Un survivant de la tuerie de Las Vegas meurt dans la fusillade de Californie, sa mère exprime sa colère (vidéo)

© Photo News
© Photo News

Un jeune homme rescapé de la fusillade de Las Vegas en octobre 2017 a été abattu mercredi dans la tuerie en Californie qui a fait 13 morts, a déclaré sa mère en exigeant, dans une vidéo devenue virale, que les Etats-Unis renforcent les règles sur les armes à feu.

«  Je ne veux pas de vos prières, je ne veux pas de vos pensées. Je veux une régulation des armes à feu », a lancé Susan Orfanos, la voix tremblante de douleur et de colère, devant les caméras d’une chaîne de télévision locale.

Son fils, Telemachus Orfanos dit « Tel », 27 ans, se trouvait à Las Vegas, dans le Nevada, le 1er octobre 2017 quand un tireur a tué 58 personnes qui assistaient à un concert de musique country. Il avait survécu à cette fusillade, la plus meurtrière de l’histoire américaine.

Mercredi soir, il a été abattu près de chez lui, dans un bar à Thousand Oaks, au nord de Malibu, où un ancien soldat a ouvert le feu, tuant douze personnes avant de se suicider.

« Décimer des enfants » -

«  Que Dieu bénisse les victimes et leurs familles », avait tweeté jeudi le président américain Donald Trump, en évoquant une « tuerie terrible ».

Vendredi, il a insisté sur les troubles psychiques de l’auteur de la fusillade. «  Il était très très malade mentalement », a déclaré le locataire de la Maison Blanche avant de s’envoler pour les commémorations de la Première guerre mondiale en Europe.

Ian Long, un ancien militaire de 28 ans, qui avait servi dans le corps des Marines et avait été déployé en Afghanistan, «  a vu des choses vilaines et souffrait, selon plusieurs personnes de stress post-traumatique », a rappelé Donald Trump, sans évoquer la question de l’accès facile aux armes à feu.

Le père de la victime, Marc Orfanos, craint que l’appel de son épouse reste sans réponse. «  Si décimer des enfants de 5 ans à Sandy Hook n’a pas marqué les esprits, rien ne le fera », a-t-il déclaré au quotidien Washington Post, en référence à la tuerie dans une école primaire du Connecticut en 2012, qui avait fait 26 morts dont 20 enfants.

La puissante association de défense du port d’armes, la NRA contrôle, selon lui, « la majorité du parti républicain et certains démocrates. Tant que cet étau ne sera pas cassé, ça ne va pas s’arrêter. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Le président Trump aux petits soins pour Paula White dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche.

    Paula White, la télévangéliste qui a signé un pacte avec Trump

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite