Les Diables rouges à la Nations League: Januzaj et Dendoncker de retour, Fellaini non repris (vidéo)

© Belga
© Belga

L’entraîneur fédéral Roberto Martinez a divulgué vendredi midi au Centre national d’entraînement de Tubize, sa sélection de 25 joueurs pour les deux derniers matches de la Poule 2 du Groupe A de la Ligue des Nations de football contre l’Islande, le jeudi 15 novembre (20h45) au Stade Roi Baudouin, et la Suisse, le dimanche 18 (20h45) à Lucerne.

Celle-ci comprend notamment les noms d’Adnan Januzaj (Real Sociedad), remis d’une blessure, pour la première fois depuis le Mondial, et de Leander Dendoncker, pratiquement jamais aligné dans son club de Wolverhampton. « J’ai eu un très bon dialogue avec lui (Dendoncker) », explique Roberto Martinez. « Ce sera un rassemblement très court. Il peut nous apporter son savoir-faire-faire et sa polyvalence. C’est difficile d’amener de nouveaux joueurs dans un camp aussi court, nous avons besoin de joueurs familiers. Et lui peut jouer à différentes positions. »

Romelu Lukaku, absent pour cause de légère blessure lors des deux derniers matches de Manchester United, et l’attaquant de Naples Dries Mertens, touché à l’épaule au cours du match contre le Paris Saint-Germain (1-1), mardi dans le Groupe C de la Ligue des Champions, sont également repris.

Martinez n’a cependant pas caché que Lukaku était incertain. « L’évolution de sa blessure lors des prochaines 48 heures sera décisive », a-t-il admis. « La décision le concernant tombera donc après le week-end. »

Fellaini absent

Marouane Fellaini, un des principaux artisans de la victoire de Manchester United, 1-2, après sa tardive entrée au jeu mardi à la Juventus dans le Groupe H de la Ligue des Champions, et Leandro Trossard, sont cette fois laissés de côté. « Il est revenu contre la Juventus, mais vu la nature de la blessure, il est préférable qu’il soit complètement rétabli et qu’il puisse jouer 90 minutes », a conclu le sélectionneur. Jan Vertonghen (cheville), Kevin De Bruyne (ligaments genou gauche), Mousa Dembélé (cheville), Christian Benteke (genou) et Thomas Vermaelen (ischios-jambiers) sont blessés.

La Suisse compte 6 points en trois matches, et la Belgique, également 6 points, mais en deux rencontres. L’Islande a 0 point sur neuf. Avec quatre points sur six contre l’Islande et en Suisse, la Belgique sera assurée de participer au final four de l’épreuve en juin 2019.

Les convoqués

Gardiens (4) : Koen Casteels (Wolfsburg/All), Thibaut Courtois (Real Madrid/Esp), Simon Mignolet (Liverpool/Ang), Matz Sels (Strasbourg/Fra)

Défenseurs (6) : Toby Alderweireld (Tottenham Hotspur/Ang), Dedryck Boyata (Celtic/Eco), Vincent Kompany (Manchester City/Ang), Jason Denayer (Lyon/Fra), Christian Kabasele (Watford/Ang), Brandon Mechele (Club Bruges)

Milieux de terrain (9) : Yannick Carrasco (Dalian Yinfang/Chn), Timothy Castagne (Atalante Bergame/Ita), Nacer Chadli (AS Monaco/Fra), Leander Dendoncker (Wolverhampton/Ang), Thomas Meunier (Paris Saint-Germain/Fra), Dennis Praet (Sampdoria/Ita), Youri Tielemans (AS Monaco/Fra), Hans Vanaken (Club Bruges), Axel Witsel (Borussia Dortmund/All).

Attaquants (6) : Michy Batshuayi (Valence/Esp), Eden Hazard (Chelsea/Ang), Thorgan Hazard (Borussia Mönchengladbach/All), Adnan Januzaj (Real Sociedad/Esp), Romelu Lukaku (Manchester United/Ang), Dries Mertens (Naples/Ita).

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. GMED:bc111bcb-3902-4525-97b8-123c4eef9450

    Brexit: les citoyens belges au Royaume-Uni dans le flou sur leurs droits

  2. Image=d-20190121-3QUFAF_high[1]

    Comment contrer le populisme sans le renforcer?

  3. Les révélations qui se succèdent rendent Donald Trump de plus en plus nerveux...

    Etats-Unis: Donald Trump rattrapé par ses liaisons dangereuses avec la Deutsche Bank

Chroniques
  • Comment contrer le populisme sans le renforcer?

    A l’approche des élections européennes, les grands médias s’interrogent sur l’attitude à adopter face à la poussée populiste, qui menace de saper le fonctionnement de l’Union. Ils affrontent ainsi une question redoutable, et paradoxale : comment contrer le populisme sans contribuer à le renforcer ?

    Il y a belle lurette, en effet, que les médias de qualité ont pris fait et cause contre le populisme, avec un succès tout relatif. On ne compte plus les articles, les éditos et les dossiers qui dénoncent le danger populiste et ses conséquences. En règle générale, le propos suit deux lignes simultanées : démonter la propagande populiste en lui opposant des faits, des statistiques, des contraintes qu’elle ignore superbement ; et dérouler les conséquences du populisme, montrer quelle société invivable il nous prépare, dont les années 30 nous ont donné plus qu’une idée. Leçon de vérité et leçon de morale : des faits face à des délires, des valeurs face à la tentation du Mal.

    Cette réaction est nécessaire, mais est-elle efficace...

    Lire la suite

  • Une élue MR prive la Wallonie de majorité: dérisoire et pourtant irresponsable

    Patricia Potigny, vous connaissez ? Ce n’est pas faire injure à l’élue carolo d’affirmer ici qu’elle n’a guère marqué les esprits depuis qu’elle siège au parlement de Wallonie. En 2015, elle y a remplacé Véronique Cornet, qui a laissé un vide immense, elle.

    Depuis lors, la suppléante s’est contentée durant trois ans de jouer les bons petits soldats du libéralisme wallon. Pas un mot de travers, pas un coup de gueule. Rien. Rien qu’on sache en tout cas. Jean-Paul Wahl lui-même, le chef de groupe...

    Lire la suite