La Loterie nationale reverse 201.000 euros au fonds Anticancer pour soutenir la recherche

©Belga
©Belga

La Loterie nationale a reversé 201.000 euros au fonds Anticancer pour financer une étude clinique sur le traitement du cancer du col de l’utérus. Celle-ci combine des traitements existants et peu onéreux avec l’immunothérapie, indique le Fonds jeudi dans un communiqué.

«  Les traitements actuels contre le cancer du col de l’utérus sont agressifs  », explique le directeur médical du Fonds Anticancer, Guy Buyens. «  L’immunothérapie offre une piste prometteuse puisqu’elle renforce le système immunitaire et l’aide à lutter contre les cellules cancéreuses. Cette technique combinée à la radiothérapie et à cinq traitements déjà existants pourrait permettre de combattre plusieurs tumeurs en même temps, tout en améliorant l’efficacité de l’immunothérapie sans en augmenter le coût  ».

La Loterie nationale a décidé de soutenir cette recherche à hauteur de 201.000 euros. «  Cet appui rend possible une recherche onéreuse mais nécessaire afin d’aider davantage de patients de la meilleure façon possible  », poursuit M. Buyens.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le traité devra encore être ratifié
: avalisé par le Conseil européen à vingt-sept, voté par le Parlement européen et celui de Westminster, en décembre.

    L’accord sur le Brexit: les points à retenir des 585 pages

  2. L’automobiliste ne peut tabler que sur une baisse des prix pétroliers pour espérer voir dégonfler le poste «
carburants
» de son budget.

    La Belgique, championne de la taxation du diesel

  3. En l’absence d’une autorité belge de la protection des données, le pays est à la traine pour traiter les plaintes.

    RGPD: l’autorité belge de protection des données a du mal à tenir le rythme

Chroniques
  • Centenaire de l’armistice: un monde sans mémoire

    Avec la Toussaint, la fête des morts et les commémorations de la fin de la Première Guerre mondiale, nous sortons d’une intense période mémorielle, qui a retenu l’attention de tous les médias. Mais cette accumulation de rites, d’images et de discours ne doit pas occulter le fait que nous entrons dans un monde sans mémoire.

    Comme Péguy l’a montré, la mémoire n’est pas l’histoire : c’en est même le contraire. La mémoire est un lien vivant, concret, presque charnel, avec un passé qui reste vivant, qui nous concerne et nous touche. Elle nous rattache à l’expérience des générations antérieures par une chaîne de témoignages, de gestes, de rituels dont nous avons été partie prenante, qui ont imprimé en nous des images, même vagues, chargées de sens et d’affects. L’histoire au contraire est une science, un regard neutre et objectif, un retour sur un passé avec lequel les...

    Lire la suite

  • Brexit: il ne faudra pas s’étonner

    Donc, on y serait… L’accord sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne a été conclu entre les deux parties et avalisé ce mercredi par le gouvernement britannique.

    Ce moment constitue l’étape la plus déterminante du processus depuis que la Première ministre Theresa May a formellement notifié à l’Union, le 29 mars 2017, la décision de la quitter. Mais il serait hasardeux de prédire que l’essentiel est fait. On le dira lorsque l’accord aura été adopté par le Parlement britannique : forcer...

    Lire la suite