Vanhaezebrouck après l’élimination d’Anderlecht en Europa League: «C’est la même histoire à chaque fois»

Photo News
Photo News

C’est une énorme déception que vit actuellement Anderlecht. Défaits ce jeudi soir à Fenerbahçe – logiquement qui plus est –, les Mauves sont d’ores et déjà éliminés de toutes compétitions européennes. Et ce, dès le mois de novembre…

Au terme de la partie, Hein Vanhaezebrouck, l’entraîneur d’Anderlecht, n’avait pas la tête des bons jours. « C’est dommage, mais nous ne le devons qu’à nous-mêmes », a avancé le T1 des Mauves, au micro de Sporza, très déçu. Et on le comprend… « Nous aurions dû marquer beaucoup plus de points. Ce jeudi, nous nous avions le couteau sur la gorge. Nous avons tout fait pour gagner. La seule chose qui n’allait pas, c’était le réalisme devant le but. Nous étions trop peu dangereux. Après le 2-0, nous nous sommes effondrés. C’est le seul inconvénient de la soirée. Je ne peux pas en vouloir à mes joueurs, ils sont allés au bout d’eux-mêmes. »

« Nous devons encore grandir »

Mais, toujours est-il qu’Anderlecht se voit déjà prendre la porte, après seulement quatre rencontres disputées en Europa League. « C’est la même histoire à chaque fois », poursuit Vanhaezebrouck à nos confrères néerlandophones. « C’est un signe que nous devons encore grandir. Nous avons une très jeune équipe. À Anderlecht, il y a beaucoup de pression. Et évidemment, sans résultat, les gens disent que c’est trop peu. Je suis très déçu. »

Les Mauves auront encore deux rencontres à disputer avant de tourner la page européenne : contre Trnava et au Dinamo Zagreb. « Nous essaierons d’obtenir des points. Je ne vais certainement pas aligner une équipe B. Je veux sauver notre visage et servir le coefficient belge. Nous sommes obligés vis-à-vis du public et nous-mêmes. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Boulanger, un métier devenu bien compliqué ces dernières années.

    Le déclin des boulangeries wallonnes

  2. d-20190129-3QZDPD 2019-01-29 17:23:46

    Bruxelles: il faut trouver de nouvelles réponses à la crise du logement

  3. Alors que la vie privée est en passe d’effacer son œuvre et que plusieurs radios ont décidé de le bannir de leur antenne, qu’on le veuille ou non, la musique de Michael Jackson est plus vivante que jamais.

    Dix ans après, l’héritage musical de Michael Jackson

Chroniques
  • Iran-USA: la souris qui rugissait

    C’est un « piège à cons », avais-je relevé ici même. Dès lors que Donald Trump est sorti de l’accord contraignant et contrôlé destiné à empêcher l’Iran de se doter éventuellement de l’arme nucléaire, ce pays n’avait pas le choix : soit se coucher et perdre la face, soit répliquer en reprenant, par exemple, fût-ce à petite échelle, les opérations d’enrichissement de l’uranium.

    Et c’est alors Donald Trump qui était piégé. Il était contraint de réagir, sauf à être considéré comme celui qui aurait permis à l’Iran de progresser en direction de la confection de la bombe.

    Des flambées un peu partout

    Réagir, mais comment, puisqu’il avait déjà accumulé...

    Lire la suite

  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite