Menaces d’attaque contre Macron: les quatre suspects voulaient poignarder le président français le 11 novembre

Menaces d’attaque contre Macron: les quatre suspects voulaient poignarder le président français le 11 novembre

Les quatre suspects encore en garde à vue ce vendredi dans l’affaire du projet d’attaque visant Emmanuel Macron allaient passer à l’acte, rapporte France Info. Ils ont avoué avoir prévu de poignarder le président français lors des commémorations du 11 novembre à Charleville Mézières.

Les quatre hommes ont décrit le plan du meneur présumé, Jean-Pierre B, 55 ans. L’homme était sur le radar de la DGSI après avoir échangé des messages contre le président sur une messagerie cryptée. Lundi, il se rend dans une ville proche de Charleville Mézières, et y passe la nuit avec deux complices. Le lendemain matin, les forces de l’ordre l’arrêtent et retrouvent un couteau dans son véhicule, avec lequel il comptait passer à l’acte, en se mêlant à la foule lors des commémorations.

Au total, six personnes – cinq hommes et une femme, âgés de 22 à 62 ans – ont été interpellées mardi. Dans des échanges téléphoniques, ils évoquaient des projets, dont celui de s’attaquer au chef de l’Etat, selon une source proche du dossier.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus d’éclats de rire que de voix entre Maingain et Prévot.

    Le face-à-face: Maingain-Prévot, d’accord sur la Justice, moins sur Bruxelles

  2. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  3. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite