Les grèves chez bpost se poursuivent ces lundi et mardi: quel impact sur votre courrier?

Les grèves chez bpost se poursuivent ces lundi et mardi: quel impact sur votre courrier?

Depuis mercredi, les services de bpost font une grève tournante. Lundi, les centres de tris étaient en grève, mardi c’était les transports de la société. Syndicats et direction ne se verront plus avec ce lundi.

« Des propositions très importantes et très concrètes ont été mises sur la table », ont indiqué jeudi soir direction et syndicats de bpost dans un communiqué conjoint diffusé à l’issue d’une journée de négociations. « Les propositions sont actuellement évaluées et une nouvelle réunion est prévue lundi matin », ont-ils précisé.

D’ici lundi, il n’y aura plus de communication supplémentaire mais d’ici là le plan d’action est maintenu, ont précisé les syndicats.

Voici à quoi s’attendre ces prochains jours.

Aucun courrier et aucun journal distribué par bpost ce vendredi

Les facteurs sont en grève ce vendredi. Plus de 90 % d’entre eux ont débrayé. Aucun courrier ne sera donc distribué.

Les journaux dont la distribution est effectuée par bpost sont restés dans les imprimeries ce vendredi en raison du mouvement de grève. Les quotidiens ont par contre été livrés en Région bruxelloise, où des sociétés privées sont en charge de la distribution. L’incertitude plane encore sur la livraison des éditions du week-end.

Une partie des exemplaires avait été livrée ces derniers jours malgré la grève mais les éditeurs ont décidé ce vendredi de conserver l’intégralité des exemplaires destinés à bpost. « Nous savions qu’ils ne seraient pas distribués », confirme Joël Brouwers, responsable Vente & Distribution aux Éditions de l’Avenir. « La grève devient très impactante, nous n’avons aucune garantie que bpost travaillera la nuit prochaine pour distribuer les journaux du week-end. »

IPM (La Libre, la DH) et Rossel (Le Soir, SudPresse) ont également gardé leurs éditions distribuées par bpost dans les imprimeries.

La distribution des journaux risque également d’être perturbée ce samedi.

Quels services en grève ces lundi et mardi ?

Les grèves se poursuivront ces lundi et mardi.

Ce lundi 12 novembre, les guichets postaux ne seront pas ouverts, le courrier ne sera pas relevé dans les boîtes rouges. Les services centraux (direction) et les services techniques seront aussi en grève.

Ce mardi 13 novembre, le centre de tri à Vielsalm sera en grève et tous les services traitant le courrier international.

Du côté de la CGSP, on nous précise que les facteurs ou les centres de poste s’ils le souhaitent peuvent faire grève les cinq jours et donc encore lundi ou mardi.

Pourquoi ces grèves ?

Les travailleurs de bpost protestent contre les conditions générales de travail au sein de l’entreprise. Ils dénoncent la surcharge de travail due à un manque d’effectifs et la pression à laquelle ils sont soumis. Le problème se pose surtout en Flandre où bpost n’arrive plus à recruter des facteurs vu la situation particulièrement bonne du marché de l’emploi flamand.

Des problèmes d’organisation sont aussi dénoncés. Le logiciel Georoute (NDLR : planification des tournées) n’est plus adapté. Pour les zones rurales, il fonctionne encore. Mais pour les zones urbaines ou les grosses périphéries, ça coince.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

  2. Abdelkader et Meriem ne sont pas trop de deux pour nourrir quotidiennement près de 500 migrants et sans-abri.

    Dans les pas de «Notre-Dame de la gare du Nord»

  3. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite