Accueil Sports Football Football à l'étranger

Un «Superclásico» qui sent la poudre

A Buenos Aires, le football, c’est une affaire très sérieuse, mais le « Superclásico », Boca Juniors-River Plate, c’est une affaire encore plus sérieuse. Pour la première fois, il se tiendra en finale de la Coupe Libertadores.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Cette première finale 100 % argentine en Coupea Libertadores ne pouvait opposer que les deux clubs de Buenos Aires, Boca Juniors à River Plate, expression extrême de la rivalité autour d’un ballon.

Cette finale en aller-retour, qui dépasse largement son équivalent européen, risque de marquer une césure dans l’éternité de cette rivalité ultra-séculaire. Les « hinchas » du Boca ou du River pourront, en effet, agiter cette victoire suprême pour répliquer de manière péremptoire à toute provocation adverse. Alors non, loin de toute condescendance européocentriste, rien ne peut dépasser un « Superclásico ». Et rien ne pourra effacer l’issue de ces 14 jours de feu. De feu, cette expression ne relève pas de l’hyperbole. Deux précédents pour prendre la mesure de cette démesure.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Football international

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs