Restructuration de l’Avenir: pour l’opposition, «le gouvernement a les leviers pour écrire un autre scénario»

©Belga
©Belga

Pour l’opposition wallonne, le gouvernement régional «  dispose désormais de tous les leviers pour écrire un autre scénario » que celui d’une restructuration aux Editions de l’Avenir, ont affirmé en chœur Stéphane Hazée (Ecolo) et Pierre-Yves Dermagne (PS), au terme des auditions organisées jeudi après-midi en commission conjointe Economie du parlement wallon et Médias du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Malgré le débat à fleurets mouchetés entre Jos Donvil, l’administrateur délégué des Editions de l’Avenir, et le patron d’IPM, François le Hodey, qui a confirmé la volonté de son groupe de racheter le quotidien en difficultés, «  nous avons assisté à une discussion de qualité », a estimé Pierre-Yves Dermagne.

«  Le gouvernement wallon possède aujourd’hui des leviers inédits, qui lui permettent notamment de casser des décisions nuisant à l’intérêt régional. Et on peut penser qu’une restructuration à l’Avenir entre dans ce cadre », a ajouté le chef de file socialiste au parlement wallon.

«  Plus le temps avance, et il presse dans le cas des Editions de l’Avenir, plus le gouvernement régional sera mis devant ses responsabilités. On va voir si ses déclarations seront suivies d’actes », a poursuivi M. Dermagne selon qui un portage de la Région, tel que demandé par les travailleurs, «  permettrait de temporiser et d’analyser la situation sereinement ».

Gestion calamiteuse de l’actionnaire

«  Je suis satisfait que différents points de vue aient pu s’exprimer et notamment ceux des représentants des travailleurs et de l’AJP », a de son côté déclaré Stéphane Hazée, chef de file des Verts au Parlement de Wallonie. «  Ils nous ont amené des éléments forts sur la gestion calamiteuse de l’actionnaire mais aussi sur les pressions qu’il exerce. La force de ces témoignages ne peut laisser les démocrates indifférents », a-t-il poursuivi.

Tout comme le PS, Ecolo pointe enfin le rôle du gouvernement régional «  qui a les clés pour stopper la restructuration et écrire un autre scénario ». Forts de cette conviction, les écologistes, qui appellent eux aussi à un portage régional «  pour organiser une négociation sereine » et à une sortie du quotidien du giron de Nethys, ont déposé une motion appelant l’exécutif à utiliser les leviers dont il dispose. Le texte sera examiné par le Parlement de Wallonie le 21 novembre prochain.

Parallèlement, d’autres auditions consacrées au futur de la presse et des Editions de l’Avenir en particulier, devraient être organisées dans les semaines à venir.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Boris Johnson savoure son succès, mardi, après le vote du parti conservateur. Mais les Européens l’attendent de pied ferme.

    Brexit: l’Union européenne attend les premiers signaux de Johnson

  2. Le vaccin contre la varicelle a permis une forte diminution des infections
invasives à streptocoque. © D.R.

    Des chercheurs belges craquent le code du streptocoque

  3. François de Rugy a l’intention de porter plainte pour diffamation contre Mediapart. Mais le site d’information maintient toutes ses révélations.

    France: François de Rugy (presque) blanchi

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Sauver la Terre, c’est aussi préserver l’être humain de l’asphyxie

    L’eau des climatiseurs pour se désaltérer quand les robinets ne s’ouvrent que sur du vide. Des points d’eau verrouillés pour empêcher les familles de puiser plus que leur quota quotidien. Des heures d’attente aux fontaines. Des ordres de passage tirés au sort pour éviter les bagarres. De l’eau achetée à prix d’or par les plus pauvres tandis que les riches pompent des nappes phréatiques exsangues. Des douches au compte-gouttes et des repas servis dans des feuilles d’arbre pour éviter la vaisselle à laver. Un homme lynché, des camions-...

    Lire la suite