du tireur et ses motifs restaient également indéterminés mais plusieurs témoins qui se trouvaient dans le Borderline Bar and Grill ont décrit un «homme en manteau noir» et «barbu». «Nous ne savons pas s’il y a un lien terroriste ou pas. Rien ne me conduit, moi ou le FBI, à penser qu’il y a un lien terroriste», a expliqué le shérif Geoff Dean.

Arme semi-automatique

«J’ai vu le tireur, il était habillé en noir, avec des lunettes, camouflé. Il a sorti une arme et a commencé à tirer», témoigne Holden Harrah, un jeune homme de 20 ans, détaillant avoir dû «ramper» pour sortir du bar et rejoindre sa voiture.

Matt Wennerstron, un étudiant de 20 ans, fréquentait régulièrement l’établissement. Il a raconté aux journalistes aux abords du bar que le tireur avait utilisé une arme semi-automatique. «Il tirait autant de balles qu’il pouvait, et quand il rechargeait, les gens essayaient de s’enfuir, et je dois dire que je n’ai pas regardé derrière moi».

Un témoin non identifié cité par le Los Angeles Times a indiqué qu’un homme était entré dans le bar vers 23H30 locales (09H30 heure belge) et avait commencé à tirer. L’horaire a été confirmé par la police. «Il a beaucoup tiré, au moins une trentaine de fois, j’entendais encore des coups de feu alors que tout le monde avait quitté le bar», a ajouté ce témoin cité par le LA Times. D’autres témoins ont dit que le tireur avait lancé une grenade fumigène.

Les Etats-Unis sont régulièrement le théâtre de fusillades visant des lieux publics. La dernière en date avait fait onze morts dans une synagogue de Pittsburgh. Elles relancent à chaque fois le débat sur la possession et la dissémination des armes à feu dans le pays.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. GMED:bc111bcb-3902-4525-97b8-123c4eef9450

    Brexit: les citoyens belges au Royaume-Uni dans le flou sur leurs droits

  2. Image=d-20190121-3QUFAF_high[1]

    Comment contrer le populisme sans le renforcer?

  3. Les révélations qui se succèdent rendent Donald Trump de plus en plus nerveux...

    Etats-Unis: Donald Trump rattrapé par ses liaisons dangereuses avec la Deutsche Bank

Chroniques
  • Comment contrer le populisme sans le renforcer?

    A l’approche des élections européennes, les grands médias s’interrogent sur l’attitude à adopter face à la poussée populiste, qui menace de saper le fonctionnement de l’Union. Ils affrontent ainsi une question redoutable, et paradoxale : comment contrer le populisme sans contribuer à le renforcer ?

    Il y a belle lurette, en effet, que les médias de qualité ont pris fait et cause contre le populisme, avec un succès tout relatif. On ne compte plus les articles, les éditos et les dossiers qui dénoncent le danger populiste et ses conséquences. En règle générale, le propos suit deux lignes simultanées : démonter la propagande populiste en lui opposant des faits, des statistiques, des contraintes qu’elle ignore superbement ; et dérouler les conséquences du populisme, montrer quelle société invivable il nous prépare, dont les années 30 nous ont donné plus qu’une idée. Leçon de vérité et leçon de morale : des faits face à des délires, des valeurs face à la tentation du Mal.

    Cette réaction est nécessaire, mais est-elle efficace...

    Lire la suite

  • Une élue MR prive la Wallonie de majorité: dérisoire et pourtant irresponsable

    Patricia Potigny, vous connaissez ? Ce n’est pas faire injure à l’élue carolo d’affirmer ici qu’elle n’a guère marqué les esprits depuis qu’elle siège au parlement de Wallonie. En 2015, elle y a remplacé Véronique Cornet, qui a laissé un vide immense, elle.

    Depuis lors, la suppléante s’est contentée durant trois ans de jouer les bons petits soldats du libéralisme wallon. Pas un mot de travers, pas un coup de gueule. Rien. Rien qu’on sache en tout cas. Jean-Paul Wahl lui-même, le chef de groupe...

    Lire la suite