Cinq points pris en douze matches: les clubs français réalisent un parcours catastrophique en Europa League

Edition numérique des abonnés

Pas la soirée des clubs français : Marseille, finaliste la saison dernière en Ligue Europa, est déjà éliminé après sa défaite chez la Lazio Rome (2-1). Rennes, croqué par le Dynamo Kiev (3-1), et Bordeaux, tenu en échec par le Zenit Saint-Pétersbourg (1-1), ne sont pas loin de prendre la porte.

Les Bordelais ont ouvert le score par un penalty de François Kamano mais se sont fait surprendre par Anton Zabolotny (72e) malgré un match maitrisé. Ils comptent 1 point après quatre journées. C’est sept de moins que le Zenit et six de moins que le Slavia Prague, 2e après son nul 0-0 contre Copenhague. Mathématiquement, il reste une chance infime et improbable de se qualifier.

Pour Rennes, c’est un peu la même chose : les Bretons ne sont pas éliminés, mathématiquement, après leur déroute 3-1 en Ukraine (buts de Benjamin Verbic, 13e, Vitaliy Mykolenko, 68e, Mykola Shaparenko, 72e, réduction du score de Theoson Siebatcheu 89e).

Mais, bloqués à trois unités, ils comptent cinq points de retard sur leur bourreau du soir et sur Astana, qui a battu Jablonec (2-1). Un autre gouffre quasiment impossible à combler lors des deux matches restant… Surtout vu le niveau affiché jeudi.

Marseille, qui n’a pris qu’un point en quatre matches, n’a même plus cet infime espoir auquel se raccrocher : les valeureux finalistes de la saison dernière ont une nouvelle fois sombré chez la Lazio Rome (2-1).

Ils laissent les places qualificatives de leur groupe H aux Italiens et à l’Eintracht Francfort, vainqueur dans le même temps contre l’Apollon Limassol (3-2).

Les Olympiens ont sombré juste avant la mi-temps (but de Marco Parolo, 45+1) puis un peu après (Joaquin Correa, 55e), et la réduction du score de Florian Thauvin (60e) n’est qu’anecdotique.

«  Je suis content du contenu et d’avoir joué jusqu’au bout pour marquer  », a quand même tenté de positiver l’entraîneur Rudi Garcia. « Leur gardien a été bon alors que nous, les adversaires n’ont besoin que d’une demi-occasion pour marquer en ce moment.  »

C’est la quatrième défaite consécutive pour les hommes de Rudi Garcia, toutes compétitions confondues. La crise s’installe à Marseille, qui sera sous pression pour la réception de Dijon dimanche (17h00) en championnat.

Il y a quand même un Français qui a le sourire jeudi soir : l’avant-centre des Bleus Olivier Giroud a offert la qualification à son équipe de Chelsea (1-0, 53e) jeudi chez le BATE Borisov.

Son ancien club d’Arsenal, qui a fait match nul avec le Sporting Portugal (0-0), s’est également qualifié pour les seizièmes de finale de l’épreuve.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les héros de Stan Lee vont rassembler une véritable communauté de lecteurs. Jusqu’à conquérir le grand écran.

    Stan Lee, dieu disparu des superhéros

  2. MAF SPORTKOT ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Un cercle louvaniste sous le coup d’une instruction judiciaire: tout ce qu’il faut savoir

  3. Pour la fin du siècle, l’élévation du niveau de la mer pourrait atteindre un mètre.

    Le point de non-retour approche pour les calottes glaciaires

Chroniques
  • La nouvelle affaire Pétain

    Il paraît qu’Emmanuel Macron, président de la République française de son état, a commis une gaffe politique monumentale en associant le maréchal Pétain à l’hommage qu’il était prévu de rendre, aux Invalides, aux grands chefs de la Grande Guerre à l’occasion du 11 novembre.

    Donc, il fallait le gratter. L’effacer. Comme, en URSS, sous Staline, on effaçait Trotski des photos où il figurait aux côtés de Lénine. Evanoui, parti en fumée Trotski ! Son présent valait éradication, même visuelle, de son passé. Puisqu’il n’était plus, il n’avait pas été. Il ne devait pas avoir été. Son absence, après 1927, valait annulation de sa présence en 1917.

    C’est, logiquement, ce qu’exigeaient les protestataires qui s’offusquèrent que Pétain soit associé à l’hommage collectif rendu aux maréchaux de la Grande Guerre...

    Lire la suite

  • Le «Nous» de combat de Macron et Merkel

    O n gardera, de ce jour, l’image de 84 chefs d’Etat et de gouvernement qui étaient hier des nations belligérantes. Ce qui demeure incertain dans l’avenir, c’est la façon dont sera interprétée cette image. Sera-t-elle le symbole éclatant d’une paix durable entre les nations ? Ou la photographie d’un dernier moment d’unité avant que le monde ne sombre dans un nouveau désordre  ? » C’est sur ce terrible doute que le président Emmanuel Macron a ouvert le Forum de Paris pour la...

    Lire la suite