Accueil Belgique Politique

Un nouveau parti à Bruxelles, Jump, ni de gauche ni de droite ?

Nicolas Vanderstappen et Quentin Van den Eynde militaient au MR. Déçus par les partis en général, le leur en particulier, ils lancent leur propre mouvement. Objectif : une liste complète pour les régionales à Bruxelles.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Ils n’ont pas trente ans, sont avocats de formation, ULBistes, militants MR repentis... Les points communs entre Nicolas Vanderstappen (28 ans) et Quentin Van den Eynde (29 ans) ne s’arrêtent pas là. Voici un an, ils partagent, avec quelques proches de leur génération, des constats sur la politique en général, bruxelloise en particulier. En juin dernier, les conversations se structurent en un mouvement, Jump ! for Brussels... Autour de la table, une petite dizaine d’universitaires (droit, Solvay, ingénieur), surtout des hommes, structurent la réflexion. Au lendemain des communales, ils annoncent une décision mûrie l’été : Jump présentera une liste au scrutin régional de mai 2019.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, samedi 10 novembre 2018, 19:41

    Lancer un parti avec aussi peu de revendications politique paraît léger. Faire de Bruxelles une ville région, dépolitiser la fonction publique (on ne rit pas!) et améliorer l'aide aux entreprises en centralisant l'aide à la région, ce qui soit dit en passant est compris dans le premier point, ce qui en fait deux et non trois, et le deuxième traduit la jouvence d'un parti qui est encore loin de pouvoir placer ses propres pions dans les administrations régionales. Que reste-t-il? Une revendication (la suppression des communes de la Région bruxelloise), soit une revendication des plus zélés nationalistes flamands à qui ce parti promet de maintenir une parité linguistique gouvernemental largement excessive. "Jump for Brussels" qu'ils disent, un avatar de la NVA? Non peut-être!

  • Posté par Sacre Thierry, samedi 10 novembre 2018, 18:46

    "Chaque problème à Bruxelles peut être résolu si on résout ce problème" Je me sent tout de suite rassuré par ce discours lumineux...

  • Posté par Pierre Lison, samedi 10 novembre 2018, 10:28

    … « Parité au gouvernement pour la minorité ! » !

  • Posté par Lange Daniel, samedi 10 novembre 2018, 8:14

    Des experts encore des experts quelle nouveauté. Il est vrai que cela manque des universitaires, des avocats, des médecins dans nos assemblées il suffit de regarder la composition sociologique pour s'en rendre compte. Voilà des dizaines d'années que ces soi disants experts conduisent l'humanité dans le mur. Experts dans l'humain, experts dans la solidarité ils en ont dans leurs castes car cela manque là véritablement mais rien qu'à lire leurs discours élitistes j'ai compris.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs