Pénurie d’électricité: la centrale de Tihange 1 redémarrera lundi, annonce Electrabel

© Bruno D’Alimonte / Le Soir
© Bruno D’Alimonte / Le Soir

La centrale de Tihange 1 sera redémarrée lundi, a annoncé vendredi son exploitant Engie Electrabel. Le réacteur nucléaire était à l’arrêt depuis le 13 octobre pour maintenance. L’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) avait donné son feu vert pour ce redémarrage au début du mois.

L’arrêt de maintenance de Tihange 1 qui devait permettre de recharger le combustible se termine, explique Engie Electrabel dans un communiqué. «  La date communiquée est toujours une estimation et les opérations de redémarrage peuvent toujours prendre plus de temps que prévu », nuance néanmoins l’entreprise.

La maintenance de Tihange 1 était initialement prévue du 20 octobre au 29 novembre. Elle a été avancée pour tenir compte de l’indisponibilité de certaines autres centrales.

Tihange 3 est lui à l’arrêt jusqu’au 1er mars, Tihange 2 jusqu’au 1er juin et Doel 4 jusqu’au 15 décembre.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A la fin du contrat de leasing, chaque véhicule de société est remplacé par une voiture 100
% électrique.

    Voitures de société: quelles sont les alternatives possibles?

  2. Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, aux côtés du président Vladimir Poutine
: «
«
Trouver un chat noir dans une pièce obscure n’est pas facile, surtout quand il n’y en a pas
».

    Rapport Mueller: Moscou savoure… sans excès de triomphalisme

  3. «
Rebelles
», avec Cécile de France et Audrey Lamy.

    Yolande Moreau: «Je n’oserais pas dire qu’il existe un cinéma belge»

Chroniques
  • Gilets jaunes: et si une autre France, la vraie, descendait enfin dans la rue?

    Et le peuple, dans sa diversité, il s’exprime quand ?

    Et ceux, massivement majoritaires, qui partagent ou portent l’essentiel du message que le mouvement des gilets jaunes faisait à l’origine entendre, mais refusent de cautionner, par leur silence, une entreprise, consciente et concertée, de démolition de la République et de la Nation ? Qui entendent exprimer, à la fois, cet accord profond et ce désaccord total ? Ceux qui aspirent à une radicale transformation sociale et institutionnelle, culturelle aussi peut-être, de notre patrie commune, mais refusent son saccage par les éternels profiteurs du désordre établi, y compris du désordre néolibéral établi dont ils sont les enfants perdus… Ceux-là, comment peuvent-ils se faire, eux aussi, entendre ?

    Car cela suffit ! On ne peut plus subir passivement, face au reste du monde ébahi, les conséquences dévastatrices des petites manœuvres lamentables d’en haut et des manipulations factieuses dont est victime l’en bas.

    Jusqu’à quand les démocrates...

    Lire la suite

  • Non, Daesh n’est pas défait

    Les affirmations les plus répétées sont parfois les plus fausses : non, l’Etat islamique n’est pas défait. L’organisation a effectivement perdu le contrôle du dernier réduit d’un territoire qui, à son apogée, était aussi grand que la Grande-Bretagne. Mais l’EI, qui avait planifié sa mue forcée par la victoire des Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les Etats-Unis, reste une organisation puissamment structurée, financée, et elle est désormais totalement revenue à son mode d’action premier : la guérilla et le...

    Lire la suite