Il y a «trop» d’agents contractuels à l’administration wallonne au lieu de statutaires

Alda Greoli, la ministre wallonne de la Fonction publique © Le Soir/Roger Milutin
Alda Greoli, la ministre wallonne de la Fonction publique © Le Soir/Roger Milutin

Dans un avis daté du 5 novembre, l’Inspection des finances rappelle à la ministre wallonne de la Fonction publique Alda Greoli (CDH) que le recours à des agents contractuels est en principe exceptionnel dans l’administration. La règle, c’est le statut, indique La Libre vendredi.

Par un arrêté, la ministre souhaitait permettre au personnel contractuel des administrations régionales de bénéficier de promotions par avancement de grade au même titre que les agents statutaires (nommés à vie).

« Malheureusement, cette possibilité de recourir à du personnel contractuel a été appliquée de ’manière très généreuse’ en Région wallonne avec application d’échelles de traitement parfois très avantageuses », stipule l’Inspection des finances (IF) dans l’avis que La Libre s’est procuré.

L’IF rappelle ainsi poliment à la ministre que les gouvernements wallons successifs ont « recasé » de nombreux attachés de cabinet en fin de législature en leur octroyant des contrats bien payés sans passer par un concours de recrutement, écrit le quotidien. En conséquence, il y a aujourd’hui davantage de contractuels que de statutaires dans l’ensemble des services du gouvernement (57 %-43 %).

Or l’IF considère que les raisons qui ont conduit à la création d’un statut (continuité du service, stabilité de l’emploi, indépendance…) ont encore tout leur intérêt : « Il est clair que la contractualisation tous azimuts du statut affaiblit ces différents concepts et s’il est plus efficace managérialement parlant de gérer de l’emploi contractuel, les inconvénients qui y sont liés peuvent conduire à de nouvelles difficultés en termes de fonctionnement. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Un des auteurs de l’étude remarque que « le coût  du système des voitures  de société est supporté  par tout le monde, pour  un bénéfice concentré chez un nombre important  de gens, surtout des plus nantis ».

    Voitures de société: un système coûteux, inéquitable et polluant

  2. Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, aux côtés du président Vladimir Poutine
: «
«
Trouver un chat noir dans une pièce obscure n’est pas facile, surtout quand il n’y en a pas
».

    Rapport Mueller: Moscou savoure… sans excès de triomphalisme

  3. C’est dans le décor champêtre de la Vallée du Lac que Dimitri Fourny a annoncé qu’il ne se présenterait pas aux prochaines élections.

    CDH, parti décapité cherche têtes de liste

Chroniques
  • Gilets jaunes: et si une autre France, la vraie, descendait enfin dans la rue?

    Et le peuple, dans sa diversité, il s’exprime quand ?

    Et ceux, massivement majoritaires, qui partagent ou portent l’essentiel du message que le mouvement des gilets jaunes faisait à l’origine entendre, mais refusent de cautionner, par leur silence, une entreprise, consciente et concertée, de démolition de la République et de la Nation ? Qui entendent exprimer, à la fois, cet accord profond et ce désaccord total ? Ceux qui aspirent à une radicale transformation sociale et institutionnelle, culturelle aussi peut-être, de notre patrie commune, mais refusent son saccage par les éternels profiteurs du désordre établi, y compris du désordre néolibéral établi dont ils sont les enfants perdus… Ceux-là, comment peuvent-ils se faire, eux aussi, entendre ?

    Car cela suffit ! On ne peut plus subir passivement, face au reste du monde ébahi, les conséquences dévastatrices des petites manœuvres lamentables d’en haut et des manipulations factieuses dont est victime l’en bas.

    Jusqu’à quand les démocrates...

    Lire la suite

  • Non, Daesh n’est pas défait

    Les affirmations les plus répétées sont parfois les plus fausses : non, l’Etat islamique n’est pas défait. L’organisation a effectivement perdu le contrôle du dernier réduit d’un territoire qui, à son apogée, était aussi grand que la Grande-Bretagne. Mais l’EI, qui avait planifié sa mue forcée par la victoire des Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les Etats-Unis, reste une organisation puissamment structurée, financée, et elle est désormais totalement revenue à son mode d’action premier : la guérilla et le...

    Lire la suite