Fumées toxiques chez Brussels Airlines: les techniciens se défendent

Fumées toxiques chez Brussels Airlines: les techniciens se défendent

Les techniciens chargés de l’entretien des avions de Brussels Airlines ne supportent pas d’être montrés du doigt dans la foulée de plusieurs incidents survenus début novembre à bord d’avions de la compagnie. Dans une lettre envoyée en interne, ils rappellent qu’ils sont tenus de travailler en suivant les règles, sinon la compagnie risque de perdre sa licence de vol et les techniciens eux-mêmes pourraient être poursuivis.

VTM NIEUWS rapportait plus tôt cette semaine que des incidents avec des émanations toxiques (fume events) s’étaient produits sur deux vols de Brussels Airlines. Dans l’un d’eux, les pilotes ont dû mettre leur masque à oxygène pour atterrir.

« Entretien laxiste »

Les techniciens réagissent maintenant à une précédente information selon laquelle un des avions a pu continuer à voler après l’incident et au témoignage d’un ancien technicien qui faisait état d’un « entretien laxiste ». Selon ce témoignage, les procédures d’apport d’huile ne seraient pas toujours strictement suivies, ce qui entraînerait des émanations toxiques dans le moteur, pénétrant jusque dans le cockpit,

Les techniciens rejoignent la direction qui a déclaré plus tôt que les deux vols avaient bien été maintenus au sol, le temps d’une inspection approfondie. Ils insistent aussi pour dire qu’ils suivent strictement les procédures. « En tant que techniciens, nous sommes liés au carnet d’entretien rédigé par le constructeur de l’avion », écrivent-ils. « Pourquoi ne solutionnerions-nous pas certains problèmes sachant que nous cautionnons en notre nom l’avion comme étant apte à voler  ? »

« En cas d’incident, l’entreprise peut perdre sa licence de vol et un technicien peut éventuellement être poursuivi », ajoutent-ils.

Boucs émissaires

Du côté syndical, on soutient l’initiative des techniciens. « Ils sont les boucs émissaires alors qu’il s’agit d’un problème technique du constructeur », estime Filip Lemberechts, représentant du syndicat libéral (ACLVB/CGSLB). « Il faut évidemment trouver une solution, mais ce n’est pas la mauvaise volonté des techniciens qui est à l’origine du problème. »

Les « fume events » ne sont pas propres à Brussels Airlines. Ils surviennent dans des appareils de nombreuses compagnies de par le monde. La cause de ces incidents n’est pas encore claire.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite