Il y a «trop» d’agents contractuels à l’administration wallonne au lieu de statutaires

Alda Greoli, la ministre wallonne de la Fonction publique © Le Soir/Roger Milutin
Alda Greoli, la ministre wallonne de la Fonction publique © Le Soir/Roger Milutin

Dans un avis daté du 5 novembre, l’Inspection des finances rappelle à la ministre wallonne de la Fonction publique Alda Greoli (CDH) que le recours à des agents contractuels est en principe exceptionnel dans l’administration. La règle, c’est le statut, indique La Libre vendredi.

Par un arrêté, la ministre souhaitait permettre au personnel contractuel des administrations régionales de bénéficier de promotions par avancement de grade au même titre que les agents statutaires (nommés à vie).

« Malheureusement, cette possibilité de recourir à du personnel contractuel a été appliquée de ’manière très généreuse’ en Région wallonne avec application d’échelles de traitement parfois très avantageuses », stipule l’Inspection des finances (IF) dans l’avis que La Libre s’est procuré.

L’IF rappelle ainsi poliment à la ministre que les gouvernements wallons successifs ont « recasé » de nombreux attachés de cabinet en fin de législature en leur octroyant des contrats bien payés sans passer par un concours de recrutement, écrit le quotidien. En conséquence, il y a aujourd’hui davantage de contractuels que de statutaires dans l’ensemble des services du gouvernement (57 %-43 %).

Or l’IF considère que les raisons qui ont conduit à la création d’un statut (continuité du service, stabilité de l’emploi, indépendance…) ont encore tout leur intérêt : « Il est clair que la contractualisation tous azimuts du statut affaiblit ces différents concepts et s’il est plus efficace managérialement parlant de gérer de l’emploi contractuel, les inconvénients qui y sont liés peuvent conduire à de nouvelles difficultés en termes de fonctionnement. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. ©News

  3. d-20171004-3H7GND 2019-07-11 06:57:30

    Les aides publiques aux aéroports régionaux dopent Ryanair… et les émissions de C02

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite