Commémorations du 11 novembre: des cérémonies aux quatre coins de la Belgique

Commémorations du 11 novembre: des cérémonies aux quatre coins de la Belgique

Cérémonies nationales. Centenaire oblige, cette année, ce sont le Roi mais aussi la reine qui assisteront à la cérémonie militaire en hommage au Soldat inconnu, le 11 novembre, à la Colonne du Congrès à Bruxelles, en présence des présidents de la Chambre et du Sénat, de ministres… Le Roi y prononcera un discours et une mise en scène artistique sera réalisée par des jeunes. Outre ce classique, une commémoration aura lieu au parlement, avec 400 membres d’associations d’anciens combattants et enfants de 10 à 12 ans.

Dès ce vendredi, le couple royal offre par ailleurs un concert de gala, au Palais de Bruxelles, aux personnes qui ont contribué, en cette année de centenaire de 14-18, aux réflexions sur la guerre, la paix et la mémoire.

Le Premier ministre, Charles Michel, sera, lui, ce 9 novembre au cimetière St-Symphorien en présence de la Britannique Theresa May. Le 10, il inaugurera à Ville-sur-Haine (Le Roeulx) un mémorial au dernier soldat du Commonwealth tué lors en 14-18.

Région bruxelloise. À Woluwe-St-Lambert, la commune a édité une BD, En attendant papa, à destination des 10-14 ans afin de leur expliquer comment les enfants vivaient durant le conflit. À Molenbeek, le MoMuse présente une exposition qui retrace les événements à travers les cartes postales de l’époque (jusqu’au 15/11, à l’hôtel communal). À Watermael-Boitsfort, on a mis sur pied une exposition qui explique comment était la commune durant la Grande guerre (du 10 au 18 novembre à la Maison haute). À Woluwe-Saint-Pierre, 164 écoliers du primaire liront des hommages aux soldats le 13 novembre au cimetière communal où sont enterrés neuf combattants.

Spa. Ces 10 et 11, l’office du Tourisme propose une balade contée en compagnie du soldat Hubert, qui raconte quelques épisodes de sa Grande Guerre, notamment le moment où le Kaiser Guillaume II a décidé d’abdiquer le 9 novembre 1918. Il est conseillé aux participants de compléter la balade par une visite de l’exposition « Guerre et paix, de 1914 à 1920 » dans le jardin d’hiver de l’Office du Tourisme. Réservation au 087/79.53.53.

Namur. Le fort d’Émines, tombé le 24 août 1914 sous les obus de la « Grosse Bertha », propose les œuvres de trois artistes contemporains. Ce 11 novembre, une multitude d’activités (notamment le Festival Plein Feu) y seront organisées gratuitement.

Arlon. La 2e Division US est arrivée à Arlon le 20 novembre 1918. La Ville et l’ASBL Indian Head commémoreront le centenaire de cette libération le samedi 17 novembre place Léopold. À 15 h, inauguration d’une plaque commémorative et, à 20 h, spectacle son & lumière.

Mons. Tous les jours jusqu’au 11 novembre, à 19 et 21 h, spectacle son et lumière gratuit, sur les façades de l’Hôtel de Ville, relatant l’histoire de la libération de Mons sous le prisme du destin tragique du dernier soldat tombé, deux minutes avant l’Armistice. Et le 11 novembre, une cérémonie commémorative du centenaire de la libération de la Ville par les troupes canadiennes aura lieu en présence du prince Laurent.

Wavre. Exposition « les jouets belges de la Grande Guerre » à partir du 10 novembre à l’office du tourisme. Elle regroupe des pièces produites en grande partie dès 1915 par d’anciens soldats mutilés de guerre.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  2. @News

    Antwerp - Standard: Laszlo Bölöni, entre crainte et respect

  3. L’ail des ours fait partie des plantes sauvages dont la consommation est encouragée par l’ASBL Cuisine sauvage.

    Plantes sauvages: un garde-manger gratuit et accessible

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite