Peste porcine: le conseil des ministres libère 2,2 millions d’euros pour l’AFSCA

Peste porcine: le conseil des ministres libère 2,2 millions d’euros pour l’AFSCA

Le Conseil des ministres a débloqué vendredi 2,2 millions d’euros pour soutenir l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) dans le cadre des coûts opérationnels engendrés par l’épidémie de peste porcine africaine (PPA), a annoncé le ministre de l’Agriculture, Denis Ducarme.

«En donnant à l’AFSCA les moyens financiers et humains nécessaires pour continuer à lutter activement contre cette épidémie, nous envoyons aussi un signal positif vers nos partenaires économiques. Les mesures sanitaires, parfois difficiles, que nous avons été amenés à prendre, couplées à l’action de l’AFSCA et de nos postes diplomatiques à l’étranger, renforce la crédibilité de notre pays. Elles ont d’ailleurs déjà permis d’obtenir la levée des embargos décrétés par les autorités malaisiennes et indiennes», a-t-il indiqué dans un communiqué.

Denis Ducarme (MR) a par ailleurs annoncé vendredi que plus d’un million d’euros ont déjà été versés aux éleveurs dans le cadre de l’indemnisation liée aux abattages préventifs de porcs dans la zone infectée par la PPA.

L’indemnisation par le Fonds fédéral sanitaire des opérateurs qui ont dû procéder à l’abattage de leur cheptel dans la zone infectée se poursuit. A ce jour, 1.166.191,20 euros ont d’ores et déjà été versés, soit environ 97% du montant total», a-t-il précisé dans un communiqué.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :peste porcine|Sanction économique|Afsca
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Pierre et Luc Dardenne

    Pourquoi les films des frères Dardenne sont faits pour Cannes

  2. Le 4 août 1981, Reagan convoqua la presse à la roseraie de la Maison-Blanche...

    Quand décolla le «reaganisme»

  3. Le retour de Farage au cœur de l’échiquier politique britannique souligne l’exaspération du peuple du Leave devant l’impasse du Brexit.

    Brexit: le retour de Nigel Farage ou le spectre de 2014

  • Notre-Dame: la générosité ne garantit pas l’indulgence

    Dans 500 ans – si la planète est toujours là –, les visiteurs de la nouvelle cathédrale de Notre-Dame de Paris s’interrogeront sur l’identité de cette gargouille et de cette guivre à tête humaine qui orneront peut-être la partie restaurée du bâtiment : « Mais qui sont ces gens ? » On leur répondra : les donateurs de l’époque. Lorsque Notre-Dame a brûlé, deux hommes, François Pinault et Bernard Arnault, ont cassé leur tirelire pour permettre à ce monument de reprendre le cours de sa longue vie et au peuple de...

    Lire la suite