Nations League: le coach islandais sélectionne 25 joueurs pour affronter la Belgique

©Photonews
©Photonews

Le Suédois Erik Hamren a sélectionné 25 joueurs pour affronter la Belgique en Nations League, jeudi à Bruxelles. Les Islandais joueront ensuite un amical contre le Qatar lundi 19 novembre.

L’Islande est déjà reléguée en Ligue B après des défaites contre la Suisse (6-0 et 1-2) et la Belgique (0-3). Le défenseur de Lokeren Ari Skulason figure dans la liste.

Hamren a pris la succession de Heimir Hallgrimsson après le Mondial en Russie, le premier auquel l’Islande a participé. Outre les trois défaites en Ligue des Nations, l’Islande a partagé 2-2 en France en amical.

Révélation de l’Euro 2016, où elle a atteint les quarts de finale, la sélection islandaise reste sur 11 matchs de suite sans victoire (8 défaites et 3 partages). Au Mondial, l’Islande a été éliminée au premier tour avec 1 point sur 9.

La sélection

Gardiens (3) :Hannes Halldorsson (Qarabag Agdam/Aze), Runar Alex Runarsson (FCO Dijon/Fra), Ögmundur Kristinsson (AE Larisa/Grè)

Défenseurs (9) : Gudmundur Thórarinsson (IFK Norrköping/Suè), Ari Skulason (Lokeren/BEL), Hördur Björgvin Magnusson (CSKA Moscou/Rus), Jon Gudni Fjoluson (FK Krasnodar/Russie), Eggert Jonsson (SönderjyskE/Dan), Kari Arnason (Genclerbirligi Ankara/Tur), Sverrir Ingi Ingason (Rostov/Rus), Hjörtur Hermannsson (Bröndby IF/Dan), Birkir Már Saevarsson (Valur Reykjavik)

Milieux de terrain (8) :Arnor Traustason (Malmö/Suè), Birkir Bjarnason (Aston Villa/Ang), Aron Einar Gunnarsson (Cardiff City/Ang), Victor Palsson (FC Zurich/Sui), Samuel Fridjonsson (Valerenga Oslo/Nor), Arnor Sigurdsson (CSKA Moscou/Rus), Johann Berg Gudmundsson (Burnley/Ang), Rurik Gislason (Sandhausen/All)

Attaquants (5) :Jon Dagur Thorsteinsson (Vendsyssel FF/Dan), Albert Gudmundsson (AZ/P-B), Kolbeinn Sigthorsson (FC Nantes/Fra), Alfred Finnbogason (FC Augsburg/All), Gylfi Sigurdsson (Everton/Ang)

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. GMED:bc111bcb-3902-4525-97b8-123c4eef9450

    Brexit: les citoyens belges au Royaume-Uni dans le flou sur leurs droits

  2. Image=d-20190121-3QUFAF_high[1]

    Comment contrer le populisme sans le renforcer?

  3. Les révélations qui se succèdent rendent Donald Trump de plus en plus nerveux...

    Etats-Unis: Donald Trump rattrapé par ses liaisons dangereuses avec la Deutsche Bank

Chroniques
  • Comment contrer le populisme sans le renforcer?

    A l’approche des élections européennes, les grands médias s’interrogent sur l’attitude à adopter face à la poussée populiste, qui menace de saper le fonctionnement de l’Union. Ils affrontent ainsi une question redoutable, et paradoxale : comment contrer le populisme sans contribuer à le renforcer ?

    Il y a belle lurette, en effet, que les médias de qualité ont pris fait et cause contre le populisme, avec un succès tout relatif. On ne compte plus les articles, les éditos et les dossiers qui dénoncent le danger populiste et ses conséquences. En règle générale, le propos suit deux lignes simultanées : démonter la propagande populiste en lui opposant des faits, des statistiques, des contraintes qu’elle ignore superbement ; et dérouler les conséquences du populisme, montrer quelle société invivable il nous prépare, dont les années 30 nous ont donné plus qu’une idée. Leçon de vérité et leçon de morale : des faits face à des délires, des valeurs face à la tentation du Mal.

    Cette réaction est nécessaire, mais est-elle efficace...

    Lire la suite

  • Une élue MR prive la Wallonie de majorité: dérisoire et pourtant irresponsable

    Patricia Potigny, vous connaissez ? Ce n’est pas faire injure à l’élue carolo d’affirmer ici qu’elle n’a guère marqué les esprits depuis qu’elle siège au parlement de Wallonie. En 2015, elle y a remplacé Véronique Cornet, qui a laissé un vide immense, elle.

    Depuis lors, la suppléante s’est contentée durant trois ans de jouer les bons petits soldats du libéralisme wallon. Pas un mot de travers, pas un coup de gueule. Rien. Rien qu’on sache en tout cas. Jean-Paul Wahl lui-même, le chef de groupe...

    Lire la suite