Face à face tendu entre Emmanuel Macron et Donald Trump (vidéos et photos)

© AFP
© AFP

Le président français a accueilli son homologue américain en fin de matinée dans la cour de l’Élysée dans un contexte tendu après les propos tenus par Donald Trump la veille.

« Je suis à Paris, prêt à célébrer la fin de la Première guerre mondiale », a tweeté le locataire de la Maison Blanche samedi au réveil, sous un ciel gris. « Quoi de mieux que de célébrer la fin d’une guerre, en particulier celle-ci, qui fut l’une des plus sanglantes de l’histoire ? ».

La veille, pourtant, il avait opté pour un ton nettement moins consensuel, dénonçant, dans un tweet extrêmement virulent, la proposition d’Emmanuel Macron de créer une armée européenne.

© AFP
© AFP

«  Le président Macron vient de suggérer que l’Europe construise sa propre armée pour se protéger contre les États-Unis, la Chine et la Russie », a-t-il écrit au moment même où Air Force One atterrissait près de Paris.

« Très insultant mais peut-être que l’Europe devrait d’abord payer sa part à l’OTAN que les États-Unis subventionnent largement ! », a ajouté le président américain qui revendique une forme de complicité avec son homologue français en dépit de désaccords marqués.

Macron tente de rassurer Trump

Peu avant la rencontre entre les deux présidents, l’Elysée a tenté d’apaiser la situation en évoquant une « confusion » dans les propos tenus par Emmanuel Macron sur la radio Europe 1.

Lors de leur tête à tête, le président français Emmanuel Macron a assuré à Donald Trump qu’il oeuvrait pour que l’Europe paye plus pour supporter le coût de la défense du continent dans le cadre de l’Otan, une exigence récurrente du président américain.

« Je vais aussi partager avec le président Trump les propositions faites sur les capacités stratégiques européennes et une Europe qui puisse prendre davantage la part du fardeau commun au sein de l’Otan », a déclaré le président français en accueillant Donald Trump au palais de l’Élysée.

« J’apprécie ce que vous dites sur un partage du fardeau, vous connaissez mon point de vue. Nous voulons une Europe forte », a déclaré le président américain, visage fermé.

© AFP
© AFP

La question de la défense européenne est un sujet très sensible pour le président américain qui ne cesse de répéter que les Etats-Unis payent trop pour placer une grande partie de l’Europe à l’abri du bouclier militaire américain dans le cadre de l’Otan.

© AFP
© AFP

Emmanuel Macron lui ne cesse de pousser à une autonomisation de la défense européenne dans le cadre de l’Union européenne.

« Nous célébrons ici l’amitié entre nos peuples, nos armées et la formidable solidarité qu’il y a eu entre nous, qui sommes parmi les deux plus vieux alliés du monde », a par ailleurs déclaré le président français.

© AFP
© AFP

«  Nous allons parler de beaucoup de sujets d’intérêts communs : l’Iran, la Syrie, les sujets commerciaux, l’ordre international, y compris les sujets climatiques. Les sujets liés à l’Afrique », a-t-il ajouté.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite