La grève des bagagistes Aviapartner a fait baisser la fréquentation de Brussels Airport au mois d’octobre

La grève des bagagistes Aviapartner a fait baisser la fréquentation de Brussels Airport au mois d’octobre

Près de 2,2 millions de passagers ont transité par Brussels Airport le mois dernier, soit une baisse de 2,4 % par rapport à octobre 2017, indique l’aéroport vendredi. Une diminution due à la grève du personnel d’Aviapartner qui a touché de nombreux passagers lors des six derniers jours du mois. Celle-ci a également influencé les volumes de fret, qui ont tout de même légèrement augmenté de 1,3 % sur base annuelle, pour se rapprocher des 60.000 tonnes.

L’aéroport a accueilli 2.177.172 passagers en octobre, ce qui correspond à un recul de 53.542 personnes. La grève du personnel de la société d’assistance aéroportuaire Aviapartner a en effet touché de nombreuses compagnies aériennes entre le 25 et le 31 octobre. Pas moins de 960 vols ont ainsi été annulés.

Brussels Airport aurait dû atteindre une hausse de 3 % sans ce mouvement, affirme-t-il, estimant à 120.000 le nombre de passagers perdus à cause de cela.

L’action a toutefois eu moins d’impact sur les vols long-courriers, qui sont en majorité traités par Swissport, l’autre société d’assistance aéroportuaire active à Zaventem. Ce segment a en effet connu une hausse de 11 %, tandis que les vols de vacances ont baissé de 3 % et les autres court-courriers en Europe et en Afrique du Nord ont diminué de plus de 4 %.

Les chiffres de fréquentation de l’aéroport étaient en progression quasi continue depuis novembre 2016, lorsqu’avaient enfin été « digérées » les conséquences des attentats du 22 mars de cette année-là à Brussels Airport et dans le métro bruxellois. Seul le mois de février 2017 avait encore connu un recul, dû aux 29 jours de ce même mois un an plus tôt.

Quant au fret, son volume a augmenté de 1,3 % sur base annuelle. Un résultat, certes, positif mais en-dessous des prévisions, en raison de la grève d’Aviapartner. La hausse du fret camionné de près de 19 % a compensé en partie ce résultat, un tonnage plus important ayant été transporté en camion vers d’autres aéroports. La cargo par avion a lui reculé de 4,1 %.

Enfin, le nombre de vols a diminué de 4,9 %.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Un des auteurs de l’étude remarque que « le coût  du système des voitures  de société est supporté  par tout le monde, pour  un bénéfice concentré chez un nombre important  de gens, surtout des plus nantis ».

    Voitures de société: un système coûteux, inéquitable et polluant

  2. C’est dans le décor champêtre de la Vallée du Lac que Dimitri Fourny a annoncé qu’il ne se présenterait pas aux prochaines élections.

    CDH, parti décapité cherche têtes de liste

  3. ©News

    Les bulletins des Diables rouges: une 100e cap fêtée de la plus belle des manières pour Eden Hazard

Chroniques
  • Gilets jaunes: et si une autre France, la vraie, descendait enfin dans la rue?

    Et le peuple, dans sa diversité, il s’exprime quand ?

    Et ceux, massivement majoritaires, qui partagent ou portent l’essentiel du message que le mouvement des gilets jaunes faisait à l’origine entendre, mais refusent de cautionner, par leur silence, une entreprise, consciente et concertée, de démolition de la République et de la Nation ? Qui entendent exprimer, à la fois, cet accord profond et ce désaccord total ? Ceux qui aspirent à une radicale transformation sociale et institutionnelle, culturelle aussi peut-être, de notre patrie commune, mais refusent son saccage par les éternels profiteurs du désordre établi, y compris du désordre néolibéral établi dont ils sont les enfants perdus… Ceux-là, comment peuvent-ils se faire, eux aussi, entendre ?

    Car cela suffit ! On ne peut plus subir passivement, face au reste du monde ébahi, les conséquences dévastatrices des petites manœuvres lamentables d’en haut et des manipulations factieuses dont est victime l’en bas.

    Jusqu’à quand les démocrates...

    Lire la suite

  • Non, Daesh n’est pas défait

    Les affirmations les plus répétées sont parfois les plus fausses : non, l’Etat islamique n’est pas défait. L’organisation a effectivement perdu le contrôle du dernier réduit d’un territoire qui, à son apogée, était aussi grand que la Grande-Bretagne. Mais l’EI, qui avait planifié sa mue forcée par la victoire des Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les Etats-Unis, reste une organisation puissamment structurée, financée, et elle est désormais totalement revenue à son mode d’action premier : la guérilla et le...

    Lire la suite