11e journée de Bundesliga: le «Klassiker» de la dernière chance pour Kovac et le Bayern

© Photonews
© Photonews

Pour les champions en titre, la pression est énorme. S’ils perdent, ils se retrouveront avec sept points de retard sur leurs rivaux historiques. Une forme d’abdication du pouvoir. Les spéculations repartiront de plus belle sur l’avenir de l’entraîneur Niko Kovac, qui semble perdre le contrôle semaine après semaine, malgré son sourire toujours éclatant devant les caméras.

« Ces dernières semaines, beaucoup de choses sont allées de travers au Bayern, et c’est justement pour cela que le duel samedi offre à mon ex-club une chance formidable de réaffirmer sa puissance », estime, optimiste, l’ancienne gloire du Bayern Lothar Matthäus, aujourd’hui consultant redouté.

« Si Kovac retrouve les mots justes, ajoute-t-il, il peut renverser la vapeur. Mais pour cela, il n’a pas le droit de perdre à Dortmund. »

Hoeness profil bas

Le président du géant bavarois Uli Hoeness, qui ne brille pas d’ordinaire par sa modestie, fait pour une fois profil bas : « On ne peut pas aller à Dortmund en disant ‘’on vient chercher les trois points’’.Nous n’y allons pas en favoris, mais en outsiders, pour la première fois depuis longtemps. »

« Il va falloir qu’on se fasse mal, a prévenu l’expérimenté Thomas Müller. Dortmund peut beaucoup plus que nous se permettre un mauvais résultat dans ce match. »

Des siècles semblent être passés depuis la dernière rencontre entre les deux équipes en mars dernier: le Bayern avait alors détruit le Borussia 6-0 à l’Allianz Arena, avec cinq buts en première période.

Depuis, les deux entraîneurs ont changé, et le Borussia semble avoir pris les meilleures décisions. L’effectif a été très largement remanié et Lucien Favre, l’ex-coach de Nice, fait des merveilles sur le banc.

Ce match, le Suisse peut l’aborder sans trembler. Sans obligation de résultat, mais plutôt comme un test grandeur nature de la progression de son groupe. Car même en cas d’échec, Dortmund sera toujours leader de la Bundesliga samedi soir, avec un point d’avance.

Le Bayern a remporté les quatre dernières confrontations contre Dortmund, deux en championnat, une en coupe et la Super-coupe d’Allemagne 2017. Mais les statistiques récentes des deux équipes racontent une tout autre histoire: le Borussia, avec un jeu flamboyant, avait aligné depuis août une série de 15 matchs sans défaites avant celle de Madrid, dont un retentissant 4-0 à domicile à l’aller contre l’Atletico. Le Bayern, sans âme ni plan de jeu clair, a déjà concédé trois nuls, toutes compétitions confondues, et deux défaites, dont un non moins retentissant 3-0 à domicile contre Mönchengladbach.

Programme de la 11e journée :

Vendredi 9 novembre

(20h30) Hanovre — Wolfsburg

Samedi 10 novembre:

(15h30) Fribourg — Mayence

Fortuna Dusseldorf — Hertha Berlin

Nuremberg — Stuttgart

Werder Brême — Mönchengladbach

Hoffenheim — Augsbourg

(18h30) Dortmund — Bayern Munich

Dimanche 11 novembre:

(15h30) RB Leipzig — Bayer Leverkusen

(18h00) Eintracht Francfort — Schalke 04

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © PhotoNews

    Grand Baromètre: les verts, première famille politique du pays

  2. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  3. Les parents de la petite Mawda ont été régularisé pour un an et pourront suivre l’enquête sur le décès de leur fille. Un jugement a également contraint le CPAS de Woluwe-Saint-Lambert à prendre en charge la famille.

    Affaire Mawda: la famille de la fillette régularisée

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Grand Baromètre: une vague verte qui rend très très nerveux

    Voilà qui va secouer le monde politique belge. Après des années de domination des partis socialiste, social-chrétien et plus récemment de la N-VA, voici qu’une nouvelle force politique s’impose. Par le biais d’un sondage qui demande évidemment à être vérifié dans les urnes, mais qui ne surprendra pas, tant la poussée verte, des communales aux marches pour le climat, donnait la direction du vent électoral ces derniers temps.

    ...

    Lire la suite