Arrivé à Paris, Trump dénonce les propos «très insultants» de Macron sur la création d’une armée européenne

Arrivé à Paris, Trump dénonce les propos «très insultants» de Macron sur la création d’une armée européenne

Le président américain Donald Trump a dénoncé vendredi soir, à son arrivée à Paris, les propos «très insultants» de son homologue français Emmanuel Macron sur la création d’une armée européenne.

«Le président Macron vient de suggérer que l’Europe construise sa propre armée pour se protéger contre les Etats-Unis, la Chine et la Russie», a tweeté Donald Trump au moment même où Air Force One atterrissait près de Paris. «Très insultant mais peut-être que l’Europe devrait d’abord payer sa part à l’OTAN que les Etats-Unis subventionnent largement!», a-t-il ajouté.

La rencontre entre les deux dirigeants, prévue samedi matin au palais de l’Elysée, s’annonce d’ores et déjà particulièrement délicate. Il s’agit de la deuxième visite de Donald Trump en France depuis son arrivée à la Maison Blanche, après celle du 14 juillet 2017 qu’il évoque régulièrement avec beaucoup d’enthousiasme.

Dans son tweet, le président américain faisait semble-t-il référence aux déclarations mardi d’Emmanuel Macron qui a appelé de ses voeux la création d’une «véritable armée européenne» pour mieux protéger le Vieux Continent. «On ne protègera pas les Européens si on ne décide pas d’avoir une vraie armée européenne», a plaidé le président français. Il faut «nous protéger à l’égard de la Chine, de la Russie et même des Etats-Unis», a-t-il ajouté.

Changement de ton

Au moment de quitter la Maison Blanche, Donald Trump avait opté pour un ton nettement plus conciliant.

«Cela va être un moment magnifique», avait-il prédit. «Il y aura beaucoup de pays», avait ajouté, assurant que l’annonce de sa présence avait poussé nombre d’autres dirigeants à faire le déplacement.

Dimanche, Donald Trump participera, en présence d’au moins 60 chefs d’Etat, à une cérémonie au pied de l’Arc de Triomphe au cours de laquelle M. Macron prononcera un discours.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le message du président Prévot est clair
: «
Le CDH n’a pas vocation à être le porteur d’eau d’autres partis pour régler leurs difficultés
».

    Négociations gouvernementales: pression sur le CDH qui ne veut pas craquer

  2. Jouet ou rebut, Fourchette
? Woody va devoir payer de sa personne pour que le petit nouveau de la bande accepte son destin et cesse d’avoir envie de se jeter à la poubelle
!

    «Toy story 4»: vers l’infini, au-delà... et un peu plus loin encore!

  3. La source du problème pour les communes
: les contractuels sont devenus plus nombreux que les «
agents nommés
».

    Pensions des agents statutaires: un surcoût d’un milliard pour les communes

Chroniques
  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite