Cinq points pris en douze matches: les clubs français réalisent un parcours catastrophique en Europa League

Cinq points pris en douze matches: les clubs français réalisent un parcours catastrophique en Europa League
Photo News

Pas la soirée des clubs français : Marseille, finaliste la saison dernière en Ligue Europa, est déjà éliminé après sa défaite chez la Lazio Rome (2-1). Rennes, croqué par le Dynamo Kiev (3-1), et Bordeaux, tenu en échec par le Zenit Saint-Pétersbourg (1-1), ne sont pas loin de prendre la porte.

Les Bordelais ont ouvert le score par un penalty de François Kamano mais se sont fait surprendre par Anton Zabolotny (72e) malgré un match maitrisé. Ils comptent 1 point après quatre journées. C’est sept de moins que le Zenit et six de moins que le Slavia Prague, 2e après son nul 0-0 contre Copenhague. Mathématiquement, il reste une chance infime et improbable de se qualifier.

Pour Rennes, c’est un peu la même chose : les Bretons ne sont pas éliminés, mathématiquement, après leur déroute 3-1 en Ukraine (buts de Benjamin Verbic, 13e, Vitaliy Mykolenko, 68e, Mykola Shaparenko, 72e, réduction du score de Theoson Siebatcheu 89e).

Mais, bloqués à trois unités, ils comptent cinq points de retard sur leur bourreau du soir et sur Astana, qui a battu Jablonec (2-1). Un autre gouffre quasiment impossible à combler lors des deux matches restant… Surtout vu le niveau affiché jeudi.

Marseille, qui n’a pris qu’un point en quatre matches, n’a même plus cet infime espoir auquel se raccrocher : les valeureux finalistes de la saison dernière ont une nouvelle fois sombré chez la Lazio Rome (2-1).

Ils laissent les places qualificatives de leur groupe H aux Italiens et à l’Eintracht Francfort, vainqueur dans le même temps contre l’Apollon Limassol (3-2).

Les Olympiens ont sombré juste avant la mi-temps (but de Marco Parolo, 45+1) puis un peu après (Joaquin Correa, 55e), et la réduction du score de Florian Thauvin (60e) n’est qu’anecdotique.

« Je suis content du contenu et d’avoir joué jusqu’au bout pour marquer », a quand même tenté de positiver l’entraîneur Rudi Garcia. « Leur gardien a été bon alors que nous, les adversaires n’ont besoin que d’une demi-occasion pour marquer en ce moment. »

C’est la quatrième défaite consécutive pour les hommes de Rudi Garcia, toutes compétitions confondues. La crise s’installe à Marseille, qui sera sous pression pour la réception de Dijon dimanche (17h00) en championnat.

Il y a quand même un Français qui a le sourire jeudi soir : l’avant-centre des Bleus Olivier Giroud a offert la qualification à son équipe de Chelsea (1-0, 53e) jeudi chez le BATE Borisov.

Son ancien club d’Arsenal, qui a fait match nul avec le Sporting Portugal (0-0), s’est également qualifié pour les seizièmes de finale de l’épreuve.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Un des auteurs de l’étude remarque que « le coût  du système des voitures  de société est supporté  par tout le monde, pour  un bénéfice concentré chez un nombre important  de gens, surtout des plus nantis ».

    Voitures de société: un système coûteux, inéquitable et polluant

  2. C’est dans le décor champêtre de la Vallée du Lac que Dimitri Fourny a annoncé qu’il ne se présenterait pas aux prochaines élections.

    CDH, parti décapité cherche têtes de liste

  3. ©News

    Les bulletins des Diables rouges: une 100e cap fêtée de la plus belle des manières pour Eden Hazard

Chroniques
  • Gilets jaunes: et si une autre France, la vraie, descendait enfin dans la rue?

    Et le peuple, dans sa diversité, il s’exprime quand ?

    Et ceux, massivement majoritaires, qui partagent ou portent l’essentiel du message que le mouvement des gilets jaunes faisait à l’origine entendre, mais refusent de cautionner, par leur silence, une entreprise, consciente et concertée, de démolition de la République et de la Nation ? Qui entendent exprimer, à la fois, cet accord profond et ce désaccord total ? Ceux qui aspirent à une radicale transformation sociale et institutionnelle, culturelle aussi peut-être, de notre patrie commune, mais refusent son saccage par les éternels profiteurs du désordre établi, y compris du désordre néolibéral établi dont ils sont les enfants perdus… Ceux-là, comment peuvent-ils se faire, eux aussi, entendre ?

    Car cela suffit ! On ne peut plus subir passivement, face au reste du monde ébahi, les conséquences dévastatrices des petites manœuvres lamentables d’en haut et des manipulations factieuses dont est victime l’en bas.

    Jusqu’à quand les démocrates...

    Lire la suite

  • Non, Daesh n’est pas défait

    Les affirmations les plus répétées sont parfois les plus fausses : non, l’Etat islamique n’est pas défait. L’organisation a effectivement perdu le contrôle du dernier réduit d’un territoire qui, à son apogée, était aussi grand que la Grande-Bretagne. Mais l’EI, qui avait planifié sa mue forcée par la victoire des Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les Etats-Unis, reste une organisation puissamment structurée, financée, et elle est désormais totalement revenue à son mode d’action premier : la guérilla et le...

    Lire la suite