Thierry Henry sur le Ballon d’Or: «Inadmissible si ce n’est pas un Français ou Eden Hazard» (vidéo)

©Photonews
©Photonews

Les pronostics vont bon train pour le Ballon d’Or 2018. Interrogé en conférence de presse ce vendredi, Thierry Henry a donné son avis sur le sujet et a un favori tout désigné.

« Pour moi, le meilleur joueur de la Coupe du monde c’était Eden Hazard, et de très loin », a expliqué l’ancien entraîneur adjoint des Diables rouges. « Après, l’équipe de France gagne la Coupe du monde. En général, on va toujours piocher dans l’équipe championne du monde. Et je trouve que ce serait inadmissible si ce n’est pas un joueur français ou Eden Hazard. »

L’actuel coach de l’AS Monaco n’a pas été avare de compliments à l’égard du capitaine belge. « Je pense que si ce n’est pas un Français ce serait quand même dommage. À part, Eden Hazard. Parce que je ne sais pas si vous avez regardé la Coupe du monde, il a été extraordinaire à tous les matches. Défense, en contre… Tous les matches. Après, oui, la logique voudrait que ce soit un Français. »

Henry s’est montré assez critique sur la manière dont le trophée est attribué, déclarant qu’il est « bien placé pour le savoir, parfois cela dépend des têtes », faisant référence à l’année 2000 où le Portugais Luis Figo a remporté la distinction alors que la France venait de remporter l’Euro.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • FBL-ESP-LIGA-BARCELONA-VALENCIA

    Par Philippe Gerday

    Football international

    Ligue des champions: la jeunesse est prête à prendre le pouvoir

  • PHOTONEWS_10800030-050

    Par Rocco Minelli

    Ligue des Champions

    Liverpool: Klopp ne change pas une équipe qui gagne

  • belga

    Par Sébastien Huzler

    Division 1A

    Excel Mouscron: Aleix Garcia, la nouvelle coqueluche

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    La taxe kilométrique, qui en veut?

  2. «
Die Welt
» a pu rencontrer à Moscou, dans une chambre d’hôtel, Edward Snowden, ancien espion et Américain sans passeport réfugié en Russie. L’homme a rendu publique en 2013 la surveillance de masse et globale des communications mise en place par les agences de renseignement américaines, la CIA et la National Security Agency NSA.

    Edward Snowden: «Je n’aurai plus jamais le contrôle de ce qui m’arrive»

  3. POLITICS ECOLO CHAIRMAN ELECTION

    Ecolo: les leçons du passé, pour éviter le ressac

La chronique