Cinq points pris en douze matches: les clubs français réalisent un parcours catastrophique en Europa League

Cinq points pris en douze matches: les clubs français réalisent un parcours catastrophique en Europa League
Photo News

Pas la soirée des clubs français : Marseille, finaliste la saison dernière en Ligue Europa, est déjà éliminé après sa défaite chez la Lazio Rome (2-1). Rennes, croqué par le Dynamo Kiev (3-1), et Bordeaux, tenu en échec par le Zenit Saint-Pétersbourg (1-1), ne sont pas loin de prendre la porte.

Les Bordelais ont ouvert le score par un penalty de François Kamano mais se sont fait surprendre par Anton Zabolotny (72e) malgré un match maitrisé. Ils comptent 1 point après quatre journées. C’est sept de moins que le Zenit et six de moins que le Slavia Prague, 2e après son nul 0-0 contre Copenhague. Mathématiquement, il reste une chance infime et improbable de se qualifier.

Pour Rennes, c’est un peu la même chose : les Bretons ne sont pas éliminés, mathématiquement, après leur déroute 3-1 en Ukraine (buts de Benjamin Verbic, 13e, Vitaliy Mykolenko, 68e, Mykola Shaparenko, 72e, réduction du score de Theoson Siebatcheu 89e).

Mais, bloqués à trois unités, ils comptent cinq points de retard sur leur bourreau du soir et sur Astana, qui a battu Jablonec (2-1). Un autre gouffre quasiment impossible à combler lors des deux matches restant… Surtout vu le niveau affiché jeudi.

Marseille, qui n’a pris qu’un point en quatre matches, n’a même plus cet infime espoir auquel se raccrocher : les valeureux finalistes de la saison dernière ont une nouvelle fois sombré chez la Lazio Rome (2-1).

Ils laissent les places qualificatives de leur groupe H aux Italiens et à l’Eintracht Francfort, vainqueur dans le même temps contre l’Apollon Limassol (3-2).

Les Olympiens ont sombré juste avant la mi-temps (but de Marco Parolo, 45+1) puis un peu après (Joaquin Correa, 55e), et la réduction du score de Florian Thauvin (60e) n’est qu’anecdotique.

« Je suis content du contenu et d’avoir joué jusqu’au bout pour marquer », a quand même tenté de positiver l’entraîneur Rudi Garcia. « Leur gardien a été bon alors que nous, les adversaires n’ont besoin que d’une demi-occasion pour marquer en ce moment. »

C’est la quatrième défaite consécutive pour les hommes de Rudi Garcia, toutes compétitions confondues. La crise s’installe à Marseille, qui sera sous pression pour la réception de Dijon dimanche (17h00) en championnat.

Il y a quand même un Français qui a le sourire jeudi soir : l’avant-centre des Bleus Olivier Giroud a offert la qualification à son équipe de Chelsea (1-0, 53e) jeudi chez le BATE Borisov.

Son ancien club d’Arsenal, qui a fait match nul avec le Sporting Portugal (0-0), s’est également qualifié pour les seizièmes de finale de l’épreuve.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. @Belga

    Watducks: le sacre du caractère

  2. Nissan a porté plainte au pénal contre Carlos Ghosn, son ancien patron.

    L’avenir de Carlos Ghosn s’assombrit encore un peu plus

  3. Oriol Junqueras a répondu pour la première fois depuis son incarcération aux questions des journalistes, réunis dans une rédaction à plus de 600 kilomètres de l’endroit où il est emprisonné.

    Les Catalans en campagne depuis la prison

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite