Liga: Ousmane Dembélé écarté du groupe du FC Barcelone, Lionel Messi apte au jeu

Photo News
Photo News

Selon la presse espagnole, Dembélé ne s’est pas présenté à l’entraînement jeudi, restant longtemps injoignable par son club, et cette incartade vient s’ajouter à de récents retards qui avaient déjà fait polémique en Espagne.

Le FC Barcelone a annoncé samedi sur son site internet que l’international français (21 ans, 20 sélections) était écarté, « sur décision technique » de l’entraîneur Ernesto Valverde, du groupe retenu pour le match de la 12e journée du Championnat d’Espagne face au Betis Séville dimanche.

Face à la controverse, Valverde a été assailli de questions sur le sujet en conférence de presse. « Chacun peut l’interpréter (cette absence) comme il le souhaite. J’essaie de faire de mon mieux pour l’équipe et pour le club », a dit l’entraîneur.

« Je n’ai pas de commentaire à faire, les questions internes restent en interne. Je me contente d’établir un diagnostic sportif de ce dont nous avons besoin pour le match de demain (dimanche) et ensuite je prends des décisions pour le groupe, pour l’équipe et au niveau individuel », a-t-il ajouté, tout en essayant de piquer son joueur : « Dembélé a un talent incroyable, la seule chose que nous attendons c’est qu’il le montre au quotidien ».

Cette sanction sportive intervient alors que le Français semblait relever la tête après un début de saison réussi puis un gros passage à vide. D’ailleurs, il semblait pouvoir profiter de la blessure du Brésilien Philippe Coutinho pour s’imposer comme titulaire.

Valverde a pris cette décision d’autant plus facilement qu’il a récupéré samedi son capitaine et maître à jouer Lionel Messi, rétabli d’une fracture à un bras et déclaré apte par les médecins, au même titre que Samuel Umtiti (genou).

Le technicien n’a pas dévoilé si Messi était susceptible de jouer l’intégralité de la rencontre face au Betis.

« On verra demain (dimanche) s’il peut jouer 90 minutes. En tout cas, il n’a plus d’appréhension concernant la chute, les appuis, les duels », a-t-il conclu. « Je l’ai vu en forme et il est sûr de lui. »

Thomas Vermaelen est lui indisponible en raison d’une blessure aux ischio-jambiers.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Victor Osimhen a inscrit deux buts absolument somptueux.

    Par Maxime Stévenne

    Charleroi

    SC Charleroi: Victor Osimhen plus fort qu’Ezekiel

  • ©News

    Par Benjamin Helson

    Charleroi

    Le Sporting de Charleroi est à nonante minutes de l’Europe

  • ©News

    Par Cédric Martin

    Charleroi

    Les bulletins des Zèbres: un Osimhen cinq étoiles offre la finale

 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite