Football Leaks: au PSG, les joueurs touchent entre 33.000 et 375.000 euros pour saluer les supporters

©AFP
©AFP

Ce jeudi soir, l’émission «  Envoyé spécial  » sur France 2 a diffusé un reportage concentré sur les Football Leaks, nom d’une série de révélations faites par le réseau EIC (un consortium de journalistes européens) et ses partenaires, dont fait partie « Le Soir  », sur les pratiques secrètes dans le monde du football.

Dans ce numéro, on y apprend qu’au PSG, les joueurs reçoivent des bonus financiers pour différentes raisons.

En ce qui concerne les salaires, le Brésilien Neymar gagne 30 millions d’euros par an, après impôts sur le revenu. Pour le français Mbappé, c’est 1.468.122 euros par mois, hors bonus. Pour l’attaquant uruguayen Cavani, 1.180.820 euros par mois.

Des clauses secrètes

Ces chiffres sont déjà très élevés mais il y a aussi des clauses secrètes, selon les journalistes d’Envoyé spécial. Chaque geste, chaque détail de la vie des joueurs est financé. Neymar, par exemple, a l’obligation de répondre aux interviews du groupe Al Jazeera, qui est une propriété du Qatar (ndlr : le Qatar Sports Investments est le propriétaire du PSG). Cavani est privé de certaines primes s’il est en retard de plus de 15 minutes à plus de 5 % des entraînements. Mbappé profite, lui, d’une cagnotte de 30.000 euros et peut l’utiliser comme il le souhaite. Par exemple, pour payer son logement, son chauffeur, etc.

L’émission d’enquêtes française révèle aussi dans ce numéro qu’il existe une clause commune à tous les joueurs, pour les discipliner par l’argent. On parle de la prime d’éthique mensuelle. Elle est notamment conditionnée à une obligation : saluer et remercier les supporters avant et après chaque match. Selon les informations d’Envoyé Spécial, le montant varie selon les joueurs. De 33.000 euros jusqu’à 375.000 net par mois pour Neymar.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Football Leaks|Politique|France 2
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MontageFederal

    Le bulletin du gouvernement fédéral: les notes des ministres

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Maria Alyokhina sur scène à Edimbourg en Ecosse, le 15 août 2018.

    Marsha, membre des Pussy Riot: «Il faut choisir de ne pas se taire»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite