Anderlecht éliminé de l’Europa League après sa défaite à Fenerbahçe (2-0)

Photo News
Photo News

Pour Anderlecht, c’était vaincre ou périr ce jeudi soir dans les entrailles d’Istanbul. En déplacement à Fenerbahçe, les joueurs de Hein Vanhaezebrouck jouaient peut-être leur dernière carte en vue de la qualification pour les seizièmes de finale. Force est de constater que les Mauves n’ont pas assuré sur la pelouse, en s’inclinant 2-0 en Turquie. Cette nouvelle contre-performance élimine déjà les Mauves de toutes compétitions européennes cette saison.

Photo News
Photo News

La barre de Trebel

Les Turcs démarraient la rencontre tambour battant puisque, après à peine quelques secondes de jeu, Slimani mettait à contribution Didillon sur une reprise de la tête qui prenait la direction de la lucarne. Mais, au fil des minutes, les Mauves rentraient dans leur match et essayaient d’apporter le danger dans le rectangle adverse. Ce n’était finalement que peu dangereux. Fenerbahçe, lui, se rapprochait de l’ouverture du score avec une frappe de Kaldirim notamment qui frôlait le montant des Anderlechtois.

Photo News
Photo News

Si les Stambouliotes conservaient la main sur la rencontre avec la possession de balle et les occasions de leur côté, Anderlecht réagissait quelque peu en fin de premier acte. À la 43e minute, sur un coup franc devant le grand rectangle, Adrien Trebel trouvait la barre transversale du but adverse après une magnifique frappe du pied gauche.

Le festival Valbuena

On prenait quasiment les mêmes (Sanneh a remplacé Bornauw) et on recommençait au retour des vestiaires. Les Turcs conservaient le contrôle de la partie, mais ne parvenaient pas à trouver la faille dans la défense belge. Ils butaient aussi sur un Didillon, très attentif sur une frappe à distance d’Elmas. Quelques minutes plus tard, c’était au tour de Valbuena de tenter sa chance hors de la surface, mais l’envoi était facilement capté par le portier mauve. Finalement, la sentence tombait à la 71e minute. Mathieu Valbuena adressait un centre-tir pour André Ayew, mais ce dernier ne déviait pas le cuir. Chose qui surprenait Didillon qui était contraint de voir le ballon filer dans les filets anderlechtois (1-0).

Et, dans la foulée, Fenerbahçe, tuait tout suspense (74e) à la suite d’une passe décisive de Valbuena pour Frey qui n’avait plus qu’à cadrer (2-0).

Comme si cela ne suffisait pas, Anderlecht se voyait être réduit à 10 après l’exclusion de Bakkali, qui a écopé de sa deuxième jaune pour un accrochage sur Ekberg. Les Mauves terminaient ainsi leur rencontre sur une mauvaise note. Et même quasiment leur campagne européenne, puisque les joueurs de Hein Vanhaezebrouck sont d’ores et déjà éliminés.

Encore deux matches

Bon dernier de leur groupe, Anderlecht n’a remporté qu’une unité en quatre rencontres cette saison en Europa League. Après des revers à Trnava (1-0) et contre le Dinamo Zagreb (0-2), les Mauves avaient tenu les Turcs en échec à domicile (2-2) il y a deux semaines.

Il restera néanmoins deux rencontres à disputer pour Anderlecht en Europa League : le jeudi 29 novembre (18h55) contre Trnava et le jeudi 13 décembre (21h) au Dinamo Zagreb.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Nissan a porté plainte au pénal contre Carlos Ghosn, son ancien patron.

    L’avenir de Carlos Ghosn s’assombrit encore un peu plus

  2. 170 kilos, c’est une masse. Qui rend impossibles la course et la marche intensive pendant plus d’un quart d’heure.

    Grand format - Journal d’un obèse: «Vous devez être malheureux pour manger comme ça»

  3. Image=d-20171222-3JPRY5_high

    Le bulletin de Theo Francken: 51%

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite