Menaces d’attaque contre Macron: cinq suspects toujours en garde à vue, un libéré

©EPA
©EPA

Cinq personnes liées à l’ultradroite et arrêtées mardi en raison de soupçons d’un projet d’attaque visant le président Emmanuel Macron étaient toujours en garde à vue jeudi soir tandis qu’une autre a été libérée, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Le suspect dont la garde à vue a été levée avait été interpellé en Ille-et-Vilaine (ouest), selon cette source.

En matière terroriste, une garde à vue peut durer jusqu’à 96 heures.

Au total, six personnes --cinq hommes et une femme, âgés de 22 à 62 ans -- ont été interpellées mardi. Dans des échanges téléphoniques, ils évoquaient des projets, dont celui de s’attaquer au chef de l’Etat, selon une source proche du dossier.

«  Le projet d’attaque ne semble pas abouti mais on trouve tout de même en toile de fond les commémorations du 11-Novembre », avait expliqué une source proche de l’enquête à l’AFP.

Intervention des services de la sécurité intérieure

C’est parce que l’un d’eux, Jean-Pierre B., domicilié en Isère (sud-est), s’est déplacé « dans l’est » de la France, alors qu’Emmanuel Macron s’y trouvait pour les commémorations, que les services de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) sont intervenus, a détaillé la source proche du dossier.

Jean-Pierre B. a été interpellé en Moselle, dans l’Est, tout comme trois autres hommes. Il était notamment en possession d’un poignard.

La femme, âgée de 61 ans, a pour sa part été arrêtée en Isère. Le dernier l’a été en Ille-et-Vilaine.

Ces arrestations ont eu lieu dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte le 31 octobre par le parquet de Paris pour «  association de malfaiteurs terroriste criminelle ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN-EU-POLITICS-BREXIT-ROYALS

    Royaume-Uni: un discours royal pour rien?

  2. Des manifestants se heurent aux forces de police à l’aéroport de Barcelone après l’annonce de la condamnation des leaders indépendantistes.

    La Catalogne bloquée après la condamnation des leaders indépendantistes

  3. PHILIPPE CLOSE

    Philippe Close au «Soir»: «Ce qui s’est produit avec Extinction Rebellion est un échec pour tout le monde»

La chronique
  • Allô, c’est Donald Trump à l’appareil!

    Avant de décider de lâcher les Kurdes, Trump avait longuement palabré avec Erdogan au téléphone.

    « Allô, ici Trump… ! »

    On imagine la scène : « Allô Erdogan, le président des Etats-Unis au bout du fil. Voilà, j’ai un service à vous demander. J’ai un problème avec une certaine Elizabeth Warren qui prétend vouloir se présenter contre moi. C’est une folle, c’est une hystérique, c’est une communiste. Et, en plus, c’est une démocrate et c’est une femme. C’est dire ! Mais il paraît qu’elle devient dangereuse. Vous n’auriez pas quelque chose en réserve contre elle, la preuve que lors d’un déplacement touristique à Istanbul elle a refusé de se déchausser dans une mosquée ou qu’elle n’a pas payé sa note d’hôtel ? Si vous me trouvez ça, promis, je retire mes troupes de la frontière syrienne et les Kurdes, je vous les livre, tout chaud ».

    ...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaînon politique manquant

    Et voilà donc la vérité selon Stéphane Moreau. Après que tous les médias ont sollicité durant des années sans relâche une interview de l’homme fort de la galaxie Nethys, on ne peut que remarquer la multiplication des communications de ce week-end.

    Mais l’essentiel n’est pas là. Ce dimanche, un fantôme occupait une place centrale dans l’exposé de Stéphane Moreau, et c’est bien embêtant car ce fantôme est un élément clé du dispositif qui fait de Nethys, contrairement à ce qu’en dit le manager, un...

    Lire la suite