12e journée de Liga: le retour de Messi avec Barcelone ?

© Photonews
© Photonews

Préservé par son entraîneur Ernesto Valverde, Messi n’a pas joué mardi à San Siro où il avait fait le déplacement avec les blaugrana pour affronter l’Inter Milan en Ligue des Champions mardi (1-1).

L’Argentin pourrait donc retrouver la compétition dimanche au Camp Nou où le Barça peut continuer sa course en tête du championnat d’Espagne (24 pts) face à un Betis Séville (14e, 13 pts), qui n’a gagné aucun de ses quatre derniers matches en championnat.

Le Barça sera en revanche privé de son milieu brésilien Philippe Coutinho, blessé aux ischio-jambiers et indisponible de deux à trois semaines.

Messi s’était blessé le 20 octobre contre le FC Séville en championnat, retombant mal sur le bras droit après un choc et se fracturant le radius. Le Barça avait alors estimé son indisponibilité à trois semaines environ. Cette blessure lui avait fait manquer le «clasico» contre le Real Madrid (5-1).

Le Real pour se rapprocher du podium

Pour sa part, l’Atlético Madrid d’Antoine Griezmann (4e, 20 pts) reçoit samedi l’Athletic Bilbao (17e, 10 pts) après un succès revigorant mardi contre Dortmund en Ligue des Champions (2-0). Tenus en échec par Leganés lors de la journée précédente (1-1), les Colchoneros voudront reprendre leur marche en avant.

Après son festival offensif à Plzen mercredi (5-0) en C1, le Real Madrid (6e, 17 pts) se déplace au Celta Vigo dimanche (11e, 14 pts) où il aura l’occasion de se rapprocher du podium. Une rencontre qui pourrait faire figure de dernier test pour l’entraîneur intérimaire Santiago Solari, arrivé la semaine dernière sur le banc merengue.

Après trois victoires à Mellila (4-0 en Coupe du Roi), Valladolid (2-0 en Liga) et Plzen, un nouveau résultat positif en Galice pourrait inciter le Real à conforter l’Argentin dans ses fonctions au-delà de sa période d’intérim.

Dimanche, Séville (3e, 20 pts) et l’Espanyol Barcelone (2e, 21 pts) s’affrontent au stade Sanchez-Pizjuan et espèrent tous deux suivre le rythme dans le haut du tableau.

Le programme (en heures françaises, GMT+1) :

Vendredi :

(21h00) Levante — Real Sociedad

Samedi :

(13h00) Valladolid — Eibar

(16h15) Getafe — Valence

(18h30) Atlético Madrid — Athletic Bilbao

(20h45) Gérone — Léganes

Dimanche :

(12h00) Alavés — Huesca

(16h15) FC Barcelone — Betis Séville

(18h30) Rayo Vallecano — Villarreal

Séville FC — Espanyol Barcelone

(20h45) Celta Vigo — Real Madrid

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Le président Trump aux petits soins pour Paula White dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche.

    Paula White, la télévangéliste qui a signé un pacte avec Trump

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite