La Wallonie revoit ses prêts à taux zéro pour lutter contre la pauvreté

La Wallonie revoit ses prêts à taux zéro pour lutter contre la pauvreté

Le gouvernement wallon, dans le cadre du plan de lutte contre la pauvreté, a décidé de fusionner les mécanismes Ecopack et Rénopack, deux prêts régionaux à taux zéro destinés à réaliser des travaux de rénovation ou économiseurs d’énergie, afin de simplifier l’aide au financement pour un public précarisé. Destinés aux ménages désirant effectuer des travaux de rénovation ou économiseurs d’énergie mais n’ayant pas les fonds propres nécessaires pour pouvoir les réaliser, les deux prêts à taux zéro qui existaient jusqu’à présent ne permettaient d’emprunter qu’un maximum de 30.000 euros.

A l’issue de la fusion des 2 mécanismes, pour lesquels le critère d’éligibilité – un revenu annuel brut par ménage inférieur à 93.000 euros – demeure inchangé, ce montant passera à 60.000 euros, « afin de permettre aux ménages d’entreprendre plus de travaux de rénovation et favoriser ainsi la rénovation de logements anciens pour atteindre le standard minimum », ont détaillé les ministres.

Par ailleurs, la durée maximum du prêt passera de 15 à 30 ans, « ce qui devrait rendre plus ou moins égal l’économie d’énergie aux mensualités du prêt et rendre, de ce fait, l’investissement neutre budgétairement », ont-ils ajouté.

En outre, les primes seront préfinancées, leur montant étant avancé par l’organisme prêteur qui se chargera lui-même de les récupérer auprès de l’autorité régionale. Concrètement, un ménage entreprenant des travaux pour un montant de 15.000 euros et ayant droit à une prime de 5.000 euros ne devra emprunter que 10.000 euros, ce qui réduira ses mensualités.

Deux nouvaux prêts

Enfin, outre la fusion d’Ecopack et de Rénopack, deux nouveaux prêts à taux zéro verront le jour dans le courant de l’année prochaine. Le premier sera destiné au financement de l’adaptation d’un logement au handicap afin d’encourager le maintien à domicile. Le second financera les frais d’achat d’un premier logement, le gouvernement régional s’étant notamment fixé comme objectif de faciliter l’accès à la propriété.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. GMED:bc111bcb-3902-4525-97b8-123c4eef9450

    Brexit: les citoyens belges au Royaume-Uni dans le flou sur leurs droits

  2. Image=d-20190121-3QUFAF_high[1]

    Comment contrer le populisme sans le renforcer?

  3. Les révélations qui se succèdent rendent Donald Trump de plus en plus nerveux...

    Etats-Unis: Donald Trump rattrapé par ses liaisons dangereuses avec la Deutsche Bank

Chroniques
  • Comment contrer le populisme sans le renforcer?

    A l’approche des élections européennes, les grands médias s’interrogent sur l’attitude à adopter face à la poussée populiste, qui menace de saper le fonctionnement de l’Union. Ils affrontent ainsi une question redoutable, et paradoxale : comment contrer le populisme sans contribuer à le renforcer ?

    Il y a belle lurette, en effet, que les médias de qualité ont pris fait et cause contre le populisme, avec un succès tout relatif. On ne compte plus les articles, les éditos et les dossiers qui dénoncent le danger populiste et ses conséquences. En règle générale, le propos suit deux lignes simultanées : démonter la propagande populiste en lui opposant des faits, des statistiques, des contraintes qu’elle ignore superbement ; et dérouler les conséquences du populisme, montrer quelle société invivable il nous prépare, dont les années 30 nous ont donné plus qu’une idée. Leçon de vérité et leçon de morale : des faits face à des délires, des valeurs face à la tentation du Mal.

    Cette réaction est nécessaire, mais est-elle efficace...

    Lire la suite

  • Une élue MR prive la Wallonie de majorité: dérisoire et pourtant irresponsable

    Patricia Potigny, vous connaissez ? Ce n’est pas faire injure à l’élue carolo d’affirmer ici qu’elle n’a guère marqué les esprits depuis qu’elle siège au parlement de Wallonie. En 2015, elle y a remplacé Véronique Cornet, qui a laissé un vide immense, elle.

    Depuis lors, la suppléante s’est contentée durant trois ans de jouer les bons petits soldats du libéralisme wallon. Pas un mot de travers, pas un coup de gueule. Rien. Rien qu’on sache en tout cas. Jean-Paul Wahl lui-même, le chef de groupe...

    Lire la suite