Face à face tendu entre Emmanuel Macron et Donald Trump (vidéos et photos)

© AFP
© AFP

Le président français a accueilli son homologue américain en fin de matinée dans la cour de l’Élysée dans un contexte tendu après les propos tenus par Donald Trump la veille.

« Je suis à Paris, prêt à célébrer la fin de la Première guerre mondiale », a tweeté le locataire de la Maison Blanche samedi au réveil, sous un ciel gris. « Quoi de mieux que de célébrer la fin d’une guerre, en particulier celle-ci, qui fut l’une des plus sanglantes de l’histoire ? ».

La veille, pourtant, il avait opté pour un ton nettement moins consensuel, dénonçant, dans un tweet extrêmement virulent, la proposition d’Emmanuel Macron de créer une armée européenne.

© AFP
© AFP

«  Le président Macron vient de suggérer que l’Europe construise sa propre armée pour se protéger contre les États-Unis, la Chine et la Russie », a-t-il écrit au moment même où Air Force One atterrissait près de Paris.

« Très insultant mais peut-être que l’Europe devrait d’abord payer sa part à l’OTAN que les États-Unis subventionnent largement ! », a ajouté le président américain qui revendique une forme de complicité avec son homologue français en dépit de désaccords marqués.

Macron tente de rassurer Trump

Peu avant la rencontre entre les deux présidents, l’Elysée a tenté d’apaiser la situation en évoquant une « confusion » dans les propos tenus par Emmanuel Macron sur la radio Europe 1.

Lors de leur tête à tête, le président français Emmanuel Macron a assuré à Donald Trump qu’il oeuvrait pour que l’Europe paye plus pour supporter le coût de la défense du continent dans le cadre de l’Otan, une exigence récurrente du président américain.

« Je vais aussi partager avec le président Trump les propositions faites sur les capacités stratégiques européennes et une Europe qui puisse prendre davantage la part du fardeau commun au sein de l’Otan », a déclaré le président français en accueillant Donald Trump au palais de l’Élysée.

« J’apprécie ce que vous dites sur un partage du fardeau, vous connaissez mon point de vue. Nous voulons une Europe forte », a déclaré le président américain, visage fermé.

© AFP
© AFP

La question de la défense européenne est un sujet très sensible pour le président américain qui ne cesse de répéter que les Etats-Unis payent trop pour placer une grande partie de l’Europe à l’abri du bouclier militaire américain dans le cadre de l’Otan.

© AFP
© AFP

Emmanuel Macron lui ne cesse de pousser à une autonomisation de la défense européenne dans le cadre de l’Union européenne.

« Nous célébrons ici l’amitié entre nos peuples, nos armées et la formidable solidarité qu’il y a eu entre nous, qui sommes parmi les deux plus vieux alliés du monde », a par ailleurs déclaré le président français.

© AFP
© AFP

«  Nous allons parler de beaucoup de sujets d’intérêts communs : l’Iran, la Syrie, les sujets commerciaux, l’ordre international, y compris les sujets climatiques. Les sujets liés à l’Afrique », a-t-il ajouté.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur sa plateforme, NowThis consacre une rubrique à «l’Amérique de Trump».

    NowThis, le «social media» qui défie Trump

  2. Quentin Dupieux résume le film pour Jean Dujardin
: «
Un homme s’en va, on ne sait pas pourquoi, il va acheter une veste et se retire dans les montagnes
».

    Jean Dujardin à propos du «Daim»: «On peut faire des films comme ça aussi en France»

  3. Jean-Marc Nollet.

    Elections 2019: une coalition minoritaire, pas forcément la solution la plus démocratique

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite