La grève des bagagistes Aviapartner a fait baisser la fréquentation de Brussels Airport au mois d’octobre

La grève des bagagistes Aviapartner a fait baisser la fréquentation de Brussels Airport au mois d’octobre

Près de 2,2 millions de passagers ont transité par Brussels Airport le mois dernier, soit une baisse de 2,4 % par rapport à octobre 2017, indique l’aéroport vendredi. Une diminution due à la grève du personnel d’Aviapartner qui a touché de nombreux passagers lors des six derniers jours du mois. Celle-ci a également influencé les volumes de fret, qui ont tout de même légèrement augmenté de 1,3 % sur base annuelle, pour se rapprocher des 60.000 tonnes.

L’aéroport a accueilli 2.177.172 passagers en octobre, ce qui correspond à un recul de 53.542 personnes. La grève du personnel de la société d’assistance aéroportuaire Aviapartner a en effet touché de nombreuses compagnies aériennes entre le 25 et le 31 octobre. Pas moins de 960 vols ont ainsi été annulés.

Brussels Airport aurait dû atteindre une hausse de 3 % sans ce mouvement, affirme-t-il, estimant à 120.000 le nombre de passagers perdus à cause de cela.

L’action a toutefois eu moins d’impact sur les vols long-courriers, qui sont en majorité traités par Swissport, l’autre société d’assistance aéroportuaire active à Zaventem. Ce segment a en effet connu une hausse de 11 %, tandis que les vols de vacances ont baissé de 3 % et les autres court-courriers en Europe et en Afrique du Nord ont diminué de plus de 4 %.

Les chiffres de fréquentation de l’aéroport étaient en progression quasi continue depuis novembre 2016, lorsqu’avaient enfin été « digérées » les conséquences des attentats du 22 mars de cette année-là à Brussels Airport et dans le métro bruxellois. Seul le mois de février 2017 avait encore connu un recul, dû aux 29 jours de ce même mois un an plus tôt.

Quant au fret, son volume a augmenté de 1,3 % sur base annuelle. Un résultat, certes, positif mais en-dessous des prévisions, en raison de la grève d’Aviapartner. La hausse du fret camionné de près de 19 % a compensé en partie ce résultat, un tonnage plus important ayant été transporté en camion vers d’autres aéroports. La cargo par avion a lui reculé de 4,1 %.

Enfin, le nombre de vols a diminué de 4,9 %.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite