Grève chez bpost : les facteurs n’ont pas distribué de journaux en Wallonie

© Photo News
© Photo News

Les journaux dont la distribution est effectuée par bpost sont restés dans les imprimeries ce vendredi en raison du mouvement de grève, ont indiqué plusieurs éditeurs à l’agence Belga. Les quotidiens ont par contre été livrés en Région bruxelloise, où des sociétés privées sont en charge de la distribution. L’incertitude plane encore sur la livraison des éditions du week-end.

Une partie des exemplaires avait été livrée ces derniers jours malgré la grève mais les éditeurs ont décidé ce vendredi de conserver l’intégralité des exemplaires destinés à bpost. «Nous savions qu’ils ne seraient pas distribués», confirme Joël Brouwers, responsable Vente & Distribution aux Éditions de l’Avenir. «La grève devient très impactante, nous n’avons aucune garantie que bpost travaillera la nuit prochaine pour distribuer les journaux du week-end.»

IPM (La Libre, la DH) et Rossel (Le Soir, SudPresse) ont également gardé leurs éditions distribuées par bpost dans les imprimeries.

Les grèves chez bpost se poursuivent ces lundi et mardi: quel impact sur votre courrier?

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre compétente Marie-Christine Marghem (MR) s’était plusieurs fois plainte de rencontrer très peu d’intérêt chez les ministres compétents au sein des Régions.

    Le développement durable est le cadet des soucis de la Belgique

  2. Boulanger, un métier devenu bien compliqué ces dernières années.

    Le déclin des boulangeries wallonnes

  3. d-20190129-3QZDPD 2019-01-29 17:23:46

    Bruxelles: il faut trouver de nouvelles réponses à la crise du logement

Chroniques
  • Iran-USA: la souris qui rugissait

    C’est un « piège à cons », avais-je relevé ici même. Dès lors que Donald Trump est sorti de l’accord contraignant et contrôlé destiné à empêcher l’Iran de se doter éventuellement de l’arme nucléaire, ce pays n’avait pas le choix : soit se coucher et perdre la face, soit répliquer en reprenant, par exemple, fût-ce à petite échelle, les opérations d’enrichissement de l’uranium.

    Et c’est alors Donald Trump qui était piégé. Il était contraint de réagir, sauf à être considéré comme celui qui aurait permis à l’Iran de progresser en direction de la confection de la bombe.

    Des flambées un peu partout

    Réagir, mais comment, puisqu’il avait déjà accumulé...

    Lire la suite

  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite