Menaces d’attaque contre Macron: les quatre suspects voulaient poignarder le président français le 11 novembre

Menaces d’attaque contre Macron: les quatre suspects voulaient poignarder le président français le 11 novembre

Les quatre suspects encore en garde à vue ce vendredi dans l’affaire du projet d’attaque visant Emmanuel Macron allaient passer à l’acte, rapporte France Info. Ils ont avoué avoir prévu de poignarder le président français lors des commémorations du 11 novembre à Charleville Mézières.

Les quatre hommes ont décrit le plan du meneur présumé, Jean-Pierre B, 55 ans. L’homme était sur le radar de la DGSI après avoir échangé des messages contre le président sur une messagerie cryptée. Lundi, il se rend dans une ville proche de Charleville Mézières, et y passe la nuit avec deux complices. Le lendemain matin, les forces de l’ordre l’arrêtent et retrouvent un couteau dans son véhicule, avec lequel il comptait passer à l’acte, en se mêlant à la foule lors des commémorations.

Au total, six personnes – cinq hommes et une femme, âgés de 22 à 62 ans – ont été interpellées mardi. Dans des échanges téléphoniques, ils évoquaient des projets, dont celui de s’attaquer au chef de l’Etat, selon une source proche du dossier.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. d-20191008-3WJ5PV 2019-10-08 12:36:39

    Climat: le transport maritime pèse autant que nos voitures

  3. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite