Thierry Henry sur le Ballon d’Or: «Inadmissible si ce n’est pas un Français ou Eden Hazard» (vidéo)

©Photonews
©Photonews

Les pronostics vont bon train pour le Ballon d’Or 2018. Interrogé en conférence de presse ce vendredi, Thierry Henry a donné son avis sur le sujet et a un favori tout désigné.

« Pour moi, le meilleur joueur de la Coupe du monde c’était Eden Hazard, et de très loin », a expliqué l’ancien entraîneur adjoint des Diables rouges. « Après, l’équipe de France gagne la Coupe du monde. En général, on va toujours piocher dans l’équipe championne du monde. Et je trouve que ce serait inadmissible si ce n’est pas un joueur français ou Eden Hazard. »

L’actuel coach de l’AS Monaco n’a pas été avare de compliments à l’égard du capitaine belge. « Je pense que si ce n’est pas un Français ce serait quand même dommage. À part, Eden Hazard. Parce que je ne sais pas si vous avez regardé la Coupe du monde, il a été extraordinaire à tous les matches. Défense, en contre… Tous les matches. Après, oui, la logique voudrait que ce soit un Français. »

Henry s’est montré assez critique sur la manière dont le trophée est attribué, déclarant qu’il est « bien placé pour le savoir, parfois cela dépend des têtes », faisant référence à l’année 2000 où le Portugais Luis Figo a remporté la distinction alors que la France venait de remporter l’Euro.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite