Christophe Vanoerbeek prend la tête de Bruxelles Mobilité

© Laurent van Steensel © DYOD
© Laurent van Steensel © DYOD

Le gouvernement bruxellois a validé, ce jeudi, le nom du nouveau directeur général de Bruxelles Mobilité retenu par le jury chargé d’analyser les candidatures. Pour rappel, l’actuel patron de l’administration en charge des travaux et de la mobilité, Jean-Paul Gailly, partira à la retraite à la fin de cette année. Au terme de la procédure de recrutement, c’est donc Christophe Vanoerbeek, un francophone, qui a été désigné pour lui succéder.

L’homme connaît bien la maison puisqu’il travaille déjà au sein de la Direction de l'infrastructure des transports publics.« Il a également une expérience financière puisqu’il est responsable du budget pour la DITP, indique-t-on au cabinet du ministre de tutelle, Pascal Smet (SP.A.), il était aussi en charge du projet de métro nord ». Agé de 41 ans, Christophe Vanoerbeek entrera en fonction début décembre.

Sur le même sujet
Économie et finances
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    La taxe kilométrique, qui en veut?

  2. «
Die Welt
» a pu rencontrer à Moscou, dans une chambre d’hôtel, Edward Snowden, ancien espion et Américain sans passeport réfugié en Russie. L’homme a rendu publique en 2013 la surveillance de masse et globale des communications mise en place par les agences de renseignement américaines, la CIA et la National Security Agency NSA.

    Edward Snowden: «Je n’aurai plus jamais le contrôle de ce qui m’arrive»

  3. POLITICS ECOLO CHAIRMAN ELECTION

    Ecolo: les leçons du passé, pour éviter le ressac

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite