Relisez le «Faux Soir» qui a ridiculisé nazis et rexistes il y a 75 ans

Il y a 75 ans, jour pour jour, le grand éclat de rire qui parcourt la Belgique occupée, est entendu jusque dans les capitales alliées, Londres et Washington. Ce 9 novembre 1943, les résistants viennent de réussir le coup le plus audacieux de l’histoire de la presse clandestine en diffusant, au nez et à la barbe de l’Occupant nazi, un pastiche du «Soir volé», votre quotidien confisqué à ses propriétaires par la Propaganda Abteilung qui avait aussi substitué à ses journalistes d’avant-guerre une rédaction composée de zélateurs de l’Ordre Nouveau, dont Hergé.

Le «Faux Soir» imprimé à 50.000 exemplaires ce 9 novembre 1943 fut ce «Soir de Joie», comme le qualifia joliment le titre retenu par Gaston Schoukens pour son film sorti en salles en 1954 et retraçant ce coup audacieux du Front de l’Indépendance (FI).

Parcourez le PDF ci-dessous zoomant avec l’icone « + »

Invalid Scald ID.

Il ne peut toutefois se réduire à un coup de zwanze, une blague de résistants potaches. Il fut surtout la manifestation d’un instinct de résistance face à l’Occupant dont les positions, en cette fin 1943, se dégradaient inexorablement, laissant entrevoir une sortie espérée de ce conflit qui avait mis l’Europe et le monde à feu et à sang depuis plus de trois ans.

Il fut aussi, pour ceux qui accomplirent cet exploit, tous fédérés au sein du Front de l’Indépendance, un sacrifice. Cinq d’entre eux, dont notre collègue Théo Mullier, responsable du Front de l’Indépendance au sein de l’atelier du «Soir volé», mourront dans les camps allemands. Douze autres survivront aux années de prison ou de forteresse auxquelles ils furent condamnés après avoir été arrêtés et torturés par la Gestapo.

Sur Le Soir + : l’histoire du «Faux Soi»

-Comment les exemplaires ont été composés et distribués

-Qui sont les hommes derrière cet acte de résistance

-La réaction Le réaction de l’occupant humilié

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les membres du Jury de Cannes, présidé par Alejandro Gonzalez Inarritu © AFP

    Le Palmarès du 72e festival de Cannes donne l’impression de ne vouloir froisser personne!

  2. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  3. © Pierre-Yves Thienpont.

    #MaPremièreCampagne: pourquoi j’adore voter

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite