Frais de retraits aux distributeurs de billets: Test-Achats souhaite que chaque banque propose un compte gratuit

Chaque banque devrait proposer au minimum un compte gratuit dans sa gamme, estime vendredi l’association de protection des consommateurs Test-Achats alors que plusieurs banques ont annoncé des hausses de tarifs au 1er janvier 2019.

Alors qu’ING a décidé que les titulaires du compte à vue gratuit ING Lion Account devront payer, à partir de 2019, 0,5 euro s’ils retirent de l’argent dans un distributeur autre que ceux du réseau ING ou s’ils font un retrait dans la zone euro, deux opérations qui étaient jusque-là gratuites, Test Achats constate que «  le nombre de comptes vraiment gratuits diminue ». «  Outre quelques comptes internet et quelques offres de niche, on en dénombre trois essentiellement : Keytrade KeyPack, DB E-Account et Argenta Girorekening, comprenant en outre une carte de crédit », poursuit l’organisation consumériste, qui rappelle mettre gratuitement à disposition un comparateur de comptes à vue.

Test-Achats rappelle enfin sa demande de longue date de permettre la portabilité du numéro de compte pour faciliter le changement de banque, à l’image de ce qui se fait en téléphonie mobile.

► A lire sur Le Soir+ : ING facturera les retraits d’argent aux distributeurs des concurrents

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. FILES-GERMANY-POLITICS-CABINET

    Présidence de la Commission européenne: le moment de vérité pour von der Leyen

  3. ©News

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite