La France prête à accueillir Asia Bibi, acquittée après une condamnation à mort pour blasphème

La France prête à accueillir Asia Bibi, acquittée après une condamnation à mort pour blasphème

La France est « prête » à accueillir la Pakistanaise Asia Bibi, acquittée par la Cour suprême de son pays après une condamnation à mort pour blasphème, si c’est son souhait, a déclaré jeudi le ministère français des Affaires étrangères.

«  La France est prête à accueillir Mme Asia Bibi », a indiqué la porte-parole du Quai d’Orsay, Agnès von der Mühll. «  Nous avons effectué les démarches nécessaires auprès des autorités pakistanaises pour que, si cela correspondait au souhait de l’intéressée et de sa famille, elle puisse rejoindre la France », a-t-elle ajouté.

Un endroit sûr

Asia Bibi, libérée de prison dans la nuit de mercredi à jeudi après son acquittement par la Cour suprême, se trouve désormais dans un «  endroit sûr », mais toujours dans le pays, a indiqué dans la journée un porte-parole du ministère pakistanais des Affaires étrangères, alors que certains médias avaient fait état d’un départ pour l’étranger.

Le mari d’Asia Bibi a réclamé samedi l’asile pour sa famille aux États-Unis, en Grande-Bretagne ou au Canada.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Boulanger, un métier devenu bien compliqué ces dernières années.

    Le déclin des boulangeries wallonnes

  2. d-20190129-3QZDPD 2019-01-29 17:23:46

    Bruxelles: il faut trouver de nouvelles réponses à la crise du logement

  3. Alors que la vie privée est en passe d’effacer son œuvre et que plusieurs radios ont décidé de le bannir de leur antenne, qu’on le veuille ou non, la musique de Michael Jackson est plus vivante que jamais.

    Dix ans après, l’héritage musical de Michael Jackson

Chroniques
  • Iran-USA: la souris qui rugissait

    C’est un « piège à cons », avais-je relevé ici même. Dès lors que Donald Trump est sorti de l’accord contraignant et contrôlé destiné à empêcher l’Iran de se doter éventuellement de l’arme nucléaire, ce pays n’avait pas le choix : soit se coucher et perdre la face, soit répliquer en reprenant, par exemple, fût-ce à petite échelle, les opérations d’enrichissement de l’uranium.

    Et c’est alors Donald Trump qui était piégé. Il était contraint de réagir, sauf à être considéré comme celui qui aurait permis à l’Iran de progresser en direction de la confection de la bombe.

    Des flambées un peu partout

    Réagir, mais comment, puisqu’il avait déjà accumulé...

    Lire la suite

  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite