Publifin change de nom et s’appellera désormais Enodia

Stéphanie De Simone a pris la présidence de Publifin en février dernier ©Thomas Van Ass.
Stéphanie De Simone a pris la présidence de Publifin en février dernier ©Thomas Van Ass.

En 2012, pour répondre à la plus grosse crise de son histoire, la banque belge Dexia devenait Belfius. Un exemple que le conseil d’administration de Publifin a décidé de suivre : dans les prochaines semaines, l’intercommunale liégeoise devrait être rebaptisée Enodia. Du latin « enodis », qui signifie littéralement « sans noeud », « souple », qui « se laisse fléchir facilement ». Bref, un nom taillé sur mesure pour un groupe en pleine restructuration – même si les réformes attendues se font parfois attendre et si la souplesse promise n’est pas toujours au rendez-vous.

Ce changement de dénomination n’est pas une première : héritier de l’ancienne Association liégeoise d’électricité (ALE), le groupe Tecteo fut créé en 2007 et rebaptisé Publifin en 2014.

Rafraîchir la façade

Le conseil d’administration de Publifin a mandaté une agence de communication pour lui soumettre de nouvelles dénominations, histoire de rafraîchir la façade. Parmi les propositions reçues : Cytalia et Enodia. Ce dernier nom ayant obtenu les faveurs des administrateurs.

« Le changement de nom participe à la transformation du groupe, mais ne s’y substitue évidemment pas, commente Fabian Culot, administrateur de l’intercommunale (MR). La volonté est de tourner la page d’une période difficile, mais la nouvelle histoire n’est pas encore totalement écrite. Les gros chantiers sont en cours ».

Tout le monde converge. « Le nom Publifin était un peu grillé », avance un cadre. « L’image commerciale de Publifin était fortement atteinte. Il fallait un nouvel élan », reprend un administrateur. Cela passera par Enodia, si l’assemblée générale convoquée le 30 novembre prochain approuve cette nouvelle dénomination.

Le nom de domaine Enodia.be étant réservé depuis 2004 par une société de Herentals, on peut supposer que les détenteurs de Publifin.be ont pris les dispositions nécessaires.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Publifin|Politique|Dexia
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Un des auteurs de l’étude remarque que « le coût  du système des voitures  de société est supporté  par tout le monde, pour  un bénéfice concentré chez un nombre important  de gens, surtout des plus nantis ».

    Voitures de société: un système coûteux, inéquitable et polluant

  2. C’est dans le décor champêtre de la Vallée du Lac que Dimitri Fourny a annoncé qu’il ne se présenterait pas aux prochaines élections.

    CDH, parti décapité cherche têtes de liste

  3. ©News

    Les bulletins des Diables rouges: une 100e cap fêtée de la plus belle des manières pour Eden Hazard

Chroniques
  • Gilets jaunes: et si une autre France, la vraie, descendait enfin dans la rue?

    Et le peuple, dans sa diversité, il s’exprime quand ?

    Et ceux, massivement majoritaires, qui partagent ou portent l’essentiel du message que le mouvement des gilets jaunes faisait à l’origine entendre, mais refusent de cautionner, par leur silence, une entreprise, consciente et concertée, de démolition de la République et de la Nation ? Qui entendent exprimer, à la fois, cet accord profond et ce désaccord total ? Ceux qui aspirent à une radicale transformation sociale et institutionnelle, culturelle aussi peut-être, de notre patrie commune, mais refusent son saccage par les éternels profiteurs du désordre établi, y compris du désordre néolibéral établi dont ils sont les enfants perdus… Ceux-là, comment peuvent-ils se faire, eux aussi, entendre ?

    Car cela suffit ! On ne peut plus subir passivement, face au reste du monde ébahi, les conséquences dévastatrices des petites manœuvres lamentables d’en haut et des manipulations factieuses dont est victime l’en bas.

    Jusqu’à quand les démocrates...

    Lire la suite

  • Non, Daesh n’est pas défait

    Les affirmations les plus répétées sont parfois les plus fausses : non, l’Etat islamique n’est pas défait. L’organisation a effectivement perdu le contrôle du dernier réduit d’un territoire qui, à son apogée, était aussi grand que la Grande-Bretagne. Mais l’EI, qui avait planifié sa mue forcée par la victoire des Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les Etats-Unis, reste une organisation puissamment structurée, financée, et elle est désormais totalement revenue à son mode d’action premier : la guérilla et le...

    Lire la suite