Communales 2018 à Liège: PS et MR ont signé l’accord de majorité

©Sylvain Piraux/ Le Soir
©Sylvain Piraux/ Le Soir

PS et MR ont validé l’accord de majorité, a annoncé samedi soir Willy Demeyer, bourgmestre de Liège, dans un communiqué. Le PS dispose de sept sièges au sein du collège communal, contre huit actuellement, tandis que le MR n’aurait revendiqué que trois sièges au collège.

Dans les rangs socialistes, aux côtés du bourgmestre Willy Demeyer, cinq des six échevins sortants rempilent au collège communal. Soit Maggy Yerna, Julie Fernandez Fernandez, Roland Léonard, Jean-Pierre Hupkens et Pierre Stassart. Fouad Chamas ne fait donc plus partie du casting.

Du côté du « MR pour Liège », les trois futurs échevins sont la présidente du Sénat Christine Defraigne (Première échevine), le député fédéral Gilles Foret et la conseillère communale Elisabeth Fraipont.

Le CPAS dans les mains du PS

Concernant la présidence du CPAS, elle reste dans les mains du PS. Celle-ci était au centre de tensions parmi les socialistes au cours des derniers jours en raison des règles d’application au sein du Centre Public de l’Action Sociale. En effet, le/la président(e) doit figurer parmi les candidats de la liste mais ne doit pas obligatoirement avoir été élu(e). C’est ainsi qu’a circulé le nom de Jean-Paul Bonjean, dont il avait déjà été question au cours de la législature qui s’achève et qui n’a pas été élu à une quarantaine de voix près.

Les instances du PS ont finalement opté pour le maintien de Marie-France Mahy, pas élue, à la présidence du CPAS jusqu’en octobre 2019. « Cette période sera mise à profit pour encadrer et transmettre son expérience aux nouveaux conseillers que sont notamment Jean-Paul Bonjean et Vincent Bonhomme. Les deux autres postes revenant au PS seront désignés prochainement », précise Willy Demeyer.

► Toutes nos informations sur les communales à Liège

En octobre 2019, Marie-France Mahy quittera le CPAS pour être remplacée comme présidente par Jean-Paul Bonjean et comme conseillère par Caroline Heylen.

Willy Demeyer ajoute que les attributions des échevins seront précisées prochainement. Le MR devrait obtenir des portefeuilles intéressants comme les finances, le commerce ou la mobilité.

Le pacte de majorité sera déposé lundi entre les mains du directeur général de la ville de Liège.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. B9717072167Z.1_20180927223156_000+GICC4BN9H.1-0

    Le tribunal européen annule en partie les tests de pollution des autos

  2. Pieterjan De Smet est la nouvelle perle de «
Terzake
».

    Débats : et si les télés francophones s’inspiraient de la Flandre...

  3. La mobilisation de ce vendredi 14 décembre a des allures de test, pour les syndicats.

    Les syndicats tentent de montrer leur force

Chroniques
  • Lettre du Brexit: un processus digne d’un sketch des Monty Pythons

    Par Marc Roche

    Dans un sketch des Monthy Python, Michael Palin déclare : «  le monde est un endroit absurde et ridicule  ». Quel rapport y a-t-il entre ce gag et le vote de défiance interne au parti conservateur, remporté avec une majorité plus courte que prévue, par la Première ministre, Theresa May ?

    A priori, aucun. Quoique, comme l’indique l’hebdomadaire The Economist, «  depuis le référendum, la nation sage, pragmatique, terre à terre et fondamentalement sensible ressemble à un membre de la famille devenu dingue  ».

    Jugez plutôt. Même si elle est sortie indemne du scrutin de tous les dangers, qu’elle ne peut pas être renversée pendant un an, l’autorité de Theresa May est plus que jamais fragile. Le Parlement ressemble à une serre portée à haute température où s’exacerbent les rancœurs, les jalousies et les...

    Lire la suite

  • Theresa May sauvée, rien n’est réglé

    Theresa May a donc sauvé sa place de Première ministre, dans cet exercice démocratique si particulier aux Britanniques d’un vote de défiance interne au parti Tory, déclenché par ses propres députés.

    Theresa May sauvée, rien n’est réglé pour autant dans cet enjeu presque existentiel pour son pays qu’est le Brexit. Pour convaincre une majorité de ses députés – plutôt faible car privée d’un tiers des troupes – la dirigeante conservatrice a dû promettre qu’elle s’effacerait une fois le Brexit réalisé et...

    Lire la suite