Publifin change de nom et s’appellera désormais Enodia

Stéphanie De Simone a pris la présidence de Publifin en février dernier ©Thomas Van Ass.
Stéphanie De Simone a pris la présidence de Publifin en février dernier ©Thomas Van Ass.

En 2012, pour répondre à la plus grosse crise de son histoire, la banque belge Dexia devenait Belfius. Un exemple que le conseil d’administration de Publifin a décidé de suivre : dans les prochaines semaines, l’intercommunale liégeoise devrait être rebaptisée Enodia. Du latin « enodis », qui signifie littéralement « sans noeud », « souple », qui « se laisse fléchir facilement ». Bref, un nom taillé sur mesure pour un groupe en pleine restructuration – même si les réformes attendues se font parfois attendre et si la souplesse promise n’est pas toujours au rendez-vous.

Ce changement de dénomination n’est pas une première : héritier de l’ancienne Association liégeoise d’électricité (ALE), le groupe Tecteo fut créé en 2007 et rebaptisé Publifin en 2014.

Rafraîchir la façade

Le conseil d’administration de Publifin a mandaté une agence de communication pour lui soumettre de nouvelles dénominations, histoire de rafraîchir la façade. Parmi les propositions reçues : Cytalia et Enodia. Ce dernier nom ayant obtenu les faveurs des administrateurs.

« Le changement de nom participe à la transformation du groupe, mais ne s’y substitue évidemment pas, commente Fabian Culot, administrateur de l’intercommunale (MR). La volonté est de tourner la page d’une période difficile, mais la nouvelle histoire n’est pas encore totalement écrite. Les gros chantiers sont en cours ».

Tout le monde converge. « Le nom Publifin était un peu grillé », avance un cadre. « L’image commerciale de Publifin était fortement atteinte. Il fallait un nouvel élan », reprend un administrateur. Cela passera par Enodia, si l’assemblée générale convoquée le 30 novembre prochain approuve cette nouvelle dénomination.

Le nom de domaine Enodia.be étant réservé depuis 2004 par une société de Herentals, on peut supposer que les détenteurs de Publifin.be ont pris les dispositions nécessaires.

Sur le même sujet
PublifinPolitiqueDexia
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190716-3V2NE5 2019-07-16 14:13:29

    La Lune a marqué les Hommes, ils y ont laissé leurs traces (infographie)

  2. Presse-papier01

    Pour les histoires de cœur, Internet a remplacé l’ami entremetteur

  3. Les seins nus étaient un symbole de libération de la femme dans les années 70. Aujourd’hui, beaucoup de Romandes ne portent pas de soutien-gorge pour leur propre confort.

    A Genève, les seins se passent de soutien

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Faut-il remettre la main sur la Lune?

    Elle est là depuis les premiers jours de la Terre et elle est le musée des premiers moments de l’Univers. Fascinante, elle est gravée à Lascaux, célébrée en Egypte, niée par l’Inquisition. Verne et Wells imaginent comment sonder son mystère. Méliès en fait une farce philosophique. C’est d’une guerre que naîtront carburants et calculateurs, clés du voyage. C’est d’une autre, froide, que viendra l’accomplissement, dans un délai exceptionnellement court. Les pionniers furent téméraires et, heureusement, un peu chanceux, à dos de Saturn, la...

    Lire la suite