Des licenciements attendus ces prochains mois chez Be TV

Des licenciements attendus ces prochains mois chez Be TV

Quelques licenciements sont à craindre ces prochains mois parmi le personnel de la chaîne à péage Be TV. Le plan n’a toutefois pas l’ampleur de celui qui touche les éditions l’Avenir. D’après le permanent SETCa Yves Flamand, la direction cherche un moyen de faire évoluer la chaîne face à la concurrence de Netflix et du téléchargement illégal notamment. Le syndicaliste n’a pas avancé de précisions chiffrées quant à ces départs, évoquant «un certain nombre de licenciements».

Filiale de Nethys à l’instar des éditions l’Avenir, Be TV est confrontée à des difficultés depuis quelques temps. Outre Netflix et les téléchargements, le représentant SETCa a également cité des droits de diffusion du football plus onéreux.

«Un plan a été lancé en interne il y a plusieurs mois pour voir comment faire évoluer la société en évitant la casse sociale. Il s’agit surtout d’assurer la pérennité de la chaîne», a-t-il expliqué. «Il y aura des licenciements, vraisemblablement à diverses échéances, mais pas de procédure de licenciement collectif», a-t-il ajouté.

M. Flamand s’attend à ce que ces départs interviennent dans le courant du premier semestre 2019.

Un plan lié au déménagement de la chaîne

La Libre rapportait vendredi que le plan, destiné à rationaliser les équipes techniques, serait lié au déménagement, intervenu en septembre 2017, du siège de Be TV. Les équipes avaient alors quitté la chaussée de Louvain, à Schaerbeek, pour rejoindre l’avenue Ariane, à Woluwe-Saint-Lambert. Le studio de production de Be Tv avait toutefois été maintenu chaussée de Louvain.

Ce studio doit être modernisé, ce qui passe par des investissements dans du nouveau matériel technique. La direction de Be TV a proposé d’externaliser une partie du personnel technique. Une fois bouclé, le plan de transformation devrait déboucher sur le départ de 23 personnes sur un effectif global d’environ 180 personnes.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. SOCCER JUSTICE SPORTING ANDERLECHT TRAINING CENTER SEARCH

    Un air de sérénité pendant les perquisitions à Anderlecht

  2. Emmanuel Macron est très attendu pour son face à face avec la presse, ce jeudi en début de soirée.

    Macron: la suppression de l’ENA, mais encore?

  3. Tous les partis francophones s’accordent pour appellent à la création d’une instance de contrôle totalement indépendante.

    Survol de Bruxelles: la position des différents partis

Chroniques
  • Un «Stemtest» pour voter en connaissance de cause

    Sa première annonce, il y a quelques semaines, était plutôt hésitante : « Ah oui, le président de parti me murmure que je dois dire explicitement que je suis candidat Premier ministre. » Depuis cette révélation, Jan Jambon, vice-Premier ministre dans le gouvernement précédent, ne cesse de le répéter, d’abord à la presse flamande ; après en français, et même dans un clip lancé sur tous les réseaux sociaux : « Je suis Jan Jambon, et je suis candidat Premier ministre. » Pour Charles Michel, l’actuel Premier ministre, c’est son porte-parole, Georges-Louis Bouchez, qui répond au micro de LN24 : « Charles Michel serait un meilleur Premier ministre, j’en suis certain ». Puis, n’oublions pas Elio Di Rupo, toujours président du PS, qui, déjà en automne 2018, expliquait sur le plateau de Jeudi En Prime qu’« être Premier ministre signifie...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite