Vanhaezebrouck après l’élimination d’Anderlecht en Europa League: «C’est la même histoire à chaque fois»

Photo News
Photo News

C’est une énorme déception que vit actuellement Anderlecht. Défaits ce jeudi soir à Fenerbahçe – logiquement qui plus est –, les Mauves sont d’ores et déjà éliminés de toutes compétitions européennes. Et ce, dès le mois de novembre…

Au terme de la partie, Hein Vanhaezebrouck, l’entraîneur d’Anderlecht, n’avait pas la tête des bons jours. « C’est dommage, mais nous ne le devons qu’à nous-mêmes », a avancé le T1 des Mauves, au micro de Sporza, très déçu. Et on le comprend… « Nous aurions dû marquer beaucoup plus de points. Ce jeudi, nous nous avions le couteau sur la gorge. Nous avons tout fait pour gagner. La seule chose qui n’allait pas, c’était le réalisme devant le but. Nous étions trop peu dangereux. Après le 2-0, nous nous sommes effondrés. C’est le seul inconvénient de la soirée. Je ne peux pas en vouloir à mes joueurs, ils sont allés au bout d’eux-mêmes. »

« Nous devons encore grandir »

Mais, toujours est-il qu’Anderlecht se voit déjà prendre la porte, après seulement quatre rencontres disputées en Europa League. « C’est la même histoire à chaque fois », poursuit Vanhaezebrouck à nos confrères néerlandophones. « C’est un signe que nous devons encore grandir. Nous avons une très jeune équipe. À Anderlecht, il y a beaucoup de pression. Et évidemment, sans résultat, les gens disent que c’est trop peu. Je suis très déçu. »

Les Mauves auront encore deux rencontres à disputer avant de tourner la page européenne : contre Trnava et au Dinamo Zagreb. « Nous essaierons d’obtenir des points. Je ne vais certainement pas aligner une équipe B. Je veux sauver notre visage et servir le coefficient belge. Nous sommes obligés vis-à-vis du public et nous-mêmes. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MontageFederal

    Le bulletin du gouvernement fédéral: les notes des ministres

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Maria Alyokhina sur scène à Edimbourg en Ecosse, le 15 août 2018.

    Marsha, membre des Pussy Riot: «Il faut choisir de ne pas se taire»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite