12e journée de Liga: le retour de Messi avec Barcelone ?

© Photonews
© Photonews

Préservé par son entraîneur Ernesto Valverde, Messi n’a pas joué mardi à San Siro où il avait fait le déplacement avec les blaugrana pour affronter l’Inter Milan en Ligue des Champions mardi (1-1).

L’Argentin pourrait donc retrouver la compétition dimanche au Camp Nou où le Barça peut continuer sa course en tête du championnat d’Espagne (24 pts) face à un Betis Séville (14e, 13 pts), qui n’a gagné aucun de ses quatre derniers matches en championnat.

Le Barça sera en revanche privé de son milieu brésilien Philippe Coutinho, blessé aux ischio-jambiers et indisponible de deux à trois semaines.

Messi s’était blessé le 20 octobre contre le FC Séville en championnat, retombant mal sur le bras droit après un choc et se fracturant le radius. Le Barça avait alors estimé son indisponibilité à trois semaines environ. Cette blessure lui avait fait manquer le «clasico» contre le Real Madrid (5-1).

Le Real pour se rapprocher du podium

Pour sa part, l’Atlético Madrid d’Antoine Griezmann (4e, 20 pts) reçoit samedi l’Athletic Bilbao (17e, 10 pts) après un succès revigorant mardi contre Dortmund en Ligue des Champions (2-0). Tenus en échec par Leganés lors de la journée précédente (1-1), les Colchoneros voudront reprendre leur marche en avant.

Après son festival offensif à Plzen mercredi (5-0) en C1, le Real Madrid (6e, 17 pts) se déplace au Celta Vigo dimanche (11e, 14 pts) où il aura l’occasion de se rapprocher du podium. Une rencontre qui pourrait faire figure de dernier test pour l’entraîneur intérimaire Santiago Solari, arrivé la semaine dernière sur le banc merengue.

Après trois victoires à Mellila (4-0 en Coupe du Roi), Valladolid (2-0 en Liga) et Plzen, un nouveau résultat positif en Galice pourrait inciter le Real à conforter l’Argentin dans ses fonctions au-delà de sa période d’intérim.

Dimanche, Séville (3e, 20 pts) et l’Espanyol Barcelone (2e, 21 pts) s’affrontent au stade Sanchez-Pizjuan et espèrent tous deux suivre le rythme dans le haut du tableau.

Le programme (en heures françaises, GMT+1) :

Vendredi :

(21h00) Levante — Real Sociedad

Samedi :

(13h00) Valladolid — Eibar

(16h15) Getafe — Valence

(18h30) Atlético Madrid — Athletic Bilbao

(20h45) Gérone — Léganes

Dimanche :

(12h00) Alavés — Huesca

(16h15) FC Barcelone — Betis Séville

(18h30) Rayo Vallecano — Villarreal

Séville FC — Espanyol Barcelone

(20h45) Celta Vigo — Real Madrid

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. GMED:bc111bcb-3902-4525-97b8-123c4eef9450

    Brexit: les citoyens belges au Royaume-Uni dans le flou sur leurs droits

  2. Image=d-20190121-3QUFAF_high[1]

    Comment contrer le populisme sans le renforcer?

  3. Les révélations qui se succèdent rendent Donald Trump de plus en plus nerveux...

    Etats-Unis: Donald Trump rattrapé par ses liaisons dangereuses avec la Deutsche Bank

Chroniques
  • Comment contrer le populisme sans le renforcer?

    A l’approche des élections européennes, les grands médias s’interrogent sur l’attitude à adopter face à la poussée populiste, qui menace de saper le fonctionnement de l’Union. Ils affrontent ainsi une question redoutable, et paradoxale : comment contrer le populisme sans contribuer à le renforcer ?

    Il y a belle lurette, en effet, que les médias de qualité ont pris fait et cause contre le populisme, avec un succès tout relatif. On ne compte plus les articles, les éditos et les dossiers qui dénoncent le danger populiste et ses conséquences. En règle générale, le propos suit deux lignes simultanées : démonter la propagande populiste en lui opposant des faits, des statistiques, des contraintes qu’elle ignore superbement ; et dérouler les conséquences du populisme, montrer quelle société invivable il nous prépare, dont les années 30 nous ont donné plus qu’une idée. Leçon de vérité et leçon de morale : des faits face à des délires, des valeurs face à la tentation du Mal.

    Cette réaction est nécessaire, mais est-elle efficace...

    Lire la suite

  • Une élue MR prive la Wallonie de majorité: dérisoire et pourtant irresponsable

    Patricia Potigny, vous connaissez ? Ce n’est pas faire injure à l’élue carolo d’affirmer ici qu’elle n’a guère marqué les esprits depuis qu’elle siège au parlement de Wallonie. En 2015, elle y a remplacé Véronique Cornet, qui a laissé un vide immense, elle.

    Depuis lors, la suppléante s’est contentée durant trois ans de jouer les bons petits soldats du libéralisme wallon. Pas un mot de travers, pas un coup de gueule. Rien. Rien qu’on sache en tout cas. Jean-Paul Wahl lui-même, le chef de groupe...

    Lire la suite