Vanhaezebrouck après l’élimination d’Anderlecht en Europa League: «C’est la même histoire à chaque fois»

Photo News
Photo News

C’est une énorme déception que vit actuellement Anderlecht. Défaits ce jeudi soir à Fenerbahçe – logiquement qui plus est –, les Mauves sont d’ores et déjà éliminés de toutes compétitions européennes. Et ce, dès le mois de novembre…

Au terme de la partie, Hein Vanhaezebrouck, l’entraîneur d’Anderlecht, n’avait pas la tête des bons jours. «  C’est dommage, mais nous ne le devons qu’à nous-mêmes  », a avancé le T1 des Mauves, au micro de Sporza, très déçu. Et on le comprend… «  Nous aurions dû marquer beaucoup plus de points. Ce jeudi, nous nous avions le couteau sur la gorge. Nous avons tout fait pour gagner. La seule chose qui n’allait pas, c’était le réalisme devant le but. Nous étions trop peu dangereux. Après le 2-0, nous nous sommes effondrés. C’est le seul inconvénient de la soirée. Je ne peux pas en vouloir à mes joueurs, ils sont allés au bout d’eux-mêmes. »

« Nous devons encore grandir »

Mais, toujours est-il qu’Anderlecht se voit déjà prendre la porte, après seulement quatre rencontres disputées en Europa League. «  C’est la même histoire à chaque fois  », poursuit Vanhaezebrouck à nos confrères néerlandophones. «  C’est un signe que nous devons encore grandir. Nous avons une très jeune équipe. À Anderlecht, il y a beaucoup de pression. Et évidemment, sans résultat, les gens disent que c’est trop peu. Je suis très déçu. »

Les Mauves auront encore deux rencontres à disputer avant de tourner la page européenne : contre Trnava et au Dinamo Zagreb. «  Nous essaierons d’obtenir des points. Je ne vais certainement pas aligner une équipe B. Je veux sauver notre visage et servir le coefficient belge. Nous sommes obligés vis-à-vis du public et nous-mêmes. »

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Le président Macron en visite d’Etat en Belgique: pour quoi faire?

  2. Samedi, ils étaient environ 300.000 à travers le pays, a comptabilisé le ministère de l’Intérieur. Ils ont pris d’assaut les ronds-points, les rocades, les accès aux supermarchés.

    Pourquoi le gouvernement français n’entend pas céder aux gilets jaunes

  3. Photo News

    Rallye d’Australie: Hyundai, ou la continuité… dans la défaite!

  • Les «Gilets jaunes», un Mad Max finalement écologique

    La pollution nuit à l’homme et à son environnement. C’est un axiome.

    Or la voiture pollue. Et parce qu’elle pollue, tout doit être mis en œuvre pour que ses impacts négatifs soient réduits au maximum. Dans ce contexte, l’augmentation des accises sur les carburants est classiquement présentée comme un frein au gâchis environnemental.

    Cette évidence ne peut toutefois occulter les préoccupations des « gilets jaunes ». La hausse des taxes sur le diesel...

    Lire la suite