Basket: les Carolos renouent avec le succès à Liège

@News
@News

A peine débarqué d’Izmir au retour d’une défaite dans le money time, Charleroi, battu lors de la dernière journée de championnat à domicile par Malines, ne pouvait se permettre un revers en Cité Ardente ou l’attendait une équipe de Liège qui n’avait rien à perdre en présence de tribunes bien garnies et de nombreux partenaires du nouveau comité liégeois, Giovanni Bozzi en tête.

Il fallait attendre 2 min. 14 avant de voir El Kounchar faire 3-0 et Charleroi placer un 0-14, avec Hunt puis Mobley déjà au-dessus, qui refroidissaient les Liégeois ! Le rythme Européen des Carolos passait au-dessus de leur fatigue et Liège n’existait pas. Lynch, logique, utilisait alors son banc, alignant quatre Belges dont les « Liégeois » Hervelle et Penninck.

Liège revenait à 20-26, sous l’impulsion de Henry et Burgess. Les hommes de Massot – qui attendait mieux contre son ancien club – n’abdiquant pas. Mais Ford passait alors par là et fixait 25-36 au marquoir (16e) avant une nouvelle séquence (0-17) en démonstration et toujours Mobley à la réalisation.

Charleroi gardait un rythme que n’avait jamais effleuré Liège, la différence entre un candidat champion et le team d’un club qui se reconstruit en coulisses. 25-49 au repos puis le tempo des visiteurs baissait de deux crans à la reprise, mais Liège n’en profitait pas avec des locaux très maladroits, perdus dans de mauvaises options de shoots ou en manque de réussite. Tout profit pour Charleroi qui filait vers une trop facile victoire.

Face à Hervelle, Libert et cinq bons Américains, Liège n’avait pas de quoi rivaliser. Les coaches le comprenaient bien avec du temps consacré au banc (Marchant, Diop, Van Landschoot, Marnegrave, Penninck…). Résultat, Liège faisait jeu égal dans le 3ème QT. Pas de quoi inquiéter Charleroi, même si Henry ramenait à 52-67, qui renouait avec le succès dans un match joué sans grande passion.

Le technique

LIEGE 55

CHARLEROI 72

QT : 9-19, 16-30, 11-9, 19-14

Liège Basket : 15/40 à 2 ; 6/34 à 3 ; 7 l.f. sur 7 ; 40 r. ; 20 f. ; 7 ass.

Henry 9-16, Deroover 2-3, Van Landschoot 0-0, Roland 0-0, EL KHOUNCHAR 3-5, Nzisabira 0-0, L’HOEST 2-0, BOJOVIC 2-2, COLEBY 2-2, BURGESS 7-0, Diop 0-0

Charleroi : 30/61 à 2 ; 8/20 à 3 ; 4 l.f. sur 7 ; 46 r. ; 14 f. ; 16 ass.

HUNT 7-4, LIBERT 0-0, Hervelle 2-0, Linhart 8-4, Marnegrave 0-2, Demirtas, FORD 10-5, Penninck 2-0, Fogang Tchendjou, MARCHANT 0-0, Mobley 18-8, HAMMONDS 2-0

Arbitres : MM. Vanlooy, Van den Broeck S, Van den Broeck N.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
La manière dont la politique budgétaire reste conçue globalement en Europe privilégie une rigidité qui n’a aucun sens
», dit Paul Magnette. A ses côtés, Olivier Chastel ne dément pas. © Pierre-Yves Thienpont.

    Le face-à-face: Olivier Chastel et Paul Magnette, pas d’accord, pas distants

  2. Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois.

    Algérie: le chef de l’armée tente de mettre la contestation au pas

  3. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite