11e journée de Bundesliga: le «Klassiker» de la dernière chance pour Kovac et le Bayern

© Photonews
© Photonews

Pour les champions en titre, la pression est énorme. S’ils perdent, ils se retrouveront avec sept points de retard sur leurs rivaux historiques. Une forme d’abdication du pouvoir. Les spéculations repartiront de plus belle sur l’avenir de l’entraîneur Niko Kovac, qui semble perdre le contrôle semaine après semaine, malgré son sourire toujours éclatant devant les caméras.

«  Ces dernières semaines, beaucoup de choses sont allées de travers au Bayern, et c’est justement pour cela que le duel samedi offre à mon ex-club une chance formidable de réaffirmer sa puissance  », estime, optimiste, l’ancienne gloire du Bayern Lothar Matthäus, aujourd’hui consultant redouté.

«  Si Kovac retrouve les mots justes, ajoute-t-il, il peut renverser la vapeur. Mais pour cela, il n’a pas le droit de perdre à Dortmund. »

Hoeness profil bas

Le président du géant bavarois Uli Hoeness, qui ne brille pas d’ordinaire par sa modestie, fait pour une fois profil bas : «  On ne peut pas aller à Dortmund en disant ‘’on vient chercher les trois points’’.Nous n’y allons pas en favoris, mais en outsiders, pour la première fois depuis longtemps. »

«  Il va falloir qu’on se fasse mal, a prévenu l’expérimenté Thomas Müller. Dortmund peut beaucoup plus que nous se permettre un mauvais résultat dans ce match. »

Des siècles semblent être passés depuis la dernière rencontre entre les deux équipes en mars dernier: le Bayern avait alors détruit le Borussia 6-0 à l’Allianz Arena, avec cinq buts en première période.

Depuis, les deux entraîneurs ont changé, et le Borussia semble avoir pris les meilleures décisions. L’effectif a été très largement remanié et Lucien Favre, l’ex-coach de Nice, fait des merveilles sur le banc.

Ce match, le Suisse peut l’aborder sans trembler. Sans obligation de résultat, mais plutôt comme un test grandeur nature de la progression de son groupe. Car même en cas d’échec, Dortmund sera toujours leader de la Bundesliga samedi soir, avec un point d’avance.

Le Bayern a remporté les quatre dernières confrontations contre Dortmund, deux en championnat, une en coupe et la Super-coupe d’Allemagne 2017. Mais les statistiques récentes des deux équipes racontent une tout autre histoire: le Borussia, avec un jeu flamboyant, avait aligné depuis août une série de 15 matchs sans défaites avant celle de Madrid, dont un retentissant 4-0 à domicile à l’aller contre l’Atletico. Le Bayern, sans âme ni plan de jeu clair, a déjà concédé trois nuls, toutes compétitions confondues, et deux défaites, dont un non moins retentissant 3-0 à domicile contre Mönchengladbach.

Programme de la 11e journée :

Vendredi 9 novembre

(20h30) Hanovre — Wolfsburg

Samedi 10 novembre:

(15h30) Fribourg — Mayence

Fortuna Dusseldorf — Hertha Berlin

Nuremberg — Stuttgart

Werder Brême — Mönchengladbach

Hoffenheim — Augsbourg

(18h30) Dortmund — Bayern Munich

Dimanche 11 novembre:

(15h30) RB Leipzig — Bayer Leverkusen

(18h00) Eintracht Francfort — Schalke 04

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les héros de Stan Lee vont rassembler une véritable communauté de lecteurs. Jusqu’à conquérir le grand écran.

    Stan Lee, dieu disparu des superhéros

  2. MAF SPORTKOT ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Un cercle louvaniste sous le coup d’une instruction judiciaire: tout ce qu’il faut savoir

  3. Pour la fin du siècle, l’élévation du niveau de la mer pourrait atteindre un mètre.

    Le point de non-retour approche pour les calottes glaciaires

Chroniques
  • La nouvelle affaire Pétain

    Il paraît qu’Emmanuel Macron, président de la République française de son état, a commis une gaffe politique monumentale en associant le maréchal Pétain à l’hommage qu’il était prévu de rendre, aux Invalides, aux grands chefs de la Grande Guerre à l’occasion du 11 novembre.

    Donc, il fallait le gratter. L’effacer. Comme, en URSS, sous Staline, on effaçait Trotski des photos où il figurait aux côtés de Lénine. Evanoui, parti en fumée Trotski ! Son présent valait éradication, même visuelle, de son passé. Puisqu’il n’était plus, il n’avait pas été. Il ne devait pas avoir été. Son absence, après 1927, valait annulation de sa présence en 1917.

    C’est, logiquement, ce qu’exigeaient les protestataires qui s’offusquèrent que Pétain soit associé à l’hommage collectif rendu aux maréchaux de la Grande Guerre...

    Lire la suite

  • Le «Nous» de combat de Macron et Merkel

    O n gardera, de ce jour, l’image de 84 chefs d’Etat et de gouvernement qui étaient hier des nations belligérantes. Ce qui demeure incertain dans l’avenir, c’est la façon dont sera interprétée cette image. Sera-t-elle le symbole éclatant d’une paix durable entre les nations ? Ou la photographie d’un dernier moment d’unité avant que le monde ne sombre dans un nouveau désordre  ? » C’est sur ce terrible doute que le président Emmanuel Macron a ouvert le Forum de Paris pour la...

    Lire la suite