Commémorations du 11 novembre: des cérémonies aux quatre coins de la Belgique

Commémorations du 11 novembre: des cérémonies aux quatre coins de la Belgique

Cérémonies nationales. Centenaire oblige, cette année, ce sont le Roi mais aussi la reine qui assisteront à la cérémonie militaire en hommage au Soldat inconnu, le 11 novembre, à la Colonne du Congrès à Bruxelles, en présence des présidents de la Chambre et du Sénat, de ministres… Le Roi y prononcera un discours et une mise en scène artistique sera réalisée par des jeunes. Outre ce classique, une commémoration aura lieu au parlement, avec 400 membres d’associations d’anciens combattants et enfants de 10 à 12 ans.

Dès ce vendredi, le couple royal offre par ailleurs un concert de gala, au Palais de Bruxelles, aux personnes qui ont contribué, en cette année de centenaire de 14-18, aux réflexions sur la guerre, la paix et la mémoire.

Le Premier ministre, Charles Michel, sera, lui, ce 9 novembre au cimetière St-Symphorien en présence de la Britannique Theresa May. Le 10, il inaugurera à Ville-sur-Haine (Le Roeulx) un mémorial au dernier soldat du Commonwealth tué lors en 14-18.

Région bruxelloise. À Woluwe-St-Lambert, la commune a édité une BD, En attendant papa, à destination des 10-14 ans afin de leur expliquer comment les enfants vivaient durant le conflit. À Molenbeek, le MoMuse présente une exposition qui retrace les événements à travers les cartes postales de l’époque (jusqu’au 15/11, à l’hôtel communal). À Watermael-Boitsfort, on a mis sur pied une exposition qui explique comment était la commune durant la Grande guerre (du 10 au 18 novembre à la Maison haute). À Woluwe-Saint-Pierre, 164 écoliers du primaire liront des hommages aux soldats le 13 novembre au cimetière communal où sont enterrés neuf combattants.

Spa. Ces 10 et 11, l’office du Tourisme propose une balade contée en compagnie du soldat Hubert, qui raconte quelques épisodes de sa Grande Guerre, notamment le moment où le Kaiser Guillaume II a décidé d’abdiquer le 9 novembre 1918. Il est conseillé aux participants de compléter la balade par une visite de l’exposition « Guerre et paix, de 1914 à 1920 » dans le jardin d’hiver de l’Office du Tourisme. Réservation au 087/79.53.53.

Namur. Le fort d’Émines, tombé le 24 août 1914 sous les obus de la « Grosse Bertha », propose les œuvres de trois artistes contemporains. Ce 11 novembre, une multitude d’activités (notamment le Festival Plein Feu) y seront organisées gratuitement.

Arlon. La 2e Division US est arrivée à Arlon le 20 novembre 1918. La Ville et l’ASBL Indian Head commémoreront le centenaire de cette libération le samedi 17 novembre place Léopold. À 15 h, inauguration d’une plaque commémorative et, à 20 h, spectacle son & lumière.

Mons. Tous les jours jusqu’au 11 novembre, à 19 et 21 h, spectacle son et lumière gratuit, sur les façades de l’Hôtel de Ville, relatant l’histoire de la libération de Mons sous le prisme du destin tragique du dernier soldat tombé, deux minutes avant l’Armistice. Et le 11 novembre, une cérémonie commémorative du centenaire de la libération de la Ville par les troupes canadiennes aura lieu en présence du prince Laurent.

Wavre. Exposition « les jouets belges de la Grande Guerre » à partir du 10 novembre à l’office du tourisme. Elle regroupe des pièces produites en grande partie dès 1915 par d’anciens soldats mutilés de guerre.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite