Restructuration de l’Avenir: pour l’opposition, «le gouvernement a les leviers pour écrire un autre scénario»

©Belga
©Belga

Pour l’opposition wallonne, le gouvernement régional «  dispose désormais de tous les leviers pour écrire un autre scénario » que celui d’une restructuration aux Editions de l’Avenir, ont affirmé en chœur Stéphane Hazée (Ecolo) et Pierre-Yves Dermagne (PS), au terme des auditions organisées jeudi après-midi en commission conjointe Economie du parlement wallon et Médias du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Malgré le débat à fleurets mouchetés entre Jos Donvil, l’administrateur délégué des Editions de l’Avenir, et le patron d’IPM, François le Hodey, qui a confirmé la volonté de son groupe de racheter le quotidien en difficultés, «  nous avons assisté à une discussion de qualité », a estimé Pierre-Yves Dermagne.

«  Le gouvernement wallon possède aujourd’hui des leviers inédits, qui lui permettent notamment de casser des décisions nuisant à l’intérêt régional. Et on peut penser qu’une restructuration à l’Avenir entre dans ce cadre », a ajouté le chef de file socialiste au parlement wallon.

«  Plus le temps avance, et il presse dans le cas des Editions de l’Avenir, plus le gouvernement régional sera mis devant ses responsabilités. On va voir si ses déclarations seront suivies d’actes », a poursuivi M. Dermagne selon qui un portage de la Région, tel que demandé par les travailleurs, «  permettrait de temporiser et d’analyser la situation sereinement ».

Gestion calamiteuse de l’actionnaire

«  Je suis satisfait que différents points de vue aient pu s’exprimer et notamment ceux des représentants des travailleurs et de l’AJP », a de son côté déclaré Stéphane Hazée, chef de file des Verts au Parlement de Wallonie. «  Ils nous ont amené des éléments forts sur la gestion calamiteuse de l’actionnaire mais aussi sur les pressions qu’il exerce. La force de ces témoignages ne peut laisser les démocrates indifférents », a-t-il poursuivi.

Tout comme le PS, Ecolo pointe enfin le rôle du gouvernement régional «  qui a les clés pour stopper la restructuration et écrire un autre scénario ». Forts de cette conviction, les écologistes, qui appellent eux aussi à un portage régional «  pour organiser une négociation sereine » et à une sortie du quotidien du giron de Nethys, ont déposé une motion appelant l’exécutif à utiliser les leviers dont il dispose. Le texte sera examiné par le Parlement de Wallonie le 21 novembre prochain.

Parallèlement, d’autres auditions consacrées au futur de la presse et des Editions de l’Avenir en particulier, devraient être organisées dans les semaines à venir.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. GMED:bc111bcb-3902-4525-97b8-123c4eef9450

    Brexit: les citoyens belges au Royaume-Uni dans le flou sur leurs droits

  2. Image=d-20190121-3QUFAF_high[1]

    Comment contrer le populisme sans le renforcer?

  3. Les révélations qui se succèdent rendent Donald Trump de plus en plus nerveux...

    Etats-Unis: Donald Trump rattrapé par ses liaisons dangereuses avec la Deutsche Bank

Chroniques
  • Comment contrer le populisme sans le renforcer?

    A l’approche des élections européennes, les grands médias s’interrogent sur l’attitude à adopter face à la poussée populiste, qui menace de saper le fonctionnement de l’Union. Ils affrontent ainsi une question redoutable, et paradoxale : comment contrer le populisme sans contribuer à le renforcer ?

    Il y a belle lurette, en effet, que les médias de qualité ont pris fait et cause contre le populisme, avec un succès tout relatif. On ne compte plus les articles, les éditos et les dossiers qui dénoncent le danger populiste et ses conséquences. En règle générale, le propos suit deux lignes simultanées : démonter la propagande populiste en lui opposant des faits, des statistiques, des contraintes qu’elle ignore superbement ; et dérouler les conséquences du populisme, montrer quelle société invivable il nous prépare, dont les années 30 nous ont donné plus qu’une idée. Leçon de vérité et leçon de morale : des faits face à des délires, des valeurs face à la tentation du Mal.

    Cette réaction est nécessaire, mais est-elle efficace...

    Lire la suite

  • Une élue MR prive la Wallonie de majorité: dérisoire et pourtant irresponsable

    Patricia Potigny, vous connaissez ? Ce n’est pas faire injure à l’élue carolo d’affirmer ici qu’elle n’a guère marqué les esprits depuis qu’elle siège au parlement de Wallonie. En 2015, elle y a remplacé Véronique Cornet, qui a laissé un vide immense, elle.

    Depuis lors, la suppléante s’est contentée durant trois ans de jouer les bons petits soldats du libéralisme wallon. Pas un mot de travers, pas un coup de gueule. Rien. Rien qu’on sache en tout cas. Jean-Paul Wahl lui-même, le chef de groupe...

    Lire la suite