Accueil Culture Livres

Simple et foudroyant comme du Bobin

Avec « La Nuit du cœur », déclinée en variations et fugues poétiques autour de l’abbatiale de Conques, Bobin chantonne une nouvelle petite cantate.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

D’une phrase, en quelques mots, comme jetés aux moineaux, tout est dit. Le décor est planté. On reconnaît l’inégalable musique de chambre de Christian Bobin. Ses livres se picorent à la becquée. Ce sont des miettes d’éternité. Ce que Bobin appelle les « postillons d’une salive divine » : «  Quelque chose nous parle et nous n’entendons rien. C’est trop loin. Cela vient de trop haut ou de trop bas. Les couleurs des fleurs, les yeux des rivières, les allusions des vitraux de Conques. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs