Menaces d’attaque contre Macron: les quatre suspects voulaient poignarder le président français le 11 novembre

Menaces d’attaque contre Macron: les quatre suspects voulaient poignarder le président français le 11 novembre

Les quatre suspects encore en garde à vue ce vendredi dans l’affaire du projet d’attaque visant Emmanuel Macron allaient passer à l’acte, rapporte France Info. Ils ont avoué avoir prévu de poignarder le président français lors des commémorations du 11 novembre à Charleville Mézières.

Les quatre hommes ont décrit le plan du meneur présumé, Jean-Pierre B, 55 ans. L’homme était sur le radar de la DGSI après avoir échangé des messages contre le président sur une messagerie cryptée. Lundi, il se rend dans une ville proche de Charleville Mézières, et y passe la nuit avec deux complices. Le lendemain matin, les forces de l’ordre l’arrêtent et retrouvent un couteau dans son véhicule, avec lequel il comptait passer à l’acte, en se mêlant à la foule lors des commémorations.

Au total, six personnes – cinq hommes et une femme, âgés de 22 à 62 ans – ont été interpellées mardi. Dans des échanges téléphoniques, ils évoquaient des projets, dont celui de s’attaquer au chef de l’Etat, selon une source proche du dossier.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron apparaît comme le meilleur interlocuteur de Vladimir Poutine sur la scène européenne, face à une Angela Merkel déclinante où des leaders eurosceptiques ayant moins d’influence.

    Diplomatie: au fort de Brégançon, Macron tend la main à Poutine pour préparer le G7

  2. Souvent, dans les points relais, une pièce est dédiée aux colis.

    Les points relais, stressants, énergivores et peu rentables

  3. Photo testamentaire.

    Et ce fut la fin des Beatles

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite