800.000 euros pour améliorer les cantines scolaires

©Pierre-Yves Thienpont
©Pierre-Yves Thienpont

Passer au local ou au bio… de nombreuses initiatives sont mises en place par les établissements scolaires pour améliorer la qualité des cantines. La Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) a elle-même investi un budget de 800.000 euros dans cette thématique pour l’année scolaire 2018-2019.

Elle a également initié deux axes de travail pour les écoles fondamentales l’année dernière. « L’objectif est d’inciter les grandes structures scolaires à déposer un projet en faveur d’une alimentation saine et durable, explique la ministre de l’Éducation Marie-Martine Schyns (CDH). Premier appel à projets : identifier ce qui peut être concrètement mis en place, comme des soupes gratuites ou des fontaines à eau. Deuxième axe : pour les écoles qui disposent de cantines, établir un contact avec des opérateurs extérieurs permettant de franchir le pas vers des repas « durables ». Ces actions pourront aussi se développer dans le cadre du plan de pilotage des écoles.  »

À lire sur Le Soir+: bien manger, une affaire d’éducation. Notre reportage à l’Athénée royal d’Esneux

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le traité devra encore être ratifié
: avalisé par le Conseil européen à vingt-sept, voté par le Parlement européen et celui de Westminster, en décembre.

    L’accord sur le Brexit: les points à retenir des 585 pages

  2. L’automobiliste ne peut tabler que sur une baisse des prix pétroliers pour espérer voir dégonfler le poste «
carburants
» de son budget.

    La Belgique, championne de la taxation du diesel

  3. En l’absence d’une autorité belge de la protection des données, le pays est à la traine pour traiter les plaintes.

    RGPD: l’autorité belge de protection des données a du mal à tenir le rythme

Chroniques
  • Centenaire de l’armistice: un monde sans mémoire

    Avec la Toussaint, la fête des morts et les commémorations de la fin de la Première Guerre mondiale, nous sortons d’une intense période mémorielle, qui a retenu l’attention de tous les médias. Mais cette accumulation de rites, d’images et de discours ne doit pas occulter le fait que nous entrons dans un monde sans mémoire.

    Comme Péguy l’a montré, la mémoire n’est pas l’histoire : c’en est même le contraire. La mémoire est un lien vivant, concret, presque charnel, avec un passé qui reste vivant, qui nous concerne et nous touche. Elle nous rattache à l’expérience des générations antérieures par une chaîne de témoignages, de gestes, de rituels dont nous avons été partie prenante, qui ont imprimé en nous des images, même vagues, chargées de sens et d’affects. L’histoire au contraire est une science, un regard neutre et objectif, un retour sur un passé avec lequel les...

    Lire la suite

  • La vitalité civile, une ressource qu’il ne faut pas négliger

    Alors, Docteur ? Le diagnostic posé par la Fondation Roi Baudouin est sans appel : il n’y a jamais eu autant de collectifs citoyens en action. Près de 250 sont nés durant les deux années 2015-2016 sur lesquelles porte l’étude qu’il a réalisée. L’autre constat est tout autant sans appel : depuis la crise financière de 2008-2009, ce nombre ne cesse de croître. Faut-il s’en inquiéter ?

    Au contraire ! Que voilà une bonne nouvelle. Au sein de la société, des hommes et des femmes...

    Lire la suite