En France, les actes antisémites sont en très forte hausse

Le Premier ministre Edouard Philippe a publié une tribune sur Facebook.
© AFP
Le Premier ministre Edouard Philippe a publié une tribune sur Facebook. © AFP

Après deux années de baisse, les actes antisémites en France sont en très forte hausse (+69%) sur les neuf premiers mois de 2018, s’alarme le Premier ministre Edouard Philippe dans une tribune publiée vendredi sur Facebook.

«Chaque agression perpétrée contre un de nos concitoyens parce qu’il est juif résonne comme un nouveau bris de cristal», affirme le chef du gouvernement dans cette tribune publiée exactement 80 ans après la funeste nuit de Cristal et ses exactions nazies contre les Juifs en Allemagne, le 9 novembre 1938.

Ces chiffres ne sont «pas une surprise», a réagi le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Francis Kalifat, interrogé sur LCI.

«L’antisémitisme est profondément ancré dans notre pays (...) Nous atteignons des niveaux qui vont devenir insupportables», a-t-il estimé, en appelant à traiter ce phénomène de manière spécifique.

«On ne peut plus aller de plan en plan pour lutter contre l’antisémitisme, parce que nous constatons que ces plans qui se succèdent n’arrivent pas à résorber ce cancer qui gangrène notre société», a-t-il déploré.

Il a appelé les autorités à traiter «l’antisémitisme de façon individuelle, (...) pas comme la lutte contre l’ensemble des haines». «L’antisémitisme ne répond pas aux mêmes ressorts que les autres haines», a-t-il affirmé.

« Ne rien laisser passer »

Après une année 2015 record, les actes antisémites avaient nettement reculé en 2016 (-58%). La décrue s’était poursuivie en 2017 (-7%), avec 311 actes répertoriés, même si elle masquait une augmentation des actes violents visant les Juifs.

Après l’attentat antisémite de Pittsburgh aux Etats-Unis fin octobre, Edouard Philippe avait redit sa détermination à «ne rien laisser passer» en matière d’antisémitisme en France.

Citant le rescapé des camps nazis Elie Wiesel pour avertir du «danger» de «l’indifférence», le Premier ministre assure que «le gouvernement a précisément choisi de ne pas rester indifférent», en rappelant des décisions prises ces derniers mois.

Le gouvernement prépare notamment pour 2019 une modification de la loi afin de renforcer la lutte contre la cyberhaine, en mettant la pression sur les opérateurs du Net.

«Dès la mi-novembre», une équipe nationale sera mobilisable «en permanence» au ministère de l’Éducation nationale pour intervenir dans les établissements scolaires en appui de tout enseignant confronté à l’antisémitisme, précise-t-il.

Le récent plan du Premier ministre contre le racisme et l’antisémitisme prévoit l’expérimentationd’"un réseau d’enquêteurs et de magistrats spécifiquement formés à la lutte contre les actes haineux», qui pourrait être étendu au niveau national, ainsi qu’un dispositif de pré-plainte en ligne afin de favoriser les signalements.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. GMED:bc111bcb-3902-4525-97b8-123c4eef9450

    Brexit: les citoyens belges au Royaume-Uni dans le flou sur leurs droits

  2. Image=d-20190121-3QUFAF_high[1]

    Comment contrer le populisme sans le renforcer?

  3. Les révélations qui se succèdent rendent Donald Trump de plus en plus nerveux...

    Etats-Unis: Donald Trump rattrapé par ses liaisons dangereuses avec la Deutsche Bank

Chroniques
  • Comment contrer le populisme sans le renforcer?

    A l’approche des élections européennes, les grands médias s’interrogent sur l’attitude à adopter face à la poussée populiste, qui menace de saper le fonctionnement de l’Union. Ils affrontent ainsi une question redoutable, et paradoxale : comment contrer le populisme sans contribuer à le renforcer ?

    Il y a belle lurette, en effet, que les médias de qualité ont pris fait et cause contre le populisme, avec un succès tout relatif. On ne compte plus les articles, les éditos et les dossiers qui dénoncent le danger populiste et ses conséquences. En règle générale, le propos suit deux lignes simultanées : démonter la propagande populiste en lui opposant des faits, des statistiques, des contraintes qu’elle ignore superbement ; et dérouler les conséquences du populisme, montrer quelle société invivable il nous prépare, dont les années 30 nous ont donné plus qu’une idée. Leçon de vérité et leçon de morale : des faits face à des délires, des valeurs face à la tentation du Mal.

    Cette réaction est nécessaire, mais est-elle efficace...

    Lire la suite

  • Une élue MR prive la Wallonie de majorité: dérisoire et pourtant irresponsable

    Patricia Potigny, vous connaissez ? Ce n’est pas faire injure à l’élue carolo d’affirmer ici qu’elle n’a guère marqué les esprits depuis qu’elle siège au parlement de Wallonie. En 2015, elle y a remplacé Véronique Cornet, qui a laissé un vide immense, elle.

    Depuis lors, la suppléante s’est contentée durant trois ans de jouer les bons petits soldats du libéralisme wallon. Pas un mot de travers, pas un coup de gueule. Rien. Rien qu’on sache en tout cas. Jean-Paul Wahl lui-même, le chef de groupe...

    Lire la suite