Frais de retraits aux distributeurs de billets: ING n’est pas la seule à faire payer

Chez BNP Parisbas Fortis aussi, les détenteurs d’un compte à vue ordinaire et ceux qui bénéficient du service de base bancaire doivent payer pour retirer des espèces aux distributeurs de billets d’autres banques.
Chez BNP Parisbas Fortis aussi, les détenteurs d’un compte à vue ordinaire et ceux qui bénéficient du service de base bancaire doivent payer pour retirer des espèces aux distributeurs de billets d’autres banques. - Sylvain Piraux.

Une pénalité pour chaque retrait d’argent effectué en dehors du réseau de distributeurs de la banque, ING n’est pas la seule institution à en appliquer.

C’est le cas pour deux autres comptes. Le compte gratuit de KBC d’abord : « Seuls les clients KBC qui ont choisi un Compte Base KBC gratuit doivent payer 0,20 euro quand ils retirent de l’argent d’un distributeur d’une autre banque. Mais nous souhaitons souligner que KBC Banque dispose elle-même de plus de 1.000 distributeurs de billets où les clients KBC peuvent retirer de l’argent sans frais », précise la porte-parole, Viviane Huybrecht. Ceux qui ont choisi le compte Plus (2 euros par mois sans carte de crédit, 3 euros par mois avec carte de crédit) ou les titulaires d’un compte Jeune ne doivent pas payer pour retirer du cash en dehors du réseau.

Même principe chez BNP Paribas Fortis : « Les retraits de cartes bancaires aux guichets automatiques en Belgique et dans les pays de la zone euro sont inclus dans nos packs Comfort et Premium. Pour ceux qui ont un compte à vue ordinaire ou qui bénéficient du service de base bancaire en revanche, les retraits d’espèces aux distributeurs de billets non BNP Paribas Fortis coûtent 0,10 euro. Il n’y aura pas d’indexation de ce montant en janvier prochain », précise le porte-parole, Valery Halloy. Le pack Comfort coûte 3 euros par mois, carte de crédit classique incluse.

Pour rappel, ING facturera 50 cents tous les retraits effectués en dehors du réseau de la banque pour le titulaire du compte gratuit « Lion account ». Les clients qui possèdent un compte Vert payant ne se verront pas imposer ces frais supplémentaires, mais leur compte augmentera de 36 à 40 euros par an.

Il y a des retraits qui impliquent quasi toujours des frais, et ce quelle que soit la banque choisie : ce sont ceux qui sont effectués avec une carte de crédit. Les institutions facturent généralement des frais fixes (environ 5 euros) ainsi qu’un pourcentage du montant prélevé pour tout retrait de cash avec une Visa ou une Mastercard, que l’opération soit effectuée à un distributeur de la marque ou pas, en euro ou dans une autre devise.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Service bancaire|Belgique|BNP Paribas Fortis
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Le président Trump aux petits soins pour Paula White dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche.

    Paula White, la télévangéliste qui a signé un pacte avec Trump

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite