Thierry Henry sur le Ballon d’Or: «Inadmissible si ce n’est pas un Français ou Eden Hazard» (vidéo)

©Photonews
©Photonews

Les pronostics vont bon train pour le Ballon d’Or 2018. Interrogé en conférence de presse ce vendredi, Thierry Henry a donné son avis sur le sujet et a un favori tout désigné.

« Pour moi, le meilleur joueur de la Coupe du monde c’était Eden Hazard, et de très loin », a expliqué l’ancien entraîneur adjoint des Diables rouges. « Après, l’équipe de France gagne la Coupe du monde. En général, on va toujours piocher dans l’équipe championne du monde. Et je trouve que ce serait inadmissible si ce n’est pas un joueur français ou Eden Hazard. »

L’actuel coach de l’AS Monaco n’a pas été avare de compliments à l’égard du capitaine belge. « Je pense que si ce n’est pas un Français ce serait quand même dommage. À part, Eden Hazard. Parce que je ne sais pas si vous avez regardé la Coupe du monde, il a été extraordinaire à tous les matches. Défense, en contre… Tous les matches. Après, oui, la logique voudrait que ce soit un Français. »

Henry s’est montré assez critique sur la manière dont le trophée est attribué, déclarant qu’il est « bien placé pour le savoir, parfois cela dépend des têtes », faisant référence à l’année 2000 où le Portugais Luis Figo a remporté la distinction alors que la France venait de remporter l’Euro.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les opérateurs veulent savoir si le pré-accord, signé avec le précédent gouvernement, est toujours d’actualité.

    5Gà Bruxelles: Agoria «ne comprend pas»

  2. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  3. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite