ATP Next Gen Milan: la finale opposera Alex De Minaur à Stefanos Tsitsipas

Photo News
Photo News

De Minaur, 19 ans et finaliste cette saison à Sydney et Washington, s’est imposé trois sets à deux devant l’Espagnol Jaume Munar (ATP 76) : 3-4 (5), 4-1, 4-1, 3-4 (4) et 4-2 après 2 heures de match.

Il a ensuite été rejoint par Tsitsipas, vainqueur du Russe Andrey Rublev (ATP 68) dans le jeu décisif du cinquième set après 2h08 de jeu. Lauréat en octobre à Stockholm de son premier titre en carrière, l’Athénien de 20 ans aura été une des révélations de la saison 2018. Finaliste à Barcelone et Toronto, s’inclinant chaque fois devant Rafael Nadal, Tsitsipas a battu Rublev, finaliste à Milan en 2017, sur le score de 4-3 (3), 3-4 (5), 4-0, 2-4 et 4-3 (2).

Munar et Rublev s’affronteront eux en petite finale.

Dans cette compétition, qui ne rapporte aucun point ATP, les sets se déroulent en 4 jeux gagnants avec tie-break à 3 jeux partout. De plus, un point décisif est joué à 40 partout.

Vainqueur en 2017 pour la première édition, le Sud-Coréen Chung Hyeon était trop âgé pour défendre son titre.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le traité devra encore être ratifié
: avalisé par le Conseil européen à vingt-sept, voté par le Parlement européen et celui de Westminster, en décembre.

    L’accord sur le Brexit: les points à retenir des 585 pages

  2. L’automobiliste ne peut tabler que sur une baisse des prix pétroliers pour espérer voir dégonfler le poste «
carburants
» de son budget.

    La Belgique, championne de la taxation du diesel

  3. En l’absence d’une autorité belge de la protection des données, le pays est à la traine pour traiter les plaintes.

    RGPD: l’autorité belge de protection des données a du mal à tenir le rythme

Chroniques
  • Centenaire de l’armistice: un monde sans mémoire

    Avec la Toussaint, la fête des morts et les commémorations de la fin de la Première Guerre mondiale, nous sortons d’une intense période mémorielle, qui a retenu l’attention de tous les médias. Mais cette accumulation de rites, d’images et de discours ne doit pas occulter le fait que nous entrons dans un monde sans mémoire.

    Comme Péguy l’a montré, la mémoire n’est pas l’histoire : c’en est même le contraire. La mémoire est un lien vivant, concret, presque charnel, avec un passé qui reste vivant, qui nous concerne et nous touche. Elle nous rattache à l’expérience des générations antérieures par une chaîne de témoignages, de gestes, de rituels dont nous avons été partie prenante, qui ont imprimé en nous des images, même vagues, chargées de sens et d’affects. L’histoire au contraire est une science, un regard neutre et objectif, un retour sur un passé avec lequel les...

    Lire la suite

  • Brexit: il ne faudra pas s’étonner

    Donc, on y serait… L’accord sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne a été conclu entre les deux parties et avalisé ce mercredi par le gouvernement britannique.

    Ce moment constitue l’étape la plus déterminante du processus depuis que la Première ministre Theresa May a formellement notifié à l’Union, le 29 mars 2017, la décision de la quitter. Mais il serait hasardeux de prédire que l’essentiel est fait. On le dira lorsque l’accord aura été adopté par le Parlement britannique : forcer...

    Lire la suite