Paiement des salaires à Gaza: l’ambassadeur du Qatar aperçu avec des valises pleines d’argent (photo)

De longues queues d’employés palestiniens se sont formées vendredi à Gaza pour toucher des salaires financés selon le Hamas par le Qatar, dans le cadre des efforts visant à dissiper les tensions dans et autour du territoire, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Des dizaines de Palestiniens se sont pressés dans les bureaux de poste à travers la bande de Gaza pour percevoir au moins une partie de leur salaire, exhibant ensuite devant les photographes plusieurs billets de cent dollars, à Rafah (sud) par exemple.

Au total, ce sont 90 millions de dollars qui doivent être distribués en six tranches mensuelles de 15 millions, financés par le Qatar selon le Hamas, principalement pour payer les fonctionnaires du mouvement islamiste au pouvoir dans l’enclave éprouvée par les guerres et le blocus.

Israël semble avoir facilité l’opération, avec l’apparente intention de contribuer à apaiser les tensions auquel il est confronté depuis des mois sur sa frontière avec Gaza.

Des valises remplies d’argent

Fait exceptionnel, l’Etat hébreu, qui contrôle tous les accès au territoire en dehors de la frontière égyptienne, a laissé jeudi soir l’ambassadeur du Qatar à Gaza, Mohammed Al-Emadi, franchir le point de passage d’Erez entre Israël et l’enclave avec des valises d’argent en liquide, ont indiqué sous le couvert de l’anonymat une source au sein des autorités du Hamas et une source palestinienne à la frontière.

Aucune confirmation ni démenti n’a été obtenu du côté israélien.

Le Qatar, qui n’a pas de relation diplomatique avec Israël, est un soutien de longue date du Hamas, considéré comme terroriste par l’Etat hébreu, les Etats-Unis ou l’Union européenne, et jugé infréquentable par une partie de la communauté internationale.

L’opération s’inscrit dans les efforts déployés, notamment par le voisin égyptien et l’ONU, en vue d’une trêve durable entre Israël et le Hamas, après des mois de violences qui ont ravivé le spectre d’un quatrième conflit depuis 2008.

Le paiement des fonctionnaires du Hamas passe pour un important facteur de détente. Depuis des mois, ces salariés ne sont plus payés que sporadiquement, ce qui ajoute aux crispations.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MAF SPORTKOT ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Un cercle louvaniste sous le coup d’une instruction judiciaire: tout ce qu’il faut savoir

  2. Pour la fin du siècle, l’élévation du niveau de la mer pourrait atteindre un mètre.

    Le point de non-retour approche pour les calottes glaciaires

  3. Le vice-recteur aux Affaires étudiantes de l’UCLouvain, Didier Lambert, estime que l’université pourrait porter plainte si les faits sont avérés.

    Un cercle étudiant de l’UCL fermé: une sanction énorme, à la mesure des faits présumés

Chroniques
  • La nouvelle affaire Pétain

    Il paraît qu’Emmanuel Macron, président de la République française de son état, a commis une gaffe politique monumentale en associant le maréchal Pétain à l’hommage qu’il était prévu de rendre, aux Invalides, aux grands chefs de la Grande Guerre à l’occasion du 11 novembre.

    Donc, il fallait le gratter. L’effacer. Comme, en URSS, sous Staline, on effaçait Trotski des photos où il figurait aux côtés de Lénine. Evanoui, parti en fumée Trotski ! Son présent valait éradication, même visuelle, de son passé. Puisqu’il n’était plus, il n’avait pas été. Il ne devait pas avoir été. Son absence, après 1927, valait annulation de sa présence en 1917.

    C’est, logiquement, ce qu’exigeaient les protestataires qui s’offusquèrent que Pétain soit associé à l’hommage collectif rendu aux maréchaux de la Grande Guerre...

    Lire la suite

  • Le «Nous» de combat de Macron et Merkel

    O n gardera, de ce jour, l’image de 84 chefs d’Etat et de gouvernement qui étaient hier des nations belligérantes. Ce qui demeure incertain dans l’avenir, c’est la façon dont sera interprétée cette image. Sera-t-elle le symbole éclatant d’une paix durable entre les nations ? Ou la photographie d’un dernier moment d’unité avant que le monde ne sombre dans un nouveau désordre  ? » C’est sur ce terrible doute que le président Emmanuel Macron a ouvert le Forum de Paris pour la...

    Lire la suite