12e journée de Serie A: la Juventus contre le Milan pour oublier Manchester ?

© Photonews
© Photonews

La « Vieille Dame », en quête d’un huitième titre consécutif en Serie A, s’est fait surprendre chez elle mercredi par les hommes de José Mourinho, alors qu’elle menait 1-0 et semblait avoir le match bien en main. Mais un but de Juan Mata, et un cafouillage conclu par un but contre son camp de Leonardo Bonucci ont glacé les Turinois, qui restaient jusque là sur 13 victoires et un match nul toutes compétitions confondues.

Mais Massimiliano Allegri n’a pas eu l’air de trop s’en faire après la défaite. « Il faut rester sereins et continuer à jouer », a-t-il dit.

Du jeu, la Juve en produit beaucoup en championnat, avec déjà 24 buts au compteur en 11 matchs. Et il en faudra contre l’AC Milan (4e), invaincu à San Siro cette saison en Serie A.

En plus de gommer la contre-performance de C1, Cristiano Ronaldo et ses partenaires pourraient en cas de victoire reléguer leur adversaire du week-end à 13 points, un gouffre, et conserver au moins six points d’avance sur le duo Inter Milan-Naples, qui ont respectivement tenu tête au Barça et au PSG en milieu de semaine en C1.

Ceux-ci ont également un déplacement au programme, à Bergame sur la pelouse de l’Atalanta (10e) pour les Intéristes, dimanche midi, et sur le terrain du Genoa (13e) pour les Napolitains, la veille au soir.

Sa qualification pour les 16es de C3 acquise jeudi aux dépens de Marseille (2-1), la Lazio (5e) aura aussi un voyage au programme, mais plus périlleux: en cas de défaite à Sassuolo dimanche, ce dernier, surprise du début de saison, retrouverait le top 5 aux dépens des Romains.

Le top 5, la Roma en est à distance (9e à 5 points de la Lazio). Pire, les hommes d’Eusebio Di Francesco n’ont plus gagné en championnat depuis le 6 octobre. Réaction attendue dimanche contre la Sampdoria (11e).

Programme de la 12e journée

Vendredi

(20h30) Frosinone — Fiorentina

Samedi

(15h00) Torino — Parme

(18h00) SPAL — Cagliari

(20h30) Genoa — Naples

Dimanche

(12h30) Atalanta Bergame — Inter Milan

(15h00) Empoli — Udinese

Chievo Vérone — Bologne

AS Rome — Sampdoria Gênes

(18h00) Sassuolo — Lazio Rome

(20h30) AC Milan — Juventus

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Suspendu face à Trnava, Bakkali avait retrouvé une place dans le onze anderlechtois. @Belga

    Par GUILLAUME RAEDTS

    Anderlecht

    Anderlecht: la fin d’une campagne à oublier

  • @News

    Par Benjamin Helson

    Anderlecht

    Dinamo Zagreb – Anderlecht (0-0): le bulletin des Mauves

  • @Belga

    Par De notre envoyé spécial, Didier Schyns

    Standard

    Standard: la blessure d’Oulare éclipse l’élimination européenne

 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les dirigeants européens ont observé une minute de silence en mémoire des victimes de la fusillade de Strasbourg, ce jeudi à l’ouverture du sommet de Bruxelles.

    Pour Charles Michel, Brexit et crise belge, même combat!

  2. Pour Rudi Vervoort, le ministre-président bruxellois, «
il est indispensable que nous ayons, entre partis, une vraie réflexion sur la gouvernance. Le citoyen attend de nous une cohérence dans la gestion de Bruxelles
». © Sylvain Piraux.

    Les Bruxellois ne veulent pas d’une fusion des communes

  3. © Belga

    Une performance historique des hockeyeurs belges

Chroniques
  • Lettre du Brexit: un processus digne d’un sketch des Monty Python

    Par Marc Roche

    Dans un sketch des Monthy Python, Michael Palin déclare : «  le monde est un endroit absurde et ridicule  ». Quel rapport y a-t-il entre ce gag et le vote de défiance interne au parti conservateur, remporté avec une majorité plus courte que prévu, par la Première ministre, Theresa May ?

    A priori, aucun. Quoique, comme l’indique l’hebdomadaire The Economist, «  depuis le référendum, la nation sage, pragmatique, terre à terre et fondamentalement sensible ressemble à un membre de la famille devenu dingue  ».

    Jugez plutôt. Même si elle est sortie indemne du scrutin de tous les dangers, qu’elle ne peut pas être renversée pendant un an, l’autorité de Theresa May est plus que jamais fragile. Le Parlement ressemble à une serre portée à haute température où s’exacerbent les rancœurs, les jalousies et les...

    Lire la suite

  • Theresa May sauvée, rien n’est réglé

    Theresa May a donc sauvé sa place de Première ministre, dans cet exercice démocratique si particulier aux Britanniques d’un vote de défiance interne au parti Tory, déclenché par ses propres députés.

    Theresa May sauvée, rien n’est réglé pour autant dans cet enjeu presque existentiel pour son pays qu’est le Brexit. Pour convaincre une majorité de ses députés – plutôt faible car privée d’un tiers des troupes – la dirigeante conservatrice a dû promettre qu’elle s’effacerait une fois le Brexit réalisé et...

    Lire la suite