Frais de retraits aux distributeurs de billets: ING n’est pas la seule à faire payer

Chez BNP Parisbas Fortis aussi, les détenteurs d’un compte à vue ordinaire et ceux qui bénéficient du service de base bancaire doivent payer pour retirer des espèces aux distributeurs de billets d’autres banques.
Chez BNP Parisbas Fortis aussi, les détenteurs d’un compte à vue ordinaire et ceux qui bénéficient du service de base bancaire doivent payer pour retirer des espèces aux distributeurs de billets d’autres banques. - Sylvain Piraux.

Une pénalité pour chaque retrait d’argent effectué en dehors du réseau de distributeurs de la banque, ING n’est pas la seule institution à en appliquer.

C’est le cas pour deux autres comptes. Le compte gratuit de KBC d’abord : « Seuls les clients KBC qui ont choisi un Compte Base KBC gratuit doivent payer 0,20 euro quand ils retirent de l’argent d’un distributeur d’une autre banque. Mais nous souhaitons souligner que KBC Banque dispose elle-même de plus de 1.000 distributeurs de billets où les clients KBC peuvent retirer de l’argent sans frais », précise la porte-parole, Viviane Huybrecht. Ceux qui ont choisi le compte Plus (2 euros par mois sans carte de crédit, 3 euros par mois avec carte de crédit) ou les titulaires d’un compte Jeune ne doivent pas payer pour retirer du cash en dehors du réseau.

Même principe chez BNP Paribas Fortis : « Les retraits de cartes bancaires aux guichets automatiques en Belgique et dans les pays de la zone euro sont inclus dans nos packs Comfort et Premium. Pour ceux qui ont un compte à vue ordinaire ou qui bénéficient du service de base bancaire en revanche, les retraits d’espèces aux distributeurs de billets non BNP Paribas Fortis coûtent 0,10 euro. Il n’y aura pas d’indexation de ce montant en janvier prochain », précise le porte-parole, Valery Halloy. Le pack Comfort coûte 3 euros par mois, carte de crédit classique incluse.

Pour rappel, ING facturera 50 cents tous les retraits effectués en dehors du réseau de la banque pour le titulaire du compte gratuit « Lion account ». Les clients qui possèdent un compte Vert payant ne se verront pas imposer ces frais supplémentaires, mais leur compte augmentera de 36 à 40 euros par an.

Il y a des retraits qui impliquent quasi toujours des frais, et ce quelle que soit la banque choisie : ce sont ceux qui sont effectués avec une carte de crédit. Les institutions facturent généralement des frais fixes (environ 5 euros) ainsi qu’un pourcentage du montant prélevé pour tout retrait de cash avec une Visa ou une Mastercard, que l’opération soit effectuée à un distributeur de la marque ou pas, en euro ou dans une autre devise.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Boulanger, un métier devenu bien compliqué ces dernières années.

    Le déclin des boulangeries wallonnes

  2. d-20190129-3QZDPD 2019-01-29 17:23:46

    Bruxelles: il faut trouver de nouvelles réponses à la crise du logement

  3. Alors que la vie privée est en passe d’effacer son œuvre et que plusieurs radios ont décidé de le bannir de leur antenne, qu’on le veuille ou non, la musique de Michael Jackson est plus vivante que jamais.

    Dix ans après, l’héritage musical de Michael Jackson

Chroniques
  • Iran-USA: la souris qui rugissait

    C’est un « piège à cons », avais-je relevé ici même. Dès lors que Donald Trump est sorti de l’accord contraignant et contrôlé destiné à empêcher l’Iran de se doter éventuellement de l’arme nucléaire, ce pays n’avait pas le choix : soit se coucher et perdre la face, soit répliquer en reprenant, par exemple, fût-ce à petite échelle, les opérations d’enrichissement de l’uranium.

    Et c’est alors Donald Trump qui était piégé. Il était contraint de réagir, sauf à être considéré comme celui qui aurait permis à l’Iran de progresser en direction de la confection de la bombe.

    Des flambées un peu partout

    Réagir, mais comment, puisqu’il avait déjà accumulé...

    Lire la suite

  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite