12e journée de Liga: le retour de Messi avec Barcelone ?

© Photonews
© Photonews

Préservé par son entraîneur Ernesto Valverde, Messi n’a pas joué mardi à San Siro où il avait fait le déplacement avec les blaugrana pour affronter l’Inter Milan en Ligue des Champions mardi (1-1).

L’Argentin pourrait donc retrouver la compétition dimanche au Camp Nou où le Barça peut continuer sa course en tête du championnat d’Espagne (24 pts) face à un Betis Séville (14e, 13 pts), qui n’a gagné aucun de ses quatre derniers matches en championnat.

Le Barça sera en revanche privé de son milieu brésilien Philippe Coutinho, blessé aux ischio-jambiers et indisponible de deux à trois semaines.

Messi s’était blessé le 20 octobre contre le FC Séville en championnat, retombant mal sur le bras droit après un choc et se fracturant le radius. Le Barça avait alors estimé son indisponibilité à trois semaines environ. Cette blessure lui avait fait manquer le «clasico» contre le Real Madrid (5-1).

Le Real pour se rapprocher du podium

Pour sa part, l’Atlético Madrid d’Antoine Griezmann (4e, 20 pts) reçoit samedi l’Athletic Bilbao (17e, 10 pts) après un succès revigorant mardi contre Dortmund en Ligue des Champions (2-0). Tenus en échec par Leganés lors de la journée précédente (1-1), les Colchoneros voudront reprendre leur marche en avant.

Après son festival offensif à Plzen mercredi (5-0) en C1, le Real Madrid (6e, 17 pts) se déplace au Celta Vigo dimanche (11e, 14 pts) où il aura l’occasion de se rapprocher du podium. Une rencontre qui pourrait faire figure de dernier test pour l’entraîneur intérimaire Santiago Solari, arrivé la semaine dernière sur le banc merengue.

Après trois victoires à Mellila (4-0 en Coupe du Roi), Valladolid (2-0 en Liga) et Plzen, un nouveau résultat positif en Galice pourrait inciter le Real à conforter l’Argentin dans ses fonctions au-delà de sa période d’intérim.

Dimanche, Séville (3e, 20 pts) et l’Espanyol Barcelone (2e, 21 pts) s’affrontent au stade Sanchez-Pizjuan et espèrent tous deux suivre le rythme dans le haut du tableau.

Le programme (en heures françaises, GMT+1) :

Vendredi :

(21h00) Levante — Real Sociedad

Samedi :

(13h00) Valladolid — Eibar

(16h15) Getafe — Valence

(18h30) Atlético Madrid — Athletic Bilbao

(20h45) Gérone — Léganes

Dimanche :

(12h00) Alavés — Huesca

(16h15) FC Barcelone — Betis Séville

(18h30) Rayo Vallecano — Villarreal

Séville FC — Espanyol Barcelone

(20h45) Celta Vigo — Real Madrid

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Boulanger, un métier devenu bien compliqué ces dernières années.

    Le déclin des boulangeries wallonnes

  2. d-20190129-3QZDPD 2019-01-29 17:23:46

    Bruxelles: il faut trouver de nouvelles réponses à la crise du logement

  3. Alors que la vie privée est en passe d’effacer son œuvre et que plusieurs radios ont décidé de le bannir de leur antenne, qu’on le veuille ou non, la musique de Michael Jackson est plus vivante que jamais.

    Dix ans après, l’héritage musical de Michael Jackson

Chroniques
  • Iran-USA: la souris qui rugissait

    C’est un « piège à cons », avais-je relevé ici même. Dès lors que Donald Trump est sorti de l’accord contraignant et contrôlé destiné à empêcher l’Iran de se doter éventuellement de l’arme nucléaire, ce pays n’avait pas le choix : soit se coucher et perdre la face, soit répliquer en reprenant, par exemple, fût-ce à petite échelle, les opérations d’enrichissement de l’uranium.

    Et c’est alors Donald Trump qui était piégé. Il était contraint de réagir, sauf à être considéré comme celui qui aurait permis à l’Iran de progresser en direction de la confection de la bombe.

    Des flambées un peu partout

    Réagir, mais comment, puisqu’il avait déjà accumulé...

    Lire la suite

  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite