Il y a «trop» d’agents contractuels à l’administration wallonne au lieu de statutaires

Alda Greoli, la ministre wallonne de la Fonction publique © Le Soir/Roger Milutin
Alda Greoli, la ministre wallonne de la Fonction publique © Le Soir/Roger Milutin

Dans un avis daté du 5 novembre, l’Inspection des finances rappelle à la ministre wallonne de la Fonction publique Alda Greoli (CDH) que le recours à des agents contractuels est en principe exceptionnel dans l’administration. La règle, c’est le statut, indique La Libre vendredi.

Par un arrêté, la ministre souhaitait permettre au personnel contractuel des administrations régionales de bénéficier de promotions par avancement de grade au même titre que les agents statutaires (nommés à vie).

« Malheureusement, cette possibilité de recourir à du personnel contractuel a été appliquée de ’manière très généreuse’ en Région wallonne avec application d’échelles de traitement parfois très avantageuses », stipule l’Inspection des finances (IF) dans l’avis que La Libre s’est procuré.

L’IF rappelle ainsi poliment à la ministre que les gouvernements wallons successifs ont « recasé » de nombreux attachés de cabinet en fin de législature en leur octroyant des contrats bien payés sans passer par un concours de recrutement, écrit le quotidien. En conséquence, il y a aujourd’hui davantage de contractuels que de statutaires dans l’ensemble des services du gouvernement (57 %-43 %).

Or l’IF considère que les raisons qui ont conduit à la création d’un statut (continuité du service, stabilité de l’emploi, indépendance…) ont encore tout leur intérêt : « Il est clair que la contractualisation tous azimuts du statut affaiblit ces différents concepts et s’il est plus efficace managérialement parlant de gérer de l’emploi contractuel, les inconvénients qui y sont liés peuvent conduire à de nouvelles difficultés en termes de fonctionnement. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190716-3V2NE5 2019-07-16 14:13:29

    La Lune a marqué les Hommes, ils y ont laissé leurs traces (infographie)

  2. Presse-papier01

    Pour les histoires de cœur, Internet a remplacé l’ami entremetteur

  3. Les seins nus étaient un symbole de libération de la femme dans les années 70. Aujourd’hui, beaucoup de Romandes ne portent pas de soutien-gorge pour leur propre confort.

    A Genève, les seins se passent de soutien

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Faut-il remettre la main sur la Lune?

    Elle est là depuis les premiers jours de la Terre et elle est le musée des premiers moments de l’Univers. Fascinante, elle est gravée à Lascaux, célébrée en Egypte, niée par l’Inquisition. Verne et Wells imaginent comment sonder son mystère. Méliès en fait une farce philosophique. C’est d’une guerre que naîtront carburants et calculateurs, clés du voyage. C’est d’une autre, froide, que viendra l’accomplissement, dans un délai exceptionnellement court. Les pionniers furent téméraires et, heureusement, un peu chanceux, à dos de Saturn, la...

    Lire la suite