Nations League: le coach islandais sélectionne 25 joueurs pour affronter la Belgique

©Photonews
©Photonews

Le Suédois Erik Hamren a sélectionné 25 joueurs pour affronter la Belgique en Nations League, jeudi à Bruxelles. Les Islandais joueront ensuite un amical contre le Qatar lundi 19 novembre.

L’Islande est déjà reléguée en Ligue B après des défaites contre la Suisse (6-0 et 1-2) et la Belgique (0-3). Le défenseur de Lokeren Ari Skulason figure dans la liste.

Hamren a pris la succession de Heimir Hallgrimsson après le Mondial en Russie, le premier auquel l’Islande a participé. Outre les trois défaites en Ligue des Nations, l’Islande a partagé 2-2 en France en amical.

Révélation de l’Euro 2016, où elle a atteint les quarts de finale, la sélection islandaise reste sur 11 matchs de suite sans victoire (8 défaites et 3 partages). Au Mondial, l’Islande a été éliminée au premier tour avec 1 point sur 9.

La sélection

Gardiens (3) :Hannes Halldorsson (Qarabag Agdam/Aze), Runar Alex Runarsson (FCO Dijon/Fra), Ögmundur Kristinsson (AE Larisa/Grè)

Défenseurs (9) : Gudmundur Thórarinsson (IFK Norrköping/Suè), Ari Skulason (Lokeren/BEL), Hördur Björgvin Magnusson (CSKA Moscou/Rus), Jon Gudni Fjoluson (FK Krasnodar/Russie), Eggert Jonsson (SönderjyskE/Dan), Kari Arnason (Genclerbirligi Ankara/Tur), Sverrir Ingi Ingason (Rostov/Rus), Hjörtur Hermannsson (Bröndby IF/Dan), Birkir Már Saevarsson (Valur Reykjavik)

Milieux de terrain (8) :Arnor Traustason (Malmö/Suè), Birkir Bjarnason (Aston Villa/Ang), Aron Einar Gunnarsson (Cardiff City/Ang), Victor Palsson (FC Zurich/Sui), Samuel Fridjonsson (Valerenga Oslo/Nor), Arnor Sigurdsson (CSKA Moscou/Rus), Johann Berg Gudmundsson (Burnley/Ang), Rurik Gislason (Sandhausen/All)

Attaquants (5) :Jon Dagur Thorsteinsson (Vendsyssel FF/Dan), Albert Gudmundsson (AZ/P-B), Kolbeinn Sigthorsson (FC Nantes/Fra), Alfred Finnbogason (FC Augsburg/All), Gylfi Sigurdsson (Everton/Ang)

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • ©News

    Par Benjamin Helson (avec F. Lau. et S. VDV.)

    Charleroi

    D1A: le Sporting de Charleroi et Mehdi Bayat pris en otage

  • ©News

    Par Cédric Martin

    Charleroi

    Charleroi battu par Zulte Waregem (3-1): les bulletins des Zèbres

  • 10818125-089

    Par Benjamin Helson

    Charleroi

    D1A: premier revers pour Karim Belhocine avec Charleroi

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les parents de Simon Gautier ont formellement identifié le corps du jeune homme ce lundi.

    Italie: pourquoi le randonneur français Simon Gautier n’a pas été géolocalisé plus tôt

  2. Le stade dressé à Anvers pour accueillir l’Euro est un modèle du genre. Mais il coûte un pont !  A fonds perdu.

    Hockey: un stade voulu à Bruxelles, espéré à Wavre, avancé à Anvers

  3. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite